François Legault a dévoilé son scénario des Fêtes, jeudi.
François Legault a dévoilé son scénario des Fêtes, jeudi.

Période des Fêtes: rassemblements de 10 personnes permis, sous plusieurs conditions [VIDÉO]

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Aux Fêtes, les célébrations en groupe de 10 maximum seront permises pendant quatre jours, du 24 au 27 décembre. Les Québécois devront par contre se confiner une semaine avant et une semaine après. Et les écoles vont fermer quelques journées de plus.

Voilà le plan dévoilé jeudi en fin de journée par le premier ministre François Legault, son ministre de la Santé, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda. Plus qu’un plan, il s’agit même d’«un contrat moral avec les Québécois», a insisté M. Legault, à exactement cinq semaines du réveillon de Noël.

LIRE AUSSI : Un défi de... 98 jours

Ces rassemblements modelés par la pandémie de COVID-19 pourront donc réunir un maximum de 10 personnes sans égard à leur provenance. Pas de restrictions quant aux bulles ou au nombre de ménages impliqués. Membres de la famille et amis seront bienvenus.

Bye au jour de l’An

Et au jour de l’An? «On regarde le Bye, bye!» a résumé le premier ministre Legault, pour bien signifier que la nouvelle année devra être célébrée seulement avec les gens de son foyer.

«Et on essaie d’oublier 2020!» a renchéri le ministre Dubé, assis à distance respectable à la longue table de conférence de l’auditorium de la Bibliothèque du Québec, à Montréal.

La période de confinement préventif s’étendra donc du jeudi 17 décembre au dimanche 3 janvier, inclusivement, avec au milieu les quatre journées graciées.

Le gouvernement encourage fortement les entreprises qui le peuvent à fermer leurs portes durant cet intervalle ou garder leurs employés en télétravail le plus possible.

École en ligne

Les classes des écoles seront fermées. Mais les enseignants et les élèves pas pour autant en vacances.

Les cours en présence se termineront le mercredi 16 décembre, au lieu du vendredi 18 comme prévu dans la plupart des régions, comme à Québec. Pour reprendre le mardi 5 janvier au primaire et une semaine plus tard, le lundi 11 janvier, au secondaire. Les nouvelles journées de fermeture s’enseigneront à distance.

On parle donc de deux journées de plus à la maison pour les écoliers du primaire et de six au secondaire. Mais trois en réalité pour les élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaires, qui se rendent déjà en classe une journée sur deux.

Les services de garde suivront l’horaire des écoles primaires, sauf pour les travailleurs essentiels des services de santé qui y auront encore droit les quelques journées de fermeture supplémentaires.

LIRE AUSSI : Mesures pour le temps des Fêtes: ce qu’ils en disent

Si, si, si...

Le trio devenu quatuor d’un soir a tenu à rappeler que le plan ne tient que si la transmission virale se maintient au niveau actuel ou diminue. Il n’est d’ailleurs pas question d’adapter les mesures par région.

«Se voir quatre jours comporte des risques. Mais il faut se rappeler que la famille est au cœur de ce qu’on est, au cœur de notre nation», a dit un M. Legault solennel.

«On veut protéger nos aînés, mais sans les isoler», a résumé le Dr Arruda.

«Mais on ne force pas personne à se rassembler, a-t-il insisté. C’est sûr qu’idéalement, grand-maman ne devrait pas tenir le bébé dans ses bras durant trois heures. On leur permet de participer à la fête, mais en gardant si possible une certaine distance, dans le salon, en ayant des contacts rapprochés courts et en ne restant idéalement pas plus de 15 minutes près des grands-parents», a-t-il énuméré.

«On peut se rencontrer quatre belles journées, mais il ne faut pas se dire que c’est un carnaval», illustre de plus le Dr Arruda.

Car déjà dans les neuf derniers jours, le nombre d’hospitalisations dues à la COVID-19 au Québec a grimpé de 22 %, passant de 534 à 651, et le nombre de patients traités aux soins intensifs a atteint la centaine.

Déconseillé de changer de région

Les déplacements entre régions sont «fortement déconseillés» par les autorités. Encore plus d’une zone rouge vers une zone plus pâle. Et si jamais ça arrive, redoublez de précaution! martèle le Dr Arruda.

Rappelons que la Côte-Nord, les Îles-de-la-Madeleine et l’Abitibi sont encore en jaune et le Bas-Saint-Laurent et une bonne partie de la Gaspésie, en orange.

Quant à la fréquentation des centres commerciaux et des magasins pour l’achat des cadeaux, M. Legault reconnaît qu’il y a «un risque, mais il n’est pas grand». Évitez les moments de grand achalandage, conseille-t-on encore.