Éric Tremblay, propriétaire du Monsieur Muffler de Chicoutimi, dit avoir été faussement accusé de ne pas respecter son isolement en revenant de voyage.

Un commerçant dénonce les risques de diffamation

Avec les mesures imposées par le gouvernement pour limiter la propagation de la COVID-19, plusieurs personnes dénoncent sur les réseaux sociaux certains individus qui ne respecteraient pas les consignes de confinement volontaire. Cependant, des accusations non fondées risquent d’avoir des conséquences sur la réputation de la personne ou de l’entreprise, met en garde Éric Tremblay, propriétaire du garage Monsieur Muffler de Chicoutimi, qui a vu son nom apparaître sur une publication Facebook l’accusant faussement, selon ses dires, de ne pas respecter l’isolement prescrit en revenant de voyage.

Éric Tremblay devait revenir de la Floride au mois d’avril. Toutefois, lorsqu’il a remarqué que les mesures s’intensifiaient, il a choisi de revenir chez lui, à Lac-Kénogami. Après avoir passé les douanes canadiennes le 15 mars, il affirme s’être immédiatement placé en isolement dans sa maison en compagnie de sa conjointe, qui revenait également de Floride. Leur fille se serait occupée de leur épicerie avant qu’ils arrivent afin d’éviter tout contact.

Dimanche, M. Tremblay a reçu un téléphone de son fils l’avisant qu’une femme aurait fait une publication Facebook l’accusant de ne pas respecter les mesures d’isolement. « Nous n’avons pas quitté la maison depuis de notre arrivée au pays. Lorsque nous avons besoin de quelque chose, nos voisins font nos commissions et les déposent sur notre perron. Nous nous sommes organisés afin de ne pas entrer en contact avec personne. Nous n’avons même pas vu notre fille qui devrait bientôt accoucher. »

M. Tremblay, qui assure ne pas s’être rendu à son commerce, a contacté son avocat, qui lui a suggéré de démentir sur Facebook. « Mes enfants ont signalé la publication. Nous avons reçu plusieurs commentaires encourageants, mais plusieurs personnes semblent croire ce qui est écrit. Ce genre de commentaires est déplacé et peut fortement nuire à notre commerce en plus de briser mon intégrité. »