Mario Bédard, président du conseil d'administration de Mallette, et Pascal Moffet, associé chez Mallette
Mario Bédard, président du conseil d'administration de Mallette, et Pascal Moffet, associé chez Mallette

À votre tour

Le transfert d’entreprise au temps de la COVID-19

«Pour reprendre une image qui a circulé, la crise équivaut pour plusieurs entreprises à devoir construire un avion en plein vol. Afin de mieux traverser cette période de turbulence, qui changera assurément le monde, Mallette, partenaire du CTEQ, a mis en place différents outils. Chez nous, 100% du personnel est à l’œuvre et répond à 100% des clients.»

Président du conseil d’administration de la société de comptables professionnels agréés, Mario Bédard rappelle que les membres de son organisation étaient déjà tous en mesure d’effectuer du télétravail. «Nous avons pu bien réagir, nous mettre en action. Dans la foulée de la pandémie, quatre comités ont été formés chez Mallette: ressources humaines, gestion de crise, mesures fiscales et conseils aux entrepreneurs. Des outils Web en ont découlé.»    

Par l’entremise du site Web, les entreprises ont ainsi accès à de l’information à jour et à des conseils pratiques. «La manière d’agir avec ses employés dans le contexte actuel, la subvention fédérale couvrant 75% des salaires, les mesures fiscales, un résumé des sorties quotidiennes des premiers ministres figurent parmi les contenus. Tous les jeudis jusqu’au 16 avril, le Réseau Mallette propose aussi des webinaires sans frais», présente M. Bédard.

Le transfert lourdement affecté  

Associé spécialisé en finances corporatives pour la société de comptables, Pascal Moffet confirme d’emblée que le transfert d’entreprise a été lourdement affecté par la crise de la COVID-19. «Il y a eu un peu de transactions annulées, beaucoup ont été mises en pause – pour reprendre l’expression du premier ministre Legault –, alors que quelques-unes ont été conclues en mode accéléré, le processus étant assez avancé et les parties motivées.»    

M. Moffet insiste sur l’incertitude que crée le coronavirus. «La situation invite à la prudence et à attendre de voir ce qui va se passer. Le moment n’est pas opportun pour réaliser des transactions. Il faut se souvenir que la valeur d’une entreprise est fondée sur les profits que l’on peut espérer faire éventuellement et sur les chances de concrétiser ces profits. Il y a des variables qu’on ne connaît pas et les impacts d’une transaction peuvent être grands.» 


« En ces temps difficiles, les défis pour une entreprise sont ceux de la gestion de la liquidité pendant la crise et de la reprise par la suite. Le budget et les prévisions sont ici primordiaux. Les entreprises doivent en sortir en étant les plus fortes possibles. »
Pascal Moffet, associé chez Mallette

Soutien et réactions possibles

Selon l’expert, la réponse des institutions financières au marasme qui frappe est néanmoins positive. Il note que le financement est disponible pour les entreprises et que les nouveaux projets sont même bien accueillis. L’effet du soutien collectif lui apparaît de bon augure, tout comme la santé économique des organisations qui prévalait avant la tourmente. Une ombre au tableau : les mauvaises créances qui pourraient occasionner un resserrement du crédit.

«Au sortir de la crise, deux réactions sont possibles de la part des entrepreneurs, termine M. Moffet. Soit les propriétaires, ébranlés par l’aventure, vont vouloir stabiliser leurs affaires avant de vendre rapidement, soit ils vont essayer de retrouver leur profitabilité et même au-delà. Ajoutons que les transferts internes risquent moins de subir les conséquences de la COVID-19, car ces entreprises évoluent davantage en zone de confiance et de flexibilité.»           

Toujours aussi présent pour les entrepreneurs

Le CTEQ est présent en cette période de pandémie et continue d’offrir ses services-conseils à sa clientèle. «L’inquiétude est palpable chez les propriétaires-dirigeants. La santé financière d’une entreprise est importante en situation de transfert. Il faudra être prêt à les soutenir et à leur prêter main-forte», précise M. Vincent Lecorne, président-directeur général du CTEQ.

Entrevue et rédaction: Johanne Martin

À propos du CTEQ

 Créé en 2015, le CTEQ coordonne les démarches des repreneurs et cédants dans leur projet de transfert d’entreprise. Présente sur tout le territoire québécois, son équipe de conseillers propose des formations et des évènements (sommets, conférences, 5@7, etc.), mais aussi un service de mise en relation et de référencement d’occasions de reprise et de profils de repreneurs, l’INDEX.

Depuis cinq ans, le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) poursuit sa mission et rayonne dans le milieu économique. Dans cette série d'articles, découvrez l’engagement de personnalités d’affaires qui partagent à ce point la vision du CTEQ qu’elles ont choisi d’en devenir des ambassadeurs, des membres du conseil d’administration ou de précieux partenaires.

ctequebec.com