L'entraîneur des 67's d'Ottawa, André Tourigny, doit diriger Équipe Canada junior au Championnat mondial dans moins de deux mois.
L'entraîneur des 67's d'Ottawa, André Tourigny, doit diriger Équipe Canada junior au Championnat mondial dans moins de deux mois.

La COVID-19 frappe chez les 67’s

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Le camp d’entraînement des 67’s d’Ottawa n’est pas encore commencé dans la Ligue de l’Ontario, mais le club est déjà aux prises avec une éclosion de COVID-19.

L’entraîneur-chef André Tourigny va d’ailleurs terminer une quarantaine préventive de 14 jours mercredi après avoir côtoyé quelqu’un qui a reçu un résultat positif à un test de la COVID-19. Des membres du personnel des 67’s et des joueurs qui s’entraînent dans la région ont pour leur part été infectés par le virus sans montrer de symptômes. Certains ont tout simplement choisi de se placer en isolement préventif.

Selon les informations obtenues par Le Droit, des entraîneurs du groupe Next Generation, spécialisés dans l’enseignement des habiletés, ont également contracté le virus. Ceux-ci étaient en contact étroit avec des joueurs et des entraîneurs des 67’s. Ils ont aussi été en contact avec des joueurs de la région qui évoluent pour d’autres équipes de la Ligue de l’Ontario ou encore pour des équipes professionnelles.

James Boyd, le directeur général des 67’s, reconnaît que le virus a touché certains membres de son club, mais que l’isolement volontaire d’André Tourigny est particulièrement lié à sa situation délicate à titre d’entraîneur-chef d’Équipe Canada junior.

«André est soucieux parce qu’il doit diriger l’équipe nationale du Canada au Championnat mondial junior. Les activités de l’équipe vont commencer dans moins de deux mois. Il va tout faire pour éviter de se retrouver dans une position délicate. Son épouse est aussi une infirmière. Il prend toutes les mesures de précaution», a raconté Boyd mardi.


« Nous avons des joueurs qui ont été exposés à des personnes qui avaient la COVID-19. »
James Boyd

CITATION «Nous avons des joueurs qui ont été exposés à des personnes qui avaient la COVID-19. 

Tourigny a été informé de son exposition à une personne ayant testé positivement à la COVID-19 au lendemain du repêchage de la LNH. Il serait d’ailleurs surprenant de le revoir en séance de recrutement dans des amphithéâtres de la LHJMQ si les activités de la ligue devaient reprendre après le 28 octobre.

James Boyd a affirmé que les 67’s avaient déjà une demi-douzaine de joueurs en ville même si, en principe, le camp d’entraînement ne doit pas débuter avant le 15 novembre.

«Nous avons des joueurs qui ont été exposés à des personnes qui avaient la Covid-19. Je ne sais pas s’ils ont reçu des tests positifs. Nous avons mis toutes nos ressources à la disposition des joueurs et des membres de notre personnel. J’ai référé tout le monde au médecin de l’équipe pour répondre à leurs inquiétudes et leurs questions. La Santé publique de la Ville d’Ottawa a aussi été d’une aide précieuse. En ce qui me concerne, tous les cas sont résolus et nous regardons cette situation dans notre rétroviseur maintenant. Le virus court et il est partout. À ce que je sache, d’autres équipes de la Ligue de l’Ontario ont été touchées aussi.»

Les 67’s n’ont pas encore tenu d’activité d’équipe jusqu’à maintenant. La Ligue de l’Ontario envisage un début de saison le 1er décembre, mais en coulisses, on semble croire que la ligue va imiter la Ligue de l’Ouest et cibler un début de saison en janvier. La ligue doit tenir une réunion importante le 26 octobre prochain afin de préciser son plan de retour au jeu.

Dans la LHJMQ, les équipes de l’Armada de Blainville-Boisbriand et du Phoenix de Sherbrooke ont durement été touchées par la Covid-19. Après avoir observé une quarantaine de 14 jours, ces deux clubs sont de retour à l’entraînement.