Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les joueurs des Sags ont participé à un dernier entraînement mercredi avant de retourner dans leurs familles pour la période des Fêtes. À leur retour, ils devront observer une quarantaine avant de pouvoir jouer des matchs.
Les joueurs des Sags ont participé à un dernier entraînement mercredi avant de retourner dans leurs familles pour la période des Fêtes. À leur retour, ils devront observer une quarantaine avant de pouvoir jouer des matchs.

Le temps de la pause est arrivé chez les Sags

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Les derniers mois ont été mouvementés chez les Saguenéens et à travers la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Le moment est maintenant venu de la pause prolongée du temps des Fêtes.

Les joueurs des Sags ont participé à un dernier entraînement, mercredi. Tous les joueurs auront quitté le Saguenay vendredi pour retourner dans leur famille pour quelques semaines, leur départ dépendant de leurs examens scolaires. Ils seront de retour au début du mois de janvier et devront observer une quarantaine avant la reprise des matchs.

« C’est un temps pour décrocher, rappelle l’entraîneur-chef Yanick Jean. Cette première moitié nous a demandé beaucoup d’énergie mentale avec les normes et tout le processus pour être capables d’arriver à jouer avec la COVID-19. Ils sont chanceux, ils continuent de pratiquer le sport qu’ils aiment, ce qui est primordial. Chaque chose en son temps, c’est vraiment le moment de décrocher par rapport à la situation qu’on a vécue ici. Je pense que ce sera bénéfique à long terme. »

Après un camp d’entraînement prolongé, les Sags ont eu le temps de disputer quatre rencontres normalement avant que les activités de la LHJMQ ne soient suspendues pour trois semaines, après une première éclosion au sein de l’Armada de Blainville-Boisbriand. Les Chicoutimiens ont pu disputer une autre rencontre à Rimouski, une victoire, avant qu’un premier cas de COVID-19 dans l’organisation force un autre arrêt de deux semaines. Après avoir passé avec succès tous les tests d’usage, les Sags ont tout de même pu intégrer l’environnement protégé de Québec pour disputer six parties supplémentaires, sans leurs deux meneurs offensifs Hendrix Lapierre et Dawson Mercer, qui ont plutôt pris la direction de Red Deer en Alberta pour participer au camp d’évaluation d’Équipe Canada junior. Globalement, en 11 rencontres, les Sags ont récolté 14 points, bon pour le 6e meilleur pourcentage de la LHJMQ.

« J’ai plus ou moins aimé notre premier deux semaines de calendrier. J’ai l’impression qu’on était un peu perdus dans tout ça même si on gagnait des matchs. Je ne trouvais pas qu’on s’identifiait à notre manière habituelle de jouer. La période de trois semaines d’arrêt forcé, même si on était en zone orange, a fait en sorte qu’on a énormément progressé comme équipe », a d’abord analysé l’entraîneur-chef Yanick Jean lorsqu’invité à tracer son bilan de « mi-saison », jeudi, lors d’une entrevue téléphonique.

« On est allés jouer à Rimouski et on a été très bons. Les six matchs dans la bulle, on a été très bons également. Nos sept dernières rencontres, je nous ai trouvés extrêmement solides et constants. Les choses qui ont été mises en oeuvre pour que notre équipe progresse ont vraiment été acquises par nos joueurs. Ils ont acheté beaucoup de principes qui ont fait en sorte qu’on était difficiles à affronter soir après soir, même si on jouait l’après-midi », d’insister le pilote des Bleus.

Yanick Jean

+

UNE PÉRIODE D’ÉCHANGE DIFFÉRENTE ET PEUT-ÊTRE REPOUSSÉE

Le temps des Fêtes est synonyme de nombreuses transactions à travers la LHJMQ. Le directeur général des Sags, Yanick Jean, se montre confiant que l’habituelle période des échanges, qui doit débuter le 19 décembre, sera repoussée de quelques semaines afin de lui permettre ainsi qu’à ses acolytes de prendre des décisions plus éclairées.

« Je n’en connais pas qui n’espèrent pas », a-t-il précisé au sujet du souhait abordé par les membres du comité hockey de la LHJMQ, plus tôt cette semaine, en réunion virtuelle, tout comme la formule des séries éliminatoires.

« Le principe de ça, c’est de donner la chance à chaque équipe de voir la situation le plus loin possible. Ce serait un peu ridicule d’avoir à prendre des décisions en ce moment alors qu’il nous manque des données », fait valoir Yanick Jean.

Peu importe la décision, le DG des Sags ne sera pas le premier à se lancer dans la course, contrairement à la saison dernière où il avait fait l’acquisition du vétéran de 20 ans, Félix Bibeau, avant même le début officiel de la période des transactions. Cette fois, les membres de l’état-major des Sags se donneront le maximum de temps et attendront la décision de la LHJMQ sur les dates précises avant de prendre une décision sur la stratégie à adopter.

Qui plus est, les éléments sont déjà en place après des transactions effectuées l’an dernier. « Je suis dans une situation différente de l’an dernier. On n’avait pas besoin de faire des choses rapidement. Le mot d’ordre cette année par rapport à ça, c’est la patience », d’insister Yanick Jean sur la conduite à adopter par l’état-major.

Cette année, ce sont les Foreurs qui seront à surveiller, eux qui sont acheteurs agressifs depuis le repêchage de juin dernier. Les rumeurs, qui sont maintenant plus au stade de confirmations, envoient notamment l’attaquant du Drakkar Nathan Légaré à Val-d’Or.