Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins
Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins

Desjardins et pour longtemps!

L’ autonomie financière, un but à atteindre  

La Vitrine
Contenu commandité
Après 120 ans d’existence, le Mouvement Desjardins est toujours aussi pertinent, foi de Guy Cormier, président et chef de la direction de la coopérative.

Lorsqu’il a fondé la première caisse populaire à Lévis, Alphonse Desjardins avait parmi ses objectifs de développer l’autonomie financière des Canadiens français en leur apprenant à épargner. Cela fait toujours partie de l’ADN de Desjardins.

Et, alors que la pandémie de la COVID-19 a entraîné des pertes d’emplois et des baisses de re­venus pour beaucoup de gens, il est important, plus que jamais, d’aider les personnes et les entreprises à passer au travers de la situation difficile et à demeurer financièrement autonomes.

«Chaque crise pour une coo­­pé­rative, dont Desjardins, est un moment où ses valeurs et sa portée prennent de l’importance pour aider les membres à devenir autonomes financièrement de façon durable», estime M. Cormier. Cela fait partie d’une vision à long terme dans l’éducation financière et l’accompagnement des membres. 

«C’est un élément fondamental pour Desjardins», affirme-t-il, sou­­lignant que l’autonomie financière est bien loin d’être une mode, un élément qui «fait partie de l’air du temps.» «Pre­nez l’exem­ple de ce que font nos conseillers en caisse lors de l’achat d’une première maison, ajoute M. Cormier. Notre appro­che n’est pas seulement de discuter de l’hypothèque, mais aussi de discuter des manières de protéger sa vie et ses biens ou regar­der comment faire un budget».

L’éducation 

Pour le président et chef de la direc­tion du Mouvement Des­jardins, l’apprentissage de la gestion de ses finances, «ça commence dès le primaire avec la caisse scolaire», poursuit M. Cormier en insistant sur les notions liées à la gestion de l’argent, au budget et à l’im­portance de l’épargne. Cela se poursuit avec le Lab Finance au secondaire et ensuite avec des initiatives comme «Mes finances, mes choix», un programme d’édu­­­cation financière qui aide de nombreux jeunes adultes.

Dans le portail AccèsD, il donne l’exemple de l’assistant virtuel qui permet d’offrir des conseils aux usagers, par exemple comment passer du relevé papier au relevé virtuel en ligne pour avoir rapidement accès à ses données en tout temps. Avec d’autres outils, le virage numérique de Desjardins se diversifie pour répondre aux nouveaux besoins.



« L’apprentissage de la gestion de ses finances, ça commence dès le primaire avec la caisse scolaire. »
Guy Cormier


M. Cormier donne l’exemple de la popularité grandissante des plate­formes de courtage en ligne. «Nous avons connu une hausse importante du nombre de jeunes de 18 à 35 ans sur notre plateforme Disnat qui veulent ouvrir un compte et faire leurs premiers investissements à la bourse. Nous avons plus de 200 événements éducatifs sur Disnat pour accompagner et conseiller les gens qui font leurs premiers pas dans le système boursier.»

Pour Guy Cormier, il n’est pas question d’avoir une attitude paternaliste. Il s’agit d’offrir des conseils de sorte que la personne puisse prendre les meilleures décisions dans sa situation pour atteindre l’autonomie financière.

DESJARDINS EN CHIFFRES

  • 7,5 millions de membres et clients
  • 48 000 employés
  • 445 millions $ de retour aux membres et à la collectivité
  • 50 millions $ investis chaque année dans des initiatives jeunesse depuis 2017
  • 250 millions $ investis par le Fonds du Grand Mouvement dans des projets émanant des communautés d’ici 2024

Source: Desjardins