Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mavrik Bourque
Mavrik Bourque

Mavrik Bourque aux portes d’Équipe Canada junior

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Mavrik Bourque est véritablement aux portes d’Équipe Canada junior.

Le capitaine des Cataractes a résisté à la deuxième vague de coupes jeudi matin, qui a notamment fauché Hendrix Lapierre des Saguenéens de Chicoutimi.

L’entraîneur-chef André Tourigny et ses adjoints prévoient une autre vague de coupes vendredi matin, après un dernier match intra-équipe jeudi soir. Possible que ce soit assez clair aux yeux des hommes de hockey comme portrait pour en arriver, dès vendredi matin, à l’alignement final des 25 joueurs qui seront appelés à défendre le titre mondial du pays au championnat junior à Edmonton dans deux semaines.

«Je suis tellement content pour Mavrik. Résister à deux coupes, à 18 ans, c’est excellent! Ça ne veut pas dire qu’il va faire l’équipe, il reste au moins une autre vague à passer. Mais d’être encore là, tout près des décisions finales, c’est la preuve qu’il fait actuellement très belle impression», indiquait le pilote des Cataractes Ron Choules, qui assure ne pas être surpris par la tournure des événements. «Entre le début de notre camp d’entraînement et maintenant, Mavrik a pris pas mal de galon. Son nouveau rôle de capitaine a fait grandir confiance et leadership en lui. Il est arrivé au camp d’Équipe Canada junior mieux outillé pour affronter ce qui s’en venait.»

Bourque est en communication constante avec Choules depuis son départ. Il lui a dit avoir été réconforté par les exigences du personnel d’entraîneurs d’ECJ… qui ressemblent beaucoup à celles de son patron à Shawinigan! «J’insiste depuis mon arrivée sur l’importance de bien jouer des deux côtés de la rondelle. C’est exactement ce qui est demandé par Hockey Canada actuellement. Il y a quelques gars comme les Dach ou Cozens dont le talent est hors norme à ce camp mais pour tous les autres, je suis convaincu que c’est une exigence non négociable. Mavrik avait acheté ce plan-là chez nous, et il s’est aperçu que c’est le bon pour continuer à monter les échelons. Qu’il fasse ou non l’équipe, c’est quelque chose qui va lui rester. Une conviction encore plus forte qu’il pourra transmettre à ses coéquipiers à son retour. C’est une expérience très enrichissante qu’il est en train de vivre.»

Choules ne veut pas spéculer, mais il croit que la polyvalence de Bourque pourra bien le servir lors des décisions finales. «Ce ne sont pas tous les joueurs qui sont à l’aise dans le rôle d’un 13e attaquant, par exemple. Mavrik, lui, a le profil pour accepter n’importe quelle mission. Dans une équipe comme celle-là, ça importe peu comment tu entres dans l’alignement. Tôt ou tard, tu as toujours la chance de contribuer, de te faire valoir. Je ne dis pas que c’est ce qui va arriver à Mavrik, je suis bien loin des décisions. Je dis qu’à mes yeux, notre capitaine peut être utile de différentes façons à un entraîneur et que c’est peut-être ce qui va lui permettre de mériter son casier dans l’équipe.»