Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Samuel Savoie était survolté lorsqu’il s’est présenté au banc des Olympiques de Gatineau après avoir réduit l’écart à 4-2 en troisième période.
Samuel Savoie était survolté lorsqu’il s’est présenté au banc des Olympiques de Gatineau après avoir réduit l’écart à 4-2 en troisième période.

«Nous avons appris des choses» — Verreault

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Antonin Verreault avait fait une entrée fracassante dans les séries de la LHJMQ. À 16 ans, il avait inscrit trois points dans une victoire de 6-3 des Olympiques sur l’Armada de Blainville-Boisbriand.

Premier attaquant sélectionné au repêchage de la LHJMQ en 2020, il n’a pas pu recréer la même magie dans les trois matches suivants. Samuel Savoie, repêché deux rangs plus loin que lui, a inscrit un but et amassé une passe en seulement six secondes lundi.

Les Olympiques sont éliminés des séries de la coupe du Président, mais ces deux joueurs auront amplement le temps de gagner des séries dans les années à venir. Verreault dit justement avoir retenu une première leçon après le quatrième match de la série perdu 4-3 après une tentative de remontée qui s’est presque matérialisée.

«Nous avons appris qu’il ne faut jamais abandonner. Les séries, c’est dur, mais je pense que les jeunes, nous avons quand même bien fait. Les plus vieux étaient là pour nous appuyer. Ce soir, ça nous prenait juste un but pour nous mettre en marche. Nous avions un slogan dans l’équipe: ne jamais sonner la cloche. Il y a eu un bon discours entre la deuxième et la troisième période. Louis (Robitaille) nous a ramené ça dans le visage. Nous n’avions pas si mal joué dans les deux premières périodes. Il fallait gagner la troisième. Nous n’avons juste pas été chanceux à la fin.»

À 20 ans et à son dernier match dans l’uniforme des Olympiques, Métis Roelens croyait dur comme fer aux chances de victoire de son équipe quand Samuel Savoie a porté la marque à 4-2 avec plus de 15 minutes à jouer.

«J’ai senti le caractère de cette équipe. Louis (Robitaille) a fait le tour de la chambre après la deuxième période avec la cloche dans ses mains. Il l’a posé par terre. Nous l’avons mis dans les poubelles. Nous ne voulions pas l’entendre sonner. Quand nous avons compté le deuxième but, j’y croyais vraiment à notre retour. L’espoir nous a amené beaucoup d’énergie. Ça nous a permis de nous battre jusqu’à la fin.»

Joueur avec le plus d’ancienneté avec les Olympiques, Roelens était triste devant la perspective d’enlever son chandail pour la dernière fois. Il aurait aimé étirer sa carrière jusqu’à Québec, près de la maison, pour les prochaines rondes des séries.

«Présentement, je suis vraiment triste que ma carrière junior prenne fin aujourd’hui. En même temps, je vais conserver de bons souvenirs de mon passage à Gatineau et ça me rend heureux. Nous avons vraiment une belle équipe. Je souhaite aux gars la meilleure des chances l’année prochaine. Ils le méritent tous.»

De retour au jeu après avoir raté les derniers matches de la saison et les trois premiers matches des séries, le vétéran Kieran Craig a démontré les raisons pour lesquelles il avait manqué à l’équipe. Il a été à l’origine du premier but des Olympiques et il a réduit l’écart à un but en fin de match avec un superbe tir des poignets. L’entraîneur-chef Louis Robitaille aurait bien aimé compter sur lui avant lundi.

«Quand ton meilleur marqueur de la saison précédente n’est pas là, ça complique toujours les choses. Kieran a fait face à l’adversité toute l’année. Il a été blessé plus souvent qu’à son tour. Il était encore en douleur aujourd’hui. Je peux vous l’assurer. Il tenait à jouer et je pense que ça n’a pas paru qu’il était encore blessé. Il a été d’une grande aide ce soir. Nous aurions aimé l’avoir depuis le début.»

Les Olympiques sont restés à Shawinigan lundi soir. Ils croyaient dur comme fer en leurs chances d’étirer la série jusqu’à un cinquième match mercredi. Ils vont plutôt prendre la direction de Gatineau mardi matin. L’Armada de Blainville-Boisbriand prendra le chemin vers Québec où ils affronteront les Tigres de Victoriaville.