CHEZ MOI FÉVRIER 2019

L’entretien d’une toiture : une nécessité avec nos hivers d’aujourd’hui selon l'équipe de Gagné & Roy

Même si les matériaux se sont améliorés, que les techniques de pose se sont peaufinées et que les normes ont augmenté, nos toitures sont soumises aujourd’hui à de tels changements de température qu’il est désormais essentiel de voir à leur entretien sur une base régulière.

Que ce soit les chauds rayons du soleil qui dessèchent le bardeau l’été ou, comme c’est le cas cet hiver, de la succession de neige, redoux, pluie et refroidissement soudain, nos toitures sont sérieusement malmenées! 

« Le principal problème avec les écarts de température l’hiver, c’est la glace qui peut se former : la neige retient en quelque sorte la pluie, et cette grosse neige mouillée se glace lorsque le mercure chute. Tout cela devient évidemment très lourd. Cette glace peut aussi créer une sorte de barrage : pour les toitures en pente, si l’eau ne peut plus s’écouler vers le bas, elle va remonter… Les bardeaux sont conçus pour être parfaitement étanches lorsque l’eau coule vers le bas, mais non l’inverse, d’où le risque d’infiltration. S’il y a beaucoup de neige sur votre toiture et qu’on annonce de la pluie, il faut donc en enlever une couche, sans se rendre aux bardeaux évidemment sinon on va endommager la toiture », explique Dany Pariseau, vice-président chez Gagné & Roy, entrepreneur couvreur.

Pour éviter le plus possible le risque d’infiltration, l’équipe de Gagné & Roy a revu ses façons de faire. « Le code du bâtiment exige l’installation d’une membrane étanche pour les trois premiers pieds de la toiture, mais bien souvent, ces trois pieds débordent de la maison, en grande partie du moins. Nous avons donc fait le choix d’étendre la membrane sur les six premiers pieds de la toiture, et nous misons sur un produit très performant, fabriqué par Soprema. C’est plus dispendieux, mais l’investissement en vaut le coût! »

Pour les toitures plates, que ce soit des immeubles à logements, des usines ou des édifices commerciaux, la formation de glace pourra boucher les drains d’évacuation. L’eau pourra alors s’accumuler et atteindre un niveau assez élevé pour pouvoir s’infiltrer dans les différentes sorties de ventilation (évents, système de climatisation, etc.). « L’eau s’infiltre aujourd’hui à des endroits qu’on n’avait jamais vus auparavant! Nous avons donc des équipes qui travaillent au déneigement et au déglaçage des toitures. Nous utilisons des produits très puissants et adaptés, pour ne pas endommager les membranes. Nous offrons d’ailleurs à nos clients commerciaux le service d’entretien : une fois par année, on monte sur le toit, on prend des photos, on note les parties à réparer, etc. Ils ont ainsi la conscience tranquille… et l’assurance d’avoir un toit solide au-dessus de leurs têtes! »

La différence Gagné & Roy

Membre de l’Association des maîtres couvreurs du Québec, Gagné & Roy cumule plus de 40 ans d’expérience et compte sur des employés expérimentés. Son nom est d’ailleurs gage de confiance partout au Québec. « On travaille selon les règles de l’art – on va parfois même au-delà des exigences – et on utilise des produits de grande qualité. L’expertise de notre personnel combiné à nos équipements nous rendent très performants sur les chantiers. On est aussi reconnu pour notre service à la clientèle. On prend le temps de bien expliquer ce que nous allons faire, en cas de problème, on réagit rapidement, on est très disponible, etc. », conclut M. Pariseau.

Pour en savoir plus, consultez le cahier spécial préparé par La Tribune en cliquant ici.