Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Cédric Desruisseaux suit les traces d’un certain Anthony Mantha.
Cédric Desruisseaux suit les traces d’un certain Anthony Mantha.

Des luttes endiablées à finir

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Mine de rien, la LHJMQ entame le dernier droit de la saison. Tout indique que les environnements protégés sont là pour rester dans le circuit Courteau, du moins au Québec. Avec cette formule, il y a deux séquences prévues dans les cartons de la ligue, dont une qui s’amorce ce week-end, d’ici aux éliminatoires.

Voici les principaux dossiers à surveiller d’ici là.

Foreurs ou Islanders?

La lutte est vive entre les Foreurs de Val-d’Or et les Islanders de Charlottetown pour le titre de champions de la saison régulière. Les Islanders roulent à un pourcentage d’efficacité de ,867 depuis le début de la saison, contre ,833 pour les Foreurs. C’est ce critère, et non pas la traditionnelle récolte de points, qui est utilisé pour départager les équipes cette saison, puisque le nombre de matchs disputés variera d’une concession à l’autre.

Foreurs et Islanders trônent sans partage au sommet de leur division depuis cet automne. Pour donner une signification à leur fin de saison, il n’y a donc que le premier rang au classement général qui peut servir.

La lutte promet d’être épique. Les Islanders ont gagné leurs 11 derniers matchs, les Foreurs sont 9 en 10. Le reste des statistiques globales - buts pour, buts contre, efficacité sur les unités spéciales - confèrent un petit avantage aux Islanders mais attention, les Foreurs ont fait plusieurs gros ajouts à la dernière période de transactions et une fois rodés par Daniel Renaud, c’est logique de croire qu’ils formeront l’équipe à battre.

Au-delà du prestige associé au titre de champions de la saison régulière, au plan stratégique il y a l’accès à l’avantage de la glace pour toutes les séries qui n’est pas à dédaigner.

Il y a cinq étapes prévues à ces éliminatoires, dont un tournoi à la ronde entre les trois dernières équipes en vie pour les deux laissez-passer de finaliste. Tout au long de ce processus, l’avantage de la glace est certainement une arme utile aux yeux des entraîneurs.

Un titre de division plus important qu’à l’habitude

Dans les divisions Ouest et Maritimes, la cause est entendue. Mais dans la division Est, c’est une bagarre à quatre formations qui se dessine pour le titre de division. Les Saguenéens ont présentement la pôle, un nez devant les Cataractes. Remparts et Tigres sont placés tout juste derrière, en embuscade.

Encore une fois, cette course n’est pas banale. Le champion de la division Est va s’assurer de ne pas croiser les Foreurs avant le mini tournoi à la ronde, qui fera office de demi-finale. Ils ne le diront pas ouvertement, mais sachez que c’est un privilège qui est convoité par ces quatre équipes!

Par ailleurs, l’équipe qui terminera au deuxième échelon aura droit, comme les champions, à un laissez-passer pour la première ronde. Cette formule a autant d’adeptes que de détracteurs, parce que plusieurs favoris ont chuté en deuxième ronde après avoir bénéficié d’un congé en première ronde dans le passé, mais en théorie, ça reste quand même un avantage. Tu peux guérir des bobos, reposer tes meilleurs éléments, aiguiser les stratégies.

Avec quatre équipes en lice pour ces deux positions, attendez-vous à ce que ça se règle uniquement lors du dernier week-end d’activités… peu importe quand il sera programmé!

Casey ou Desruisseaux?

Les succès collectifs des Islanders débordent sur leurs joueurs. Installé au sommet des marqueurs de la LHJMQ depuis des mois, Cédric Desruisseaux a vu son coéquipier Thomas Casey venir le défier. Un petit point séparait les deux vétérans avant les matchs de vendredi. Desruisseaux – 35 filets en 30 matchs – est un meilleur buteur que Casey qui lui, en revanche est excellent metteur en scène pour ses coéquipiers. Qui aura le dessus? Normalement, le passeur est avantagé dans ce type de course! Si c’est effectivement Casey qui se démarque, il faudra quand même retenir la campagne exceptionnelle de Desruisseaux. Le dernier joueur de la Ligue à avoir maintenu une moyenne d’un but par match s’appelait Anthony Mantha (57 en 57 en 2013-14).

Mantha a été un choix de première ronde LNH, Desruisseaux est agent libre. Bon Mantha fait 6’5’’, Desruisseaux 5’8’’, mais il sera quand même intéressant de voir si une équipe de la LNH sera tentée de lui accorder un essai après cette saison magique.

Dans le filet, leur coéquipier Colton Ellis se bat autant pour la meilleure moyenne de buts accordés (1.90) que pour le meilleur pourcentage d’efficacité (,922) dans la ligue. Dans les deux rayons, il est devancé de peu par Alexis Shank (1.86 et ,925), des Saguenéens de Chicoutimi.

En passant, Ellis a enregistré cette semaine un 17e blanchissage en carrière dans la LHJMQ, ce qui lui permet de rejoindre Philippe Cadorette dans le livre des records du circuit. Le brio de l’espoir des Blues passe un peu trop sous le radar malheureusement depuis le début de sa carrière junior.

***

Le huis clos est là pour rester, l’aide financière allongée?

À moins d’un changement drastique dans la politique de la Santé publique, ce n’est pas demain la veille que les équipes de la LHJMQ pourront accueillir à nouveau des spectateurs dans les arénas. Même si les cas chutent, que la vaccination va bon train et que les salles de spectacle ont redémarré leurs activités, le circuit Courteau se prépare à terminer la saison puis de jouer ses séries à huis clos. Lors des dernières discussions entre les deux parties il y a quelques semaines, la Santé publique avait été claire : pour continuer à opérer, la LHJMQ devait continuer à utiliser des environnements protégés. Fin de la discussion! Il sera toutefois intéressant de voir si le gouvernement provincial va étirer l’aide financière accordée aux franchises dans les prochaines semaines. Dans l’entente bouclée en début de saison, les équipes avaient reçu un million $ chacune, et le gouvernement s’était montré intéressé à bonifier l’aide si la situation ne se résorbait pas…