Le désir d’apprendre et d’aider les autres, voici ce qui anime Georges-Philippe Gadoury-Sansfaçon qui a trouvé en l’Université Bishop’s l’institution parfaite pour faire éclore ses talents et ses passions.

CAMPUS 2019

L'Université Bishop's offre à chaque étudiant toutes les occasions de se développer

Pour l’Université Bishop’s, développer son plein potentiel ne passe pas uniquement par le volet académique. Le bénévolat, la recherche, les activités et les projets spéciaux sont des façons de faire vivre aux étudiants des expériences contribuant à leurs apprentissages.

« Ici, l’accent est vraiment mis sur l’étudiant, sur ce que l’Université peut lui apporter », fait remarquer Georges-Philippe Gadoury-Sansfaçon, qui entame sa 2e année d’études en mathématiques et en psychologie.

L’excellent étudiant est un bel exemple de ce qu’on peut vivre sur ce campus dynamique. « À Bishop’s, on fait appel à nous, car on reconnaît nos talents et nos capacités. Comme j’avais obtenu une médaille d’excellence en français, on m’a dirigé vers le Centre d’aide en français, et de là, une professeure m’a demandé si j’étais intéressé à devenir assistant-prof, un poste rémunéré. Cette personne avait confiance en moi! C’est le sentiment qui ressort d’ailleurs d’ici, la confiance qu’a l’université envers ses étudiants », souligne celui qui fait aussi du tutorat en sciences et en mathématiques.

L’Université Bishop’s appuie aussi les initiatives de ses étudiants. « Je souhaitais participer à une conférence sur l’éthique en mathématiques à l’Université de Cambridge en Angleterre. Je suis allé voir les gens de Bishop’s et ils m’ont aidé à réaliser ce voyage de deux semaines où en plus de la conférence, j’ai rencontré des passionnés de mathématiques autant à Cambridge qu’à Oxford. Avec un petit groupe, nous avons même développé des conférences; j’ai ainsi fait une présentation à Ottawa l’été dernier, et je suis en pourparlers avec Cincinnati », ajoute le jeune homme qui s’implique aussi dans un projet de recherche sur les effets de la méditation sur le cerveau. « Il y a tant d’opportunités ici… On m’a demandé d’écrire un article en lien avec mon expérience au Programme d’Études internationales, j’ai participé à l’organisation de la Semaine du français, je vais cette année joindre la nouvelle équipe de ski de fond... Tout ça est très stimulant! »

Toutes ces occasions, Georges-Philippe peut les saisir encore mieux puisque l’Université Bishop’s reconnaît et récompense l’excellence à travers un vaste programme de bourses. « Dès mon arrivée, j’ai reçu une bourse pour mes excellentes notes au cégep, et depuis cette année, je suis récipiendaire de la plus importante bourse offerte à Bishop’s, la Bourse d’excellence du Chancelier. C’est évidemment un gros coup de pouce financier – 10 000 $ par année – ce qui me permet de consacrer du temps et de l’énergie à des projets qui me tiennent à cœur comme la recherche, mais encore une fois, c’est la confiance qui m’est accordée qui a le plus d’impact. J’ai un mentor et plein de gens qui sont là pour m’écouter, m’encourager et m’aider à réaliser mes rêves et mes ambitions. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.