Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Déjà bien nanti en défense avec Cale Makar, Samuel Girard et Devon Toews, l’Avalanche pourra bientôt compter sur Bowen Byram.
Déjà bien nanti en défense avec Cale Makar, Samuel Girard et Devon Toews, l’Avalanche pourra bientôt compter sur Bowen Byram.

Un tremplin direct vers la LNH?

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Avant le début de la nouvelle saison de la LNH, la planète hockey va vibrer au rythme du championnat du monde junior, qui s’amorce dans quelques heures à Edmonton.

Au plan collectif, les nations réunies s’engagent dans un tournoi relevé, où la parité est réellement installée depuis une décennie.

Au plan personnel, les joueurs peuvent sortir transformés d’une expérience aussi grandiose. Certains pourraient même s’en servir directement comme tremplin vers la LNH, dès le Mondial terminé. Coup d’œil sur les principaux joueurs à surveiller dans cette catégorie.

1. Trevor Zegras

Il avait épaté la galerie pas à peu près au dernier championnat du monde junior, ce Trevor Zegras. Il est déjà établi comme l’un des meilleurs passeurs de son groupe d’âge, sinon le meilleur.

Zegras est un espoir des Ducks d’Anaheim, l’une des formations de la LNH les moins bien nanties à l’attaque en ce moment. Ce n’est donc pas un hasard si Zegras a quitté les rangs collégiaux américains cet été afin de s’engager chez les pros à 19 ans.

Trevor Zegras est peut-être le dauphin de Ryan Getzlaf à Anaheim.

Avec un bon tournoi à Edmonton, les portes du vestiaire des Ducks vont s’ouvrir devant lui, et il sera peut-être même identifié comme le dauphin de Ryan Getzlaf!

2. Dylan Cozens

Les journalistes affectés à la couverture des Sabres s’attendent à voir Cozens amorcer la saison avec les Sabres. Encore mieux, plusieurs le projettent à l’aile droite, aux côtés d’Éric Staal sur le deuxième trio… ou encore aux côtés de Jack Eichel, sur la première unité.

C’est loin d’être farfelu, considérant le talent du jeune homme. D’ailleurs, sensiblement au même âge et dans la même position, Sam Reinhart avait récolté une quarantaine de points en 2015-16.

Dylan Cozens a une chance légitime d’amorcer la prochaine saison de la LNH dans le top 6 des Sabres.

Reste à Cozens à livrer la marchandise au cours des deux prochaines semaines. Il est l’un des leaders du Canada à ce tournoi, pariez qu’André Tourigny lui donnera toutes les occasions possibles de se faire valoir.

3. Bowen Byram

Au camp de sélection de l’équipe nationale junior, le capitaine des Cataractes, Mavrik Bourque, a dit que Byram était dans une classe à part. Malgré tout le talent réuni sous les ordres d’André Tourigny, paraît que Byram était seul sur sa planète.

Si Byram poursuit sur cette lancée au championnat du monde junior, il va forcer la main à l’Avalanche. L’équipe du directeur général Joe Sakic a six défenseurs réguliers sous contrat. Ils ont transigé cet été pour obtenir Devon Toews, un geste qui laisse supposer que le plan est de garder Byram dans le junior une dernière année. Mais bon, si Byram prouve qu’il est clairement prêt à passer au prochain niveau, l’Avalanche devrait céder. Il a déjà son contrat en poche…

4. Artur Kaliyev

La reconstruction des Kings de Los Angeles sera peut-être brève. Les Kings auront pas moins de neuf représentants au Mondial junior. Bien sûr, Quinton Byfield et Alex Turcotte, deux choix top 5, auront les projecteurs braqués sur eux. Personne ne va tomber en bas de sa chaise si ces deux attaquants se joignent aux Kings après la compétition.

Mais attention, il faut aussi garder à l’œil Artur Kaliyev, un virtuose de la ligne bleue ennemie jusqu’au gardien adversaire.

Dur de comprendre comment un joueur aussi doué a pu glisser jusqu’en deuxième ronde au repêchage de 2019. Sur les ailes, c’est assez dégarni merci à Los Angeles. Kaliyev n’a plus grand-chose à prouver dans le junior, un deuxième bon Mondial de suite (il a marqué quatre buts en cinq matchs l’an passé) et hop, il pourrait être invité à s’installer dans la cité des Anges.

5. Connor McMichael

C’est le meilleur espoir des Capitals. Dans un pipeline peu garni, il faut l’avouer. Ce McMichael semble à une saison d’être invité à se joindre à la bande d’Alex Ovechkin mais tout peut changer dans les prochaines semaines avec un Mondial du tonnerre.

Après tout, il a roulé à deux points par match l’an dernier à London dans la OHL. Au championnat du monde junior, à 18 ans, un point par match. À six pieds, il est doté d’un gabarit convenable pour les pros.

Les Capitals sont vieillissants à l’attaque. Si McMichael prouve qu’il peut amener de l’énergie à Washington dès janvier, il va obliger ses patrons à réfléchir très sérieusement.