Contenu commandité

CAMPS DE VACANCES ET CAMPS DE JOUR

Des camps adaptés pour chaque jeune!

Dans quelques semaines, des milliers d’enfants tomberont en vacances et souhaiteront vivre un été du tonnerre! Pour aider leurs parents à bien planifier ce congé, La Tribune publie un cahier sur les camps de vacances et camps de jour.

De nombreux camps en région proposent des activités variées, adaptées aux besoins des enfants, selon leur groupe d’âge et leurs intérêts. Que votre enfant soit artistique, sportif ou scientifique, il pourra passer une semaine – ou plus – à vivre pleinement ses passions!

CAMPS DE VACANCES ET CAMPS DE JOUR

Une expérience inoubliable en pleine nature au Camp Claret

Au Camp Claret, tout est aménagé de manière à ce que les jeunes libèrent l’énergie emmagasinée durant leur vie sédentaire. Situé sur les bords enchanteurs du lac Elgin à Stratford en Estrie, il offre une quarantaine d’activités pour tous les goûts : traversée du lac en canot, ski nautique, planche à voile, kayak, régates, natation, techniques d’escalade, voile, tir à l’arc, équitation, parcours d’hébertisme, excursions…

Par le biais de ces activités, les jeunes de 7 à 16 ans peuvent s’épanouir pleinement. Chacun fait partie d’une équipe dont il est solidaire. En plus de partager la même tente, ils mangent à la même table et pratiquent les mêmes activités, encadrés par des moniteurs formés et expérimentés. « Il n’y a pas de jeux individuels chez nous. Tout se fait en groupe, pour inculquer l’esprit d’équipe aux vacanciers », précise le père Carmel, fondateur du camp. 

Les sorties en forêt sont toutefois l’occasion d’apprendre à se débrouiller soi-même. Lors d’excursions, le campeur est appelé à collaborer avec son équipe pour ramasser du bois, faire le feu, monter l’abri, préparer le repas et partager au coin du feu ses expériences personnelles tout en dégustant du pain de campeur et des guimauves. « Par ces sorties, nous donnons la chance aux jeunes d’expérimenter le camping sans trace, d’apprendre à faire les choses par eux-mêmes, de leurs propres mains, à développer leur autonomie et la confiance en soi. Cela renforcera leur esprit d’initiative », explique le père Carmel Lerma.

CAMPS DE VACANCES ET CAMPS DE JOUR

Un camp de jour pas ordinaire!

Une belle nouveauté cet été! Les passionnés de football âgés de 8 à 13 ans sont invités à prendre part au camp de jour Provigo, présenté par le Vert & Or.

Ce camp de football sans plaquage se tiendra dans les magnifiques installations du Campus de l’École secondaire du Triolet où évoluent les Harfangs. 

À partir du 25 juin, les jeunes athlètes sont attendus, du lundi au vendredi, de 8 h à 17 h, pour y bénéficier d’enseignements pratiques, donnés par des spécialistes en football, à travers des jeux collectifs, des situations de match sans plaquage et des enseignements théoriques.  

Le camp leur permettra également d’être initiés à la préparation physique avec l’accompagnement de kinésiologues. Non seulement les jeunes apprendront énormément, mais ils s’amuseront et se divertiront avec le sourire!

Chaque semaine, le camp accueillera 20 jeunes. Réservez rapidement votre place! Notez que vous pouvez profiter d’un rabais de 20$ sur présentation d’une preuve d’achat de 20$ ou plus provenant du PROVIGO Daniel Larouche de Fleurimont.  La preuve d’achat doit comporter une date postérieure au 1er mars 2018. Seul cet établissement PROVIGO est admissible pour la réduction.

Pour plus de détails, consultez le site de l’Académie de football.

CAMPS DE VACANCES ET CAMPS DE JOUR

Des camps de la région récompensés par l’Association des camps du Québec

Lors de son congrès en novembre dernier, l’Association des camps du Québec a mis en lumière les projets de ses camps membres s’étant distingués en 2017. La carrière remarquable de certains acteurs du monde des camps a aussi été soulignée à la même occasion.

Pauline Rondeau

Pauline Rondeau a été honorée par l’Association des camps du Québec pour ses 50 ans de carrière au Camp Claret du Lac Elgin.

La directrice du camp s’est ainsi vu remettre le prix Porteur de Flambeau pour son impressionnant parcours et sa passion pour la formation de jeunes leaders. 

Cet engagement n’est pas nouveau, puisqu’il dure depuis ses années de formation comme enseignante, métier qu’elle a pratiqué pendant 35 ans. Son parcours l’a aussi amenée à s’engager dans le scoutisme, où elle a pu découvrir et développer son leadership. 

C’est en 1968, quatre ans après la fondation du Camp Claret par le Père Carmel Lerma que Mme Rondeau s’est jointe à l’équipe. Ensemble, ils ont créé un milieu de vie unique où l’éducation de la jeunesse est au cœur de leur mission. Plusieurs dans l’industrie envient le duo dynamique que Mme Rondeau forme avec le Père Carmel!

Si le Camp Claret est ce qu’il est aujourd’hui, c’est beaucoup grâce au rôle prépondérant qu’elle y a joué, grâce à sa dévotion envers le bien-être et le mieux-vivre de la jeunesse québécoise.

Cinquante ans à apprendre à connaître les jeunes, à allumer des étincelles dans leurs yeux, à leur transmettre des valeurs humaines, à les aider à grandir en leur donnant toute l’aide dont ils ont besoin. Pour Mme Rondeau, « Il faut aimer les jeunes tels qu’ils peuvent devenir ».  

Pour permettre au plus grand nombre de bénéficier de l’expérience clarétaine, Mme Rondeau a même créé une fondation portant son nom, et a entre autres créé un programme de soutien aux familles touchées par la tragédie du Lac Mégantic.

« Sois fière et honorée par le grand respect que nous te portons et surtout par l’amour et l’amitié que nous te réservons. Merci d’être la femme que tu es et surtout pour ta contribution exceptionnelle à l’âme qui anime le Camp Claret! » a tenu à souligner M. Pierre Cartier, ancien président de l’Association des camps du Québec, avant de remettre son prix à Mme Rondeau.

CAMPS DE VACANCES ET CAMPS DE JOUR

Pourquoi aller au camp?

Ce que clament depuis plus de cent ans les camps d’été a enfin été démontré scientifiquement : l’expérience camp exerce une influence positive sur le développement et l’épanouissement des jeunes.

L’automne dernier, le Dr Troy Glover et son équipe de recherche de l’Université de Waterloo, en Ontario, ont publié les résultats d’une recherche pancanadienne menée pendant cinq ans et intitulée « Projet de recherche sur les camps d’été au Canada ». Cette recherche, qui avait pour but d’évaluer les bienfaits associés à la fréquentation des camps, conclut que la fréquentation d’un camp certifié favorise une évolution positive dans cinq composantes clés du développement de la personne:

  • l’intégration sociale et la citoyenneté;
  • la conscience environnementale;
  • l’intérêt pour l’activité physique;
  • l’intelligence émotionnelle;
  • la confiance en soi et le développement personnel.


Principales conclusions de l’étude :

  • 65 % des enfants connaissent une évolution positive de leurs aptitudes à créer de nouvelles amitiés, parfois avec des personnes qu’ils jugent différentes, et à régler les conflits qui peuvent survenir. Le camp se révèle un environnement sécuritaire favorisant un fort sentiment d’appartenance.
  • 69 % des campeurs présentent une croissance positive de leur intelligence émotionnelle, cette capacité à reconnaître et à examiner leurs émotions et celles de leur entourage en fonction de l’âge.
  • 67 % de l’ensemble des campeurs ressentent une augmentation de leur autonomie et de leur confiance en soi.
  • 52 % des campeurs savent mieux protéger l’environnement et adoptent des attitudes et des comportements en conséquence.
  • 61 % des campeurs se sont montré plus enclin à la pratique de l’activité physique à la fin de leur séjour au camp. Au moment où l’on se préoccupe davantage des styles de vie sédentaire et de l’obésité infantile, ce résultat est significatif.

En somme, tous les campeurs connaissent des progrès positifs, indépendamment de l’âge, du sexe et de l’expérience de la vie en camp. Même les campeurs expérimentés poursuivent leur évolution à chaque nouveau camp. Dans tous les domaines, l’évolution de l’enfant est supérieure à 50 %, avec un impact encore plus positif sur les filles que sur les garçons.

Chaque fois qu’une fille ou un garçon fréquente un camp, il ou elle est confronté à de nouveaux défis et à des expériences positives qui favorisent son développement.

La recherche a été effectuée auprès de quelque 1300 enfants, de 4 à 18 ans.

SOURCE : ASSOCIATION DES CAMPS DU QUÉBEC 

CAMPS DE VACANCES ET CAMPS DE JOUR

Bien choisir son camp

La force des camps de vacances et des camps de jour certifiés est de rendre accessible aux jeunes campeurs une impressionnante variété d’activités tout aussi éducatives que récréatives leur permettant de développer de nouvelles amitiés, de participer à une vie de groupe intense et de découvrir d’autres champs d’intérêt.

Chaque année, avec le retour du beau temps, la question revient : comment choisir le meilleur camp possible? Le choix d’un camp est très personnel et découle des valeurs de la famille, tant celles des parents que de l’enfant. Il existe une grande variété d’organismes offrant une multitude d’activités et de programmes, ayant chacun une mission particulière. On comprendra que ce choix n’est pas toujours évident, mais plusieurs outils existent pour vous faciliter la tâche.

L’Association des camps du Québec est la référence en ce domaine. Pour en savoir plus, consultez le site camps.qc.ca.

Vos besoins et attentes 

Que souhaitez-vous offrir comme expérience à votre enfant? Une initiation aux joies du plein air? Des loisirs dans votre quartier? Privilégiez-vous plutôt la vie de groupe ou les apprentissages ? Votre enfant préfère-t-il rentrer à la maison le soir?

Discutez avec votre enfant pour préciser ses attentes et ses champs d’intérêt. Canot ou théâtre? Équitation ou camping? Ou tout à la fois? Cette démarche vous permettra sans doute de trancher entre le camp spécialisé et le camp traditionnel ou touche-à-tout.

Les détails techniques 

  • Dates et durée du séjour. La plupart des séjours sont d’une ou deux semaines. Quelques camps en offrent des mini-séjours pour les 6 ans et moins ou encore des séjours plus longs pour les ados.
  • Établissez votre budget. Notez que plusieurs camps offrent un programme d’accessibilité financière pour les familles à faible revenu.
  • Lieu du séjour. À proximité ou dans une région éloignée?
  • Type d’hébergement. Dortoir, chalet, tente, hutte…
  • Particularités de votre enfant. Asthme, allergies alimentaires graves, déficience physique ou intellectuelle? Certains camps sauront mieux répondre à ses besoins.

Les compléments d’information 

Visitez les sites Internet des camps retenus avec votre enfant. Les photos et les témoignages devraient vous en dire plus sur l’atmosphère de chaque camp.

Au besoin, téléphonez au camp si vous avez des questions supplémentaires. Informez-vous des règles du camp : contacts parents-enfants pendant le séjour, nombre d’heures par jour consacrées aux activités spécialisées, site de baignade, type d’alimentation, possibilités de transport pour se rendre au camp, etc.

Faites un tour dans une Foire des camps. Celles-ci ont lieu au printemps dans plusieurs villes du Québec.

Visitez les camps durant les journées portes ouvertes ou prenez rendez-vous. C’est l’occasion parfaite pour se familiariser avec les lieux et le personnel du camp. Profitez-en pour visiter la région!

SOURCE : ASSOCIATION DES CAMPS DU QUÉBEC