ÉCOLE PLEIN SOLEIL (ASS. COOP.)

Apprendre à travers le jeu

L’École Plein Soleil (Ass. coop.) propose un service de petite enfance pour les enfants de 4 ans. « Nous suivons le programme mis en place par le ministère de la Famille, tout en y intégrant le programme de Baccalauréat international (IB). Les compétences langagières, motrices, sociales, cognitives ainsi qu’affectives et morales y sont ainsi développées, principalement à travers le jeu », explique Rachel Tchikanwou, éducatrice à la petite enfance.

Pour bien préparer les petits à la maternelle, on développe beaucoup leur autonomie – attacher leurs lacets, s’habiller seul, écrire leur nom, etc. « Toutes ces petites victoires viennent nourrir leur estime d’eux-mêmes. » L’École Plein Soleil (Ass. coop.) utilise aussi le programme ABC Boum, une façon ludique d’apprendre à écrire, ainsi que le programme d’éveil à la conscience syllabique pour initier les enfants à la lecture et à l’écriture. « À la fin de l’année, les enfants vivent un stage en classe de maternelle, ce qui leur donne un avant-goût de ce qui s’en vient et facilite grandement cette transition à une nouvelle étape de leur parcours scolaire. »

Les éducatrices accompagnent également les petits afin de mieux les outiller dans la résolution de conflit : exprimer leurs sentiments, reconnaître ceux de l’autre, proposer une solution comme partager, attendre leur tour, etc. « D’ailleurs, en lien avec le programme IB, on commence à apprendre aux enfants le sens de certains mots comme l’empathie et l’altruisme, des valeurs qui seront développées tout au long de leur parcours à l’École Plein Soleil (Ass. coop.) », ajoute Mme Tchikanwou.

Un beau travail de collaboration

Les petits de 4 ans comptent sur un espace bien à eux dans la nouvelle bâtisse de l’école. Ils ont leur propre entrée, leurs propres toilettes, leur propre cour. Ils ont cependant aussi accès à tout ce que l’École Plein Soleil (Ass. coop.) propose : outre les installations comme le gymnase, il y a tous les spécialistes qui gravitent à l’école. Ils sont ainsi initiés à l’anglais, à l’espagnol, à l’art dramatique, à la musique et à l’éducation physique. 

D’autres professionnels viennent au besoin en appui aux éducatrices. « Je peux ainsi compter sur des expertises variées pour mieux intervenir auprès des petits. Par exemple, je peux aller chercher les bons conseils de l’enseignant en éducation physique pour travailler la motricité chez certains enfants. » L’École Plein Soleil (Ass. coop.) a aussi un programme de dépistage en ergothérapie; à quelques reprises durant l’année, des ergothérapeutes visitent les groupes. « Une fois de plus, c’est l’occasion d’échanger avec des professionnels, de leur faire part de mes observations ou de celles des parents, et d’accueillir les leurs. Bref, c’est un beau travail de collaboration : comme éducatrice, je connais bien les enfants et je les vois évoluer au quotidien; de leur côté, les spécialistes ont des connaissances pointues. Ensemble, on peut donc dépister certaines petites difficultés et réagir rapidement. Sans compter qu’à leur contact, j’apprends énormément. Cela rend mon travail encore plus stimulant. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.