Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Une majorité de Canadiens serait d’accord avec un «reconfinement» pendant les Fêtes. 
Une majorité de Canadiens serait d’accord avec un «reconfinement» pendant les Fêtes. 

Une majorité de Canadiens serait d’accord avec un «reconfinement» pendant les Fêtes

Lee Berthiaume
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
OTTAWA — Un nouveau sondage suggère qu’une majorité de Canadiens soutient l’idée d’une nouvelle fermeture des entreprises et des services non essentiels pendant les Fêtes, afin de lutter contre une flambée de nouveaux cas de COVID-19.

Un sondage mené en fin de semaine par Léger pour l’Association d’études canadiennes révèle que 65 % des répondants se sont dits favorables à un confinement général dans leur province à Noël et au jour de l’An, alors que 29 % s’y opposeraient.

Le vice-président exécutif de Léger, Christian Bourque, a été surpris par cet appui apparemment élevé, qui demeure à peu près le même, quel que soit l’âge des répondants ou leur province de résidence.

«Je m’attendais à ce que ce soit quelque chose comme 50-50, parce que nous sommes déjà soumis à des restrictions assez sévères», a déclaré M. Bourque. «À l’approche des Fêtes, les Canadiens disent essentiellement: «Attachons notre ceinture. Il reste quelques semaines encore».»

D’ailleurs, 51 % des personnes interrogées estiment que l’on traverse actuellement le pire de la pandémie, tandis que 29 % estiment que le pire reste encore à venir; seuls 10 % pensent que le pire est derrière nous.

Ces chiffres reflètent peut-être l’augmentation continue des cas dans plusieurs endroits au Canada, y compris dans des régions qui avaient été jusque-là relativement épargnées par le coronavirus. Ces résultats coïncident également avec une nouvelle modélisation de l’Agence de la santé publique du Canada, qui suggérait qu’on pourrait dépasser les 575 000 cas et près de 15 000 décès d’ici Noël.

Malgré la flambée de cette deuxième vague, M. Bourque se serait attendu à ce que l’arrivée du premier vaccin approuvé par Santé Canada et le début de la campagne de vaccination de masse cette semaine suscitent plus d’optimisme chez les répondants au sondage. «Mais les gens disent au fond: nous n’en sommes pas encore là.»

Au chapitre de la vaccination, d’ailleurs, les opinions demeuraient relativement inchangées en fin de semaine malgré l’enthousiasme suscité par l’arrivée annoncée des premières doses du vaccin Pfizer-BioNTech.

Plus des deux tiers (66 %) des répondants ont déclaré qu’ils prévoyaient de se faire vacciner, soit à peu près le même taux que lors des semaines précédentes. Seulement 16 % ont déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de se faire vacciner, tandis que 18 pour cent ne savaient pas encore. Ces chiffres suggèrent une hésitation persistante en ce qui concerne la vaccination.

Ainsi, comme les semaines précédentes, 31 % des répondants ont affirmé qu’ils prendraient le premier vaccin offert, alors qu’une plus grande proportion, 44 %, veulent attendre que d’autres vaccins soient proposés avant de retrousser leur manche.

Le sondage a été mené du 11 au 13 décembre auprès de 1528 adultes canadiens faisant partie d’un panel en ligne. Les experts en recherche et en méthodologie estiment qu’il est impossible d’attribuer une marge d’erreur à un sondage réalisé en ligne, puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.