La ministre de la Santé Danielle McCann et la vice-première ministre Geneviève Guilbault, à l'Assemblée nationale, mercredi
La ministre de la Santé Danielle McCann et la vice-première ministre Geneviève Guilbault, à l'Assemblée nationale, mercredi

Réouverture des régions: les Québécois doivent «continuer à être obéissants» [VIDÉO]

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Les régions du Québec rouvriront par étape, à compter de lundi. Mais les déplacements non essentiels restent à éviter et les rassemblements toujours interdits.

«Si on devait constater que la courbe de contagion reprend de plus belle, si les prévisions devaient s’assombrir, si la situation devait se détériorer, on n’hésitera pas à repousser des réouvertures», a prévenu la vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lors du point de presse gouvernemental de mercredi.

Comme les barrages routiers érigés depuis un mois aux portes des régions du Québec relèvent de son ministère, Mme Guilbault remplaçait le premier ministre entre la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

François Legault sera de retour au rendez-vous jeudi, tandis que le point de presse fera relâche autant vendredi que la fin de semaine.

«C’est important de comprendre que tous ces plans-là, toute cette planification est tributaire de la discipline à laquelle on va continuer de se soumettre. Mais les Québécois sont exemplaires depuis le début. Donc, je leur demande de continuer à être obéissants et de se conformer aux directives de santé publique, malgré les annonces de réouverture graduelle qui sont faites depuis trois jours. [...] Il ne faut surtout pas voir, dans cette étape de déconfinement très graduel, un synonyme de relâchement», a insisté Mme Guilbault, d’un ton autoritaire.

Voici donc quand les contrôles policiers sur les routes reliant certaines régions seront retirés:

4 mai

Chaudière-Appalaches, Laurentides, Lanaudière, Rouyn

11 mai

Saguenay—Lac-Saint-Jean, Outaouais (sauf Gatineau), Abitibi, La Tuque

18 mai

Bas-Saint-Laurent, Charlevoix, Gaspésie, Côte-Nord, Îles-de-la-Madeleine

Aucune date n’a été arrêtée pour Gatineau, le Nord-du-Québec, la Basse-Côte-Nord, la Minganie, le Nunavik et les Terres-Cries-de-la-Baie-James, régions encore considérées comme vulnérables aux assauts du virus.

79 nouveaux décès

Pendant que le gouvernement dévoile un peu plus chaque jour son plan de déconfinement qui s’amorce lundi prochain, le nombre de cas et de décès dus à la COVID-19 continue d’augmenter. Surtout à Montréal et particulièrement dans ses centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Des 26 594 cas maintenant recensés jusqu’ici au Québec, 837 de plus que la veille, 1761 personnes ont succombé au nouveau coronavirus. Donc 79 nouveaux morts en 24 heures.


« Si on devait constater que la courbe de contagion reprend de plus belle, si les prévisions devaient s’assombrir, si la situation devait se détériorer, on n’hésitera pas à repousser des réouvertures »
La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault

Le Dr Arruda prédit par contre que le nombre quotidien de nouveaux décès s’apprête à diminuer «de façon significative» dès la fin de la semaine, à cause du retard actuel dans le système de calcul.

Dans l’ensemble des hôpitaux, la situation s’avère assez stable avec 1648 patients atteints de la COVID-19 alités, dont 222 aux soins intensifs.

Mais la situation se complique avec des éclosions dans quelques zones chaudes, comme dans le quartier Montréal-Nord et à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, tout près, qui accueille 165 malades de la COVID-19.

«Prudents, dociles et disciplinés»

Ce qui a poussé encore plus la vice-première ministre à appuyer son discours sur l’effort toujours aussi nécessaire de la part des Québécois. Le mot discipline est revenu sept fois dans son allocution d’ouverture.

«Si on est prudents, si on est dociles et si on est disciplinés, on va réussir ce plan de réouverture des régions comme on va réussir les autres plans de réouverture d’autres secteurs du Québec sans relancer la pandémie. Donc, c’est l’objectif : relancer le Québec sans relancer la pandémie», a martelé Mme Guilbault.

Les déplacements superflus entre régions s’avèrent donc toujours proscrits.

Et les rassemblements en tous genres aussi.

«Marcher à distance de deux mètres ou être devant le garage, un ou l’autre, c’est une autre chose différente que de se retrouver ensemble autour d’une table, dans un repas, où il y a de la manipulation d’objets, etc. Et où souvent, on va avoir tendance à oublier qu’on est à deux mètres», explique le DArruda.

«Si on est capables de passer à travers certaines étapes puis [d’obtenir] une documentation épidémiologique où il n’y a pas tant de circulation que ça, ce sera des activités qu’on va vouloir qu’elles reprennent, mais toujours avec une prudence. Un repas, ce n’est pas marcher à côté [de l’autre] ou ce n’est pas se parler entre voisins dans la rue.»

«Idéalement pas trop de décès»

Des questions perdurent sur la capacité du système de santé dans certaines régions. Qui ont l’avantage d’avoir pu se préparer et d’«avoir appris de Montréal», affirme la ministre de la Santé, Mme McCann, assurant que personnel et équipement de protection sont en place partout.

«Il faut que la capacité de traitement soit au rendez-vous dans les centres hospitaliers, confirme le DArruda. Parce que c’est clair qu’en faisant des déconfinements, on va avoir probablement, on le sait, des cas, idéalement pas trop de décès. C’est ce qu’on souhaite, surtout si les gens qui sont à risque restent là. Donc, il faut qu’il y ait un contrôle en milieu de soins, mais aussi un contrôle en milieu communautaire.»

Le directeur national de santé publique du Québec a aussi révélé que le taux de contagion moyen des personnes touchées par la COVID-19 dans les régions bientôt déconfinées est inférieur à une par malade.

«Les régions qui ont été moins touchées ont appris, ont mis en place ces protocoles, ces nouvelles mesures qui protègent, et on a prévu une capacité. Mais on compte sur la population pour appliquer les mêmes consignes, parce que si on voyait qu’il y avait une augmentation significative, on serait obligés de refermer le robinet», a illustré la ministre McCann.