BRANCHÉ – CIUSSS DE L’ESTRIE – CHUS

Des soins et des services maintenus, voire améliorés!

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke tient la séance publique d’information annuelle* de son conseil d’administration le lundi 12 novembre de 17 h à 19 h. À sa troisième année d’existence, l’établissement dresse un bilan plutôt positif considérant les perturbations des dernières années. Les résultats démontrent sa volonté d’agir pour et avec l’usager, ses proches et la population.

La collaboration de tous pour améliorer l’accessibilité

L’accessibilité aux soins et aux services est une représentation parlante des efforts combinés des médecins, des équipes et de la population. En trois ans, la durée moyenne d’attente à l’urgence a diminué de 1,5 heure et le nombre de visites pour les besoins non urgents a chuté de 6 821. En plus d’accepter de se déplacer sur le territoire pour des examens en imagerie médicale ou des interventions chirurgicales, les usagers se tournent davantage vers les groupes de médecine de famille (GMF) et les centres locaux de services communautaires (CLSC) pour des consultations. Il faut dire que 44 020 personnes de plus ont accès à un médecin de famille, depuis le 31 mars 2015.

La bienveillance envers les aînés : toujours une priorité

L’ajout de 150 lits en soins de longue durée et de 100 places en ressources non institutionnelles a contribué à offrir plus de soins et de services adaptés aux besoins des personnes âgées. Pour améliorer l’expérience de vie en centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD), l’implantation de 21 bonnes pratiques se poursuit avec la consultation des comités des usagers et de résidents ainsi que la tenue de rencontres avec les familles des personnes hébergées. Le maintien de l’autonomie des aînés demeure une cible importante pour assurer leur bien-être. Le vieillissement de la population nécessite un rehaussement des heures de services à domicile et un ajustement des pratiques des professionnels. Un plan de promotion est en cours pour mieux faire connaître les services disponibles et accroître le nombre d’usagers en bénéficiant.  

Une offre améliorée en services sociaux et en réadaptation

La part du budget consacrée aux services sociaux a augmenté depuis 2015, ce qui montre l’importance accordée à ce secteur. En réadaptation physique, 90 % des demandes ont été traitées dans les délais prescrits, une augmentation de 15 % en deux ans. Du côté de la santé mentale et des services sociaux, plusieurs projets en collaboration avec des partenaires tels l’équipe mobile en intervention psychosociale (ÉMIP) et le Programme d’accompagnement justice-santé mentale (PAJ-SM) ont été consolidés. En deux ans, le nombre de places en suivi intensif pour la clientèle en santé mentale est passé de 180 à 248 et de 531 à 711 pour le suivi en intensité variable.