Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Huit détenus du secteur masculin de l’Établissement de détention de Québec sont atteints de la COVID-19.
Huit détenus du secteur masculin de l’Établissement de détention de Québec sont atteints de la COVID-19.

L’Établissement de détention de Québec frappé par la COVID-19

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Huit détenus du secteur masculin de l’Établissement de détention de Québec sont atteints de la COVID-19. Une éclosion est aussi active du côté des femmes incarcérées. 

Un cas positif s’est déclaré pendant la fin de semaine dans le secteur masculin de l’établissement, autrefois appelé prison d’Orsainville. Le président du Syndicat des Agents de la Paix en Services Correctionnels du Québec, Mathieu Lavoie, mentionne que des tests de dépistage ont eu lieu auprès d’autres détenus.

Ils ont jusqu’ici permis de trouver huit prisonniers atteints de la COVID-19. Environ 460 personnes sont incarcérées dans le secteur masculin du bâtiment.

«C’est inquiétant, parce que c’est un secteur de type dortoir où il y a moins d’isolement et plus de contacts entre les détenus», explique Mathieu Lavoie, qui constate que le virus se propage «comme une traînée de poudre» dans certains milieux carcéraux.


« C’est inquiétant, parce que c’est un secteur de type dortoir où il y a moins d’isolement et plus de contacts entre les détenus »
Mathieu Lavoie, président du Syndicat des Agents de la Paix en Services Correctionnels du Québec

Les employés ont eux aussi été testés, mais jusqu’à présent, les résultats n’indiquent pas de cas parmi ceux-ci.

«Une opération de dépistage massif est actuellement en cours auprès de membres du personnel et de personnes incarcérées», précise la porte-parole du ministère de la Sécurité publique Marie-Josée Montminy. 

Deuxième éclosion 

Cette éclosion est par ailleurs la seconde en peu de temps à se dérouler au centre correctionnel de Québec.

La COVID-19 a d’abord fait son entrée dans le secteur féminin de l’établissement de détention, dans la première semaine de février. En date de mardi, l’éclosion active affectait neuf détenues et un employé, selon des données du ministère de la Sécurité publique, sur 33 personnes incarcérées.

À l’exception des corridors, le couvre-visage ne serait pas imposé dans les aires communes et la distanciation sociale ne serait pas appliquée, entre autres à l’heure des repas, ce qui fait craindre à M. Lavoie un «risque de propagation à d’autres secteurs» de la prison.

Des demandes ont été adressées au ministère de la Sécurité publique afin de resserrer les mesures sanitaires en place, explique le président du Syndicat des Agents de la Paix en Services Correctionnels du Québec. «Tant qu’à moi, dès qu’il y a des contacts entre les détenus, le masque devrait être obligatoire», estime-t-il.

Le ministère de la Sécurité publique indique appliquer les recommandations de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

+

BILAN POUR QUÉBEC ET CHAUDIÈRE-APPALACHES

Moins de 50 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés dans la grande région de Québec, mardi.

La Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches comptaient respectivement 30 et 12 infections dans leur plus récent bilan.

Moins de 50 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés dans la grande région de Québec, mardi.

Cela fait maintenant plus d’une semaine que la Capitale-Nationale signale en moyenne une quarantaine de nouveaux cas quotidiens. Depuis lundi, ce nombre tourne plutôt autour de 30.

Cette donnée en baisse combinée à une diminution des hospitalisations atteignent les objectifs établis par la Santé publique régionale pour examiner la possibilité de faire basculer la région au palier d’alerte orange. Le Dr André Dontigny, directeur régional de santé publique de la Capitale-Nationale, estimait possible la recommandation au gouvernement d’un assouplissement des mesures sanitaires si les bilans demeuraient en deçà de 50 cas par jour et que moins de 70 personnes étaient hospitalisées.

Mais avec la possibilité de la population depuis le 8 février de fréquenter certains commerces et l’arrivée de variants dans certaines régions du Québec, le CIUSSS de la Capitale-Nationale indique un souci de «ne pas préconiser un assouplissement des mesures sanitaire trop rapide […] pour bien pondérer l’ensemble de ces facteurs de risque».

Depuis le début de la pandémie, la région cumule 22 038 cas confirmés de COVID-19. Jusqu’à 964 personnes ont aussi succombé au virus, soit une de plus que depuis samedi.

Chaudière-Appalaches encore rouge

En Chaudière-Appalaches aussi les indicateurs pourraient pointer vers la «zone orange», si l’on se fie aux objectifs fixés par la Directrice régionale de santé publique, la Dre Liliana Romero, soit moins de 40 cas par jour et 23 hospitalisations au total.

En effet, entre le 7 et le 13 février, la moyenne de cas s’est établie à 37 par jour. Depuis dimanche, on en compte moins de 20. Douze personnes demeurent pour leur part hospitalisées en raison de la COVID-19.

Toutefois, la Dre Romero précise que ces améliorations doivent se maintenir dans le temps, pendant au moins trois semaines consécutives. «La situation s’améliore de façon progressive, les données de la semaine dernière étaient positives, mais ce n’est pas suffisant pour basculer au niveau orange.»  

Le nombre de décès est stable depuis lundi et un total de 11 577 cas ont été recensés sur le territoire de Chaudière-Appalaches depuis le mois de mars.

Le sort de la région de Québec devrait être connu lors d’un point de presse du gouvernement Legault à 17h, alors qu’il fera savoir les orientations des mesures qui seront conservées, allégées ou resserrées en vue de la relâche.

EN BREF 

Capitale-Nationale 

  • 30 nouveaux cas confirmés, pour un total de 22 038 depuis le début de la pandémie
  • 964 décès (+1)
  • 50 personnes hospitalisées (-2), dont six aux soins intensifs
  • 20 730 personnes guéries
  • 344 cas actifs
  • 38 éclosions actives
  • 29 470 doses du vaccin administrées (statu quo)

Chaudière-Appalaches 

  • 12 nouveaux cas confirmés, pour un total de 11 577 depuis le début de la pandémie 
  • 282 décès (statu quo) 
  • 12 personnes hospitalisées (-3), dont six aux soins intensifs
  • 10 993 personnes guéries
  • 329 cas actifs
  • 57 éclosions actives
  • 11 694 doses du vaccin administrées (statu quo)