Contenu commandité

Santé publique

Les opioïdes d'ordonnance: à utiliser avec précaution

Avec la crise des opioïdes qui sévit, particulièrement dans l’Ouest canadien, la couverture médiatique entourant ce sujet donne une piètre figure à ces médicaments pourtant fort utiles dans le traitement de la douleur. Il est important malgré ce contexte de ne pas oublier que les opioïdes d’ordonnance, utilisés adéquatement à des fins thérapeutiques, demeurent indispensables chez certains patients souffrant de douleur aiguë, cancéreuse ou chronique.

Les opioïdes, c’est quoi exactement?

Les opioïdes sont des médicaments d’ordonnance aux propriétés analgésiques qui peuvent aussi procurer un effet euphorisant. Ils agissent sur les neurotransmetteurs du cerveau responsables du contrôle de la douleur. La famille des opioïdes est grande, on y retrouve par exemple l’oxycodone, la morphine, l’hydromorphone, le fentanyl et la codéine.

Un traitement de choix pour de nombreux patients      

Les opioïdes sont un traitement efficace pour atténuer la douleur des patients causée par un cancer, une intervention chirurgicale, un accident ou une blessure importante. Chez les patients atteints de douleur chronique non cancéreuse, comme les maux de dos et les symptômes liés à l’arthrose, les opioïdes constituent un choix de deuxième intention. Il existe d’autres types de traitements à explorer en amont avant d’y avoir recours. En tout temps, la prise d’opioïdes en cas de douleur chronique devrait faire partie d’une stratégie globale de gestion de la douleur et être jumelée à des traitements complémentaires, comme la physiothérapie et les soins interdisciplinaires.

Utilisés adéquatement selon la posologie, les opioïdes présentent un risque limité de dépendance et de surdose. La vigilance reste toutefois de mise, autant chez les patients que chez les médecins. Plusieurs facteurs sont à prendre en considération, comme la prise d’alcool pendant le traitement qui accentue ces risques ou la combinaison avec d’autres médicaments pouvant interagir de façon négative. Pour éviter toute complication, mieux vaut donc aborder la question ouvertement avec les professionnels de la santé et aviser votre médecin ou votre pharmacien si vous observez un changement dans votre état de santé mentale ou physique pendant la prise d’opioïdes.

Quand le marché noir s’en mêle      

Il arrive que, chez certains patients, la posologie prescrite ne soulage pas entièrement la douleur ressentie, les poussant ainsi à rechercher de nouvelles façons de se procurer des opioïdes, dont l’achat de ces médicaments sur le marché noir. Cette situation peut être exacerbée si la personne a des problèmes de santé mentale ou vit une situation psychosociale difficile.

Or, le recours aux opioïdes du marché noir peut avoir de graves conséquences sur la santé. Utilisés de façon abusive ou non encadrée, ils peuvent créer une dépendance et même mener à une surdose accidentelle.

De plus, la composition des opioïdes trouvés sur le marché noir n’est jamais connue. Fabriqués dans des laboratoires clandestins, certains peuvent contenir des doses fatales de fentanyl ou d’autres substances dangereuses.

5 signes courants de surdose d’opioïdes

  • Étourdissements et confusion
  • Somnolence extrême ou incapacité à se réveiller
  • Difficultés respiratoires
  • Lèvres et ongles bleus
  • Aucune réaction au bruit ou à la douleur

Si vous croyez être en présence d’une personne victime d’une surdose, appelez le 9-1-1.

La prévention: une responsabilité collective

Même si le Québec est la province la plus épargnée par la crise des opioïdes jusqu’à présent, les données montrent que les décès attribuables aux intoxications par opioïdes y sont en hausse. Il est donc essentiel de miser sur la sensibilisation et sur l’éducation auprès de toute la population.

Si votre médecin vous a prescrit des opioïdes, assurez-vous de lui avoir fourni vos antécédents médicaux complets. Respectez toujours la posologie, rangez vos médicaments dans un endroit difficilement accessible par les autres, et surtout, n’offrez jamais un comprimé à un proche. Une fois vos médicaments périmés, rapportez-les à la pharmacie. Enfin, si vous sentez que la posologie recommandée n’est plus suffisante pour soulager votre douleur, parlez-en à un professionnel de la santé sans tarder.

Il est également important d’informer votre entourage de votre consommation d’opioïdes afin d’obtenir son soutien en cas de besoin. Aussi, savoir intervenir en cas de surdose et administrer de la naloxone (un antidote spécifique aux opioïdes) peut être un atout.

Pour en savoir plus sur les opioïdes, consultez le site Québec.ca/opioides

festival Québec Exquis!

Avril, le mois le plus exquis

Du 6 au 20 avril, la 9e présentation de Québec Exquis!, mettant en vedette les vins du Val de Loire, promet d’être plus attrayante que jamais avec trois fins de semaine de plaisir, des valeurs sûres et des nouveautés qui jazzeront ses six incontournables volets: Manger, Déguster, Cuisiner, Sortir, Découvrir et Dormir. Montez donc à bord!

Une virée gourmande à Québec, c’est exquis!

Pour une deuxième année, la Virée gourmande à Québec permettra à des gens de Sherbrooke, de Trois-Rivières et de Chicoutimi de vivre la fièvre du festival Québec Exquis! grâce à des forfaits en autobus nolisé au départ de ces trois villes. Le samedi 13 avril, lors d’une journée débordante d’activités, vous dégusterez un repas trois services avec un verre de vin du Val de Loire, découvrirez le travail d’un producteur dans son environnement, visiterez le Marché éphémère et prendrez part au Pop Up Québec Exquis ! avant de retourner à la maison, le même jour. 


Manger: ça se passe dans les restaurants! 

Les centaines de produits délicieux de 26 artisans de l’île d’Orléans, de Charlevoix, de la Capitale, de la Rive-Sud, de Portneuf et de la Côte-de-Beaupré inspireront 26 chefs de Québec à créer d’extraordinaires menus trois services à prix d’ami dans leurs restaurants respectifs. Les sommeliers de chaque restaurant auront de quoi s’amuser cette année pour créer des accords originaux, grâce à l’incroyable diversité de produits offerts par la région vinicole invitée, le Val de Loire. 


L’incontournable Marché éphémère! 

En après-midi, assistez à la troisième présentation du Marché éphémère au Marché du Vieux-Port de Québec. Vous pourrez bavarder avec ces passionnés qui sont la raison d’être de Québec Exquis!, tout en dégustant leurs produits. Vous voudrez sans doute en profiter pour faire des provisions. Le chef Christophe Alary, de l’École hôtelière de la Capitale, sera une fois de plus sur place avec ses élèves pour vous servir de délicieuses bouchées. Il y aura aussi des démonstrations culinaires offertes par des chefs cuisiniers et des producteurs. 

Planification financière

Une vision d’ensemble propre au planificateur financier

La gestion des finances personnelles est une source d’inquiétude chez bien des gens et plusieurs se demandent à qui faire confiance pour les aider à faire les bons choix. Pour mieux vous y retrouver, Le Soleil a demandé à Jocelyne Houle-LeSarge, présidente-directrice générale et secrétaire de l’Institut québécois de planification financière (IQPF) de répondre à trois questions qu’on se pose souvent sur les planificateurs financiers.

Q. Pourquoi devrait-on consulter un planificateur financier et à quel moment devrait-on le faire? 

R. On devrait toujours consulter un planificateur financier! Cette profession est la seule qui exige une formation universitaire dans sept domaines : l’assurance et la gestion des risques, les aspects légaux, les finances, la fiscalité, la retraite, les placements et la succession. Pour pratiquer, il faut réussir l’examen de l’IQPF et obtenir un permis de l’Autorité des marchés financiers. Le planificateur financier a vraiment une vue d’ensemble pour accompagner son client et réaliser un plan intégré qui touchera à tous les aspects de sa situation financière. On devrait avoir un planificateur financier dans sa vie comme on devrait avoir un médecin de famille. Il peut aussi y avoir un élément déclencheur qui pousse les gens à consulter rapidement un planificateur financier, comme un mariage, un divorce, le lancement d’une entreprise, l’achat d’une propriété, l’arrivée d’un héritage, etc. 

Q. En quoi le rôle du planificateur financier diffère-t-il de celui du conseiller?

R. Des conseils, tout le monde peut en donner. Mais seul le planificateur financier peut faire un plan intégré selon la situation et les besoins de son client. Il a une vision d’ensemble et offre tout un accompagnement. Il fonctionne d’ailleurs en réseau et peut recommander d’autres professionnels pour compléter le travail, comme un notaire pour rédiger le mandat de protection et le testament.

Q. Faut-il avoir de grands moyens financiers pour consulter un planificateur financier?

R. Pas du tout! On peut même consulter un planificateur financier parce qu’on est trop endetté et qu’on veut trouver une façon de s’en sortir en évitant la faillite. Le planificateur financier est excellent pour accompagner les gens qui doivent revoir leur situation financière, faire un budget, trouver une façon de gérer leurs dettes ou créer un plan pour réaliser leurs rêves. Si on peut faire des portions de ce travail soi-même et en ligne grâce à l’intelligence artificielle, la planification financière demeure un domaine complexe où le contact humain restera toujours important. Le planificateur financier cherche vraiment à comprendre ce que le client lui dit (et même les non-dits) pour lui offrir un accompagnement qui lui permettra d’accomplir ses rêves.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’IQPF: www.iqpf.org

Entreprendre en région

Granby, ville entrepreneuriale

Voir au-delà de la métropole et réaliser l’ampleur des occasions d’affaires qui peuvent s’offrir à eux: des jeunes entrepreneurs partent en mission afin d’élargir leurs horizons. Sur le territoire couvert par le RJCCQ, une dizaine de participants se déplacent, motivés par la perspective de prendre part au développement économique des régions.

Implantation, expansion, reprise d’entreprise et maillage figurent parmi les objectifs poursuivis. Au menu de chaque mission: visite d’entreprises innovantes qui font la fierté de la région, rencontre avec des entrepreneurs locaux et mise en contact avec des élus municipaux et des représentants des milieux administratif, économique et entrepreneurial.

Émanant du Plan économique du Québec, le programme ENTREPRENDRE en région bénéficie de l’appui du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion et du Mouvement Desjardins.

ENTREPRENDRE EN RÉGION

Mission réussie à Argenteuil

Voir au-delà de la métropole et réaliser l’ampleur des occasions d’affaires qui peuvent s’offrir à eux: des jeunes entrepreneurs partent en mission afin d’élargir leurs horizons. Sur le territoire couvert par le RJCCQ, une dizaine de participants se déplacent, motivés par la perspective de prendre part au développement économique des régions.

Implantation, expansion, reprise d’entreprise et maillage figurent parmi les objectifs poursuivis. Au menu de chaque mission : visite d’entreprises innovantes qui font la fierté de la région, rencontre avec des entrepreneurs locaux et mise en contact avec des élus municipaux et des représentants des milieux administratif, économique et entrepreneurial.

Émanant du Plan économique du Québec, le programme ENTREPRENDRE en région bénéficie de l’appui du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion et du Mouvement Desjardins. 

L’enthousiasme au rendez-vous !

En pleine effervescence, Argenteuil aspire ni plus ni moins qu’à devenir «le Drummondville» de l’ouest. Misant entre autres sur une économie circulaire, un concept lié au développement durable, elle vise à en faire un élément d’attraction. En attendant, c’est une mission commerciale accomplie avec succès qui a mis le cap sur la région.    

Déterminés à déployer leurs activités hors du Grand Montréal, la dizaine de jeunes entrepreneurs issus de la diversité qui ont pris part à la mission organisée conjointement par le RJCCQ et l’Aile jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie d’Argenteuil en sont revenus ravis. Ils ont eu l’occasion d’établir un premier contact avec un milieu dynamique et ouvert à l’implantation de projets innovants. Différents outils leur ont été présentés dans une atmosphère conviviale.

Dès leur arrivée, les participants ont pu assister à plusieurs présentations. Les services en entrepreneuriat de la MRC d’Argenteuil, ceux du Fonds d’emprunt Laurentides, de même qu’un aperçu de l’initiative Synercité, un parc industriel et espace collaboratif nouveau genre, ont ouvert la journée. Le dîner au restaurant Eetalya a été agrémenté d’une intervention par le propriétaire des lieux. La mission s’est poursuivie en après-midi par des visites d’entreprises qui contribuent de manière significative au rayonnement de la région.    

«Les gens se sont rendus chez Vizüsolution, un fabricant de panneaux et composantes de mélamine, et chez PEP Prêt-à-Porter, une entreprise spécialisée en mode masculine et féminine, détaille le pdg du RJCCQ, Maximilien Roy. Les services aux entreprises de la Caisse Desjardins d’Argenteuil leur ont aussi été présentés. L’événement s’est clôturé par un 5 à 7 riche en échanges orchestré par l’Aile Jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie d’Argenteuil.»

Des organisateurs très satisfaits

«Le milieu municipal, dans la MRC d’Argenteuil, se distingue par sa très grande proximité avec les employeurs et les entrepreneurs locaux. On se rend compte qu’il existe une réelle volonté de faire du maillage rapidement pour servir les gens. Les membres de la cohorte Entreprendre en région l’ont remarqué et l’ont beaucoup apprécié, tient à souligner M. Roy. Les participants ont senti la force de l’encadrement offert s’ils viennent s’établir ici.»

«Je suis très impressionné par l’engouement qu’ont ces jeunes entrepreneurs pour les régions du Québec. On se dit parfois que les régions peinent à attirer les jeunes, mais lorsqu’on reçoit une délégation aussi pertinente et intéressée que celle-ci, c’est tout le contraire qu’on se dit. On se dit que notre région, Argenteuil, a tout à gagner à accueillir leurs idées novatrices, leur ingéniosité et leur sens de l’entrepreneuriat. Et on se dit qu’ensemble, on pourra aller bien loin, mais que tout débutera ici, avec une poignée de main!», a pour sa part réagi le président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Argenteuil, Timmy Jutras.

Ce qu’ils ont confié…

«Argenteuil est vraiment une région en plein développement. Pour moi, l’un des moments forts de la journée a été la rencontre avec les responsables de la MRC et les gens de la Chambre de commerce. Les réalités de la MRC nous ont été exposées et nous avions en plus, devant nous, des personnes clés. C’est un bon premier pas!»

Zakaria Rouaghi, vice-président de R&S ressources

Camps de vacances

Pour un été bien rempli!

Dans quelques semaines, des milliers d’enfants tomberont en vacances et souhaiteront vivre un été du tonnerre! Pour bien planifier ce congé, La Tribune vous invite à consulter son édition spéciale consacrée aux camps de vacances et camps de jour.

Vous en saurez plus sur des camps dynamiques, qui se distinguent par la qualité de leurs installation et leur animation. Toujours sous le signe du plaisir, les camps de vacances et camps de jour sont une belle occasion de vivre à fond ses passions ou de découvrir de nouvelles activités, tout en développant de solides amitiés. Bon été!

Consultez le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité en cliquant ici.

Camps de vacances

Une semaine pour apprendre à entreprendre au nouveau Club JED

Tu as des idées, des passions, le désir de te dépasser et de réaliser des projets qui te ressemblent? Tu as peut-être la fibre entrepreneuriale! Pendant une semaine, joins-toi à d’autres jeunes tout aussi créatifs et entrepreneurs pour une aventure qui sort de l’ordinaire!

Du 14 au 20 juillet, tu pourras participer à une série de conférences, d’ateliers pratiques et de défis intellectuels et physiques qui te permettront de développer diverses valeurs et compétences entrepreneuriales. Chaque jour, des entrepreneurs chevronnés et bien établis en région te partageront leurs expériences, et des coordonnateurs dynamiques, professionnels et expérimentés t’aideront à bâtir ton propre projet que tu présenteras devant tes pairs ainsi qu’à un jury spécialement composé pour l’occasion. L’enjeu? Trois bourses de 1000 $ à 1500 $ qui seront remises aux trois jeunes dont le projet aura le meilleur potentiel entrepreneurial.

À quoi ressemblera d’ailleurs une journée typique au camp? « Le matin, il y aura des conférences, des ateliers thématiques et des témoignages animés par des entrepreneurs de la région, explique Claire Côté, coordonnatrice. Les ateliers sont liés aux valeurs de base du Club : la conscience, l’autonomie, la créativité, le leadership et l’initiative. L’après-midi, on relève des défis, on fait de l’activité physique et on prépare un projet personnel entrepreneurial accompagné par des mentors. On garde aussi du temps pour des activités ludiques, pour des moments de réflexion, pour socialiser et pour profiter des magnifiques terrains mis à notre disposition. »

L’anglais étant la langue des affaires, on bonifie le parcours des jeunes avec 10 heures de formation English in Business. Les ateliers seront offerts quotidiennement en collaboration avec English Summer Camp.

Des outils pour créer ton propre parcours

Ce camp unique est une initiative de neuf entrepreneurs de la région, membres du Club des Chefs de demain, qui souhaitaient redonner au suivant et contribuer à bâtir une relève entrepreneuriale. Ils ont ainsi mis sur pied ce tout nouveau Club des jeunes entrepreneurs de demain (Club JED) et fait appel à deux intervenants expérimentés et qualifiés, Claire Côté et Mirco Robert, pour voir à sa gestion et accompagner au quotidien les jeunes dans la réalisation de leur projet. 

« On s’adresse aux élèves de 2e à 4e secondaire. On veut apporter quelque chose de différent de ce qu’on voit à l’école. On veut bonifier le développement personnel et professionnel des jeunes et donner un sens à ce qu’ils font en classe. En travaillant sur des projets qui les allument, c’est stimulant aujourd’hui, mais cela aura aussi un impact sur leur avenir. Le Club JED est l’occasion pour les jeunes de voir toutes les possibilités qui s’offrent à eux et de créer leur propre parcours, en accord avec leurs valeurs », explique Claire Côté.

Accueillis au Collège Servite, les jeunes participants auront de nombreuses occasions d’aiguiser leur sens des affaires et se livreront même à une petite compétition en créant un concept. « On leur fera relever des défis, question de stimuler leurs idées! On veut développer leur débrouillardise, le courage de foncer et de saisir les opportunités. » On a par ailleurs fait le choix de garder les participants pour la nuit, afin de favoriser la dimension sociale liée à l’entrepreneuriat et l’esprit de communauté. 

Afin que cette expérience soit accessible à un maximum de jeunes, le Club JED a approché des entrepreneurs de la région, et déjà plusieurs ont accepté de parrainer un jeune en assumant une partie des coûts d’inscription. « La réponse du milieu des affaires est incroyable, les entrepreneurs croient beaucoup à ce Club et souhaitent participer à leur façon à transmettre le flambeau, souligne Mme Côté. Le projet obtient également un très grand appui des milieux scolaire et politique. » 

Qu’est-ce que le Club des jeunes entrepreneurs de demain (Club JED) 

Le Club des jeunes entrepreneurs de demain a pour mission d’inspirer les adolescents à développer leur passion entrepreneuriale et à saisir l’opportunité. La collaboration et l’implication du Club des Chefs de demain offrent donc aux jeunes une multitude de possibilités et assurent un contenu professionnel de qualité tout au long de leur cheminement. Le Club des Chefs de demain, un regroupement de neuf entrepreneurs de la région de Sherbrooke, est composé de Louis-Philippe Péloquin (Sept24), David Marchand (STIM), Suzie Talbot (Diex Recherche), Maxime Beaudoin (MB Capital), Marilyne Gagné (Dermapure), Gabriel de La Fontaine (Delafontaine inc.), Pascal Boutin (PMCtire inc.), Simon Larochelle (Royer) et Alexandre Vincent (MÉTALUS). 

Consultez le cahier spécial des camps de vacances préparé par La Tribune en cliquant ici.

Camps de vacances

Au Séminaire de Sherbrooke, programmez un robot!

Pour une 9e année consécutive, l’équipe de robotique EVOLUTION 2626 t’invite à venir passer une ou deux semaines au Séminaire de Sherbrooke pour apprendre à faire fonctionner différents types de robots comme des EV3 de Lego, des robots Spheros et plusieurs autres.

Tu apprendras à conceptualiser ton robot pour accomplir différentes tâches grâce aux nombreux capteurs qui seront mis à ta disposition, programmer ces différents capteurs et moteurs, mais surtout t’amuser et ouvrir tes horizons à la robotique et aux technologies. Tu auras la chance de travailler avec un programme de dessin 3D et faire imprimer tes designs avec des imprimantes 3D.

S’initier à la robotique dans le plaisir!

Le camp de jour ROBOTIQUE EVOLUTION est une initiative de l’équipe 2626 qui participe à la compétition FIRST depuis maintenant 12 ans.  Pendant ces douze années, leur objectif premier a été et restera toujours de partager leur passion pour la robotique tout en s’amusant.

Les moniteurs qui t’attendent sont des PROS de la robotique! Ils sont membres de nos équipes EVOLUTION FLL et FRC du Séminaire de Sherbrooke et sont encadrés par deux de leurs mentors.

Si tu as envie d’en apprendre plus sur la robotique et les technologies, le camp EVOLUTION est la place pour toi cet été. Aucune expérience n’est requise.

Consultez le cahier spécial des camps de vacances préparé par La Tribune en cliquant ici.

Camps de vacances

Le Camp Claret, pour une expérience inoubliable en pleine nature

Situé sur les bords enchanteurs du lac Elgin à Stratford en Estrie, le Camp Claret offre une quarantaine d’activités pour tous les goûts : traversée du lac en canot, ski nautique, planche à voile, kayak, régates, natation, techniques d’escalade, voile, tir à l’arc, équitation, parcours d’hébertisme, excursions…

Par le biais de ces activités, les jeunes de 7 à 16 ans peuvent s’épanouir pleinement. Chacun fait partie d’une équipe dont il est solidaire. En plus de partager la même tente, ils mangent à la même table et pratiquent les mêmes activités, encadrés par des moniteurs formés et expérimentés. «  Tout se fait en groupe pour inculquer l’esprit d’équipe aux vacanciers », précise le père Carmel, fondateur du camp. 

Les sorties en forêt sont toutefois l’occasion d’apprendre à se débrouiller soi-même. Le campeur est alors appelé à collaborer avec son équipe pour ramasser du bois, faire le feu, monter l’abri, préparer le repas et partager au coin du feu ses expériences personnelles. « Par ces sorties, nous donnons la chance aux jeunes d’expérimenter le camping sans trace, d’apprendre à faire les choses par eux-mêmes, de leurs propres mains, à développer leur autonomie et la confiance en soi », explique le père Carmel Lerma.

L’école de la vie qui forme  les leaders de demain

Au Camp Claret, on s’amuse, on bouge, on rit, mais surtout on s’épanouit, on apprend le partage, le respect et le goût du dépassement de soi! L’équipe met tout en œuvre pour que chaque campeur réussisse. On respecte son rythme, mais on l’amène aussi toujours un peu plus loin… Il en ressort une grande fierté chez chaque jeune. « Nous voulons que les jeunes repartent du camp heureux de leur nouvelle expérience de vie d’équipe, confiants en leurs capacités, fiers de leurs réalisations, positifs devant les possibilités que la vie leur offre et certains qu’ils pourront réaliser leurs rêves. »

Pour offrir une présence à la fois rassurante et stimulante à ses campeurs, le Camp Claret mise sur un ratio d’environ un adulte pour quatre campeurs. Au cours de leur séjour, les jeunes sont répartis en quatre groupes, selon leur âge et leur sexe : Jean-Rieurs, Étincelles, Boucaniers et Claire-Nature. Chaque tente accueille 12 ou 13 campeurs, exclusivement de filles ou de garçons, et ce sont toujours les mêmes moniteurs qui les encadrent. Il se crée ainsi un climat sécuritaire, une dynamique unique où tous apprennent à s’entraider, à s’écouter et à s’encourager.

Pour de plus amples informations, visitez le www.campclaret.qc.ca ou suivez le Camp Claret sur sa page Facebook.

Camps de vacances

À l'Académie Vert & Or : des camps d’été pour bouger !

Pour le plus grand plaisir des jeunes sportifs, le Centre sportif de l’Université de Sherbrooke propose, en collaboration avec les équipes du Vert & Or et les clubs sportifs de la région, des camps de jour permettant de découvrir un sport ou encore de le perfectionner tout en s’amusant.

Cet été, l’Académie Vert & Or propose cinq camps sportifs qui donneront l’occasion de faire bouger vos athlètes pendant la saison estivale 2019. Les camps sportifs proposés sont le soccer, le volleyball, l’athlétisme, la natation et le camp multisports. Les groupes sont formés selon l’expérience de chacun afin de permettre aux jeunes d’évoluer dans un groupe du même niveau. Les animateurs de chaque équipe sont des athlètes de haut niveau et entraîneurs réputés enthousiastes de transmettre leurs connaissances et la passion de leur sport préféré aux jeunes. Pendant le camp, les participants s’initient aux règles et apprennent de nouvelles techniques tout en s’amusant. Selon le groupe d’âge, les séances techniques sont entrecoupées d’activités variées telles que la baignade au complexe aquatique du Centre sportif de l’Université de Sherbrooke ou des périodes de jeux sur l’un des nombreux plateaux intérieurs ou extérieurs du centre sportif le plus complet de la région ! 

En inscrivant votre enfant dans un camp de jour de l’Académie Vert & Or, ce dernier pourra bénéficier de l’attente animée le matin entre 8 h et 9 h, ainsi que l’après-midi entre 16h et 17h. Ces périodes d’animation et de jeu libre sont comprises dans les tarifs de l’Académie, à l’exception du camp de volleyball, destiné aux 12-15 ans.