Lundi, la plage de Huntington Beach était bondée. Le comté de Los Angeles a ordonné la fermeture des plages du 3 au 6 juillet, coïncidant avec la fête nationale des Américains.
Lundi, la plage de Huntington Beach était bondée. Le comté de Los Angeles a ordonné la fermeture des plages du 3 au 6 juillet, coïncidant avec la fête nationale des Américains.

Los Angeles ferme ses plages pour la fin de semaine du 4 juillet

LOS ANGELES — Le comté de Los Angeles, principal foyer de COVID-19 en Californie, a annoncé lundi qu’il fermerait temporairement ses plages le week-end prochain, férié aux États-Unis, pour endiguer un regain de contamination.

«En raison de la hausse des cas de COVID-19, toutes les plages du comté de Los Angeles seront de nouveau temporairement fermées cette fin de semaine, du 3 au 6 juillet», a écrit sur Twitter une responsable du comté, Janice Hahn.

«Nous avons eu presque 3000 cas rien qu’aujourd’hui. Nous ne pouvons pas prendre le risque d’avoir des foules à la plage durant cette fin de semaine fériée», qui coïncide avec le 4 juillet, fête nationale américaine, ajoute-t-elle.

Le comté a enregistré plus de 2900 nouvelles contaminations lundi, un record depuis le début de la pandémie aux États-Unis. Au total, plus de 100 000 cas ont été recensés dans le comté de Los Angeles.

Les plages étaient restées fermées durant des semaines au plus fort de l’épidémie, mais avaient progressivement rouvert ces dernières semaines.

Le port du masque, pourtant obligatoire dans les lieux publics, était relativement peu respecté sur certaines d’entre elles, avec parfois près d’une personne sur deux circulant à visage découvert, a constaté un journaliste de l’AFP.

Dimanche, le gouverneur de Californie a ordonné la fermeture des bars de Los Angeles et de six autres comtés de cet État en raison de la reprise de la contamination.

Selon les autorités sanitaires du comté de Los Angeles, des inspections menées la semaine dernière ont montré que 49 % des bars et 33 % des restaurants (qui ne sont pas concernés par la fermeture) n’appliquaient pas les consignes de distanciation physique. En outre, 54 % des employés des bars inspectés et 44 % de ceux des restaurants ne portaient pas de masque ou de visière comme la loi l’exige.

+

PLUS DE 42 000 NOUVEAUX CAS EN 24 HEURES

Une file d’automobiles attendant pour entrer dans un site de tests de la COVID-19 au Dodger Stadium à Los Angeles, lundi.

Au moins 42 000 infections au coronavirus ont été recensées aux États-Unis en 24 heures, selon le comptage lundi à 20h30 (heure avancée de l’Est) de l’Université Johns Hopkins, qui fait référence.

Ces nouvelles infections, concentrées dans les États du Sud et de l’Ouest, portent à près de 2,6 millions le nombre total d’infections sur le sol américain.

En raison de la remontée des contaminations, certains États américains ont dû faire une pause dans le processus de déconfinement.

Le nombre de décès quotidiens dans la première puissance économique mondiale continue pour le moment de décliner, avec 355 morts en 24 heures.

Mais le nombre de cas nouvellement détectés est plus élevé qu’à aucun moment depuis l’apparition du SARS-Cov-2, et les hospitalisations augmentent dans plusieurs foyers comme Houston (Texas) et Phoenix (Arizona), ce qui fait craindre le pire pour le tableau des morts dans les prochaines semaines. AFP