Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
À 10 jours de Noël, François Legault a annoncé plusieurs nouvelles restrictions et quelques assouplissements pour les prochaines semaines.
À 10 jours de Noël, François Legault a annoncé plusieurs nouvelles restrictions et quelques assouplissements pour les prochaines semaines.

Legault annonce une «pause des Fêtes» jusqu'au 11 janvier [VIDÉO]

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
À 10 jours de Noël, François Legault a annoncé plusieurs nouvelles restrictions et quelques assouplissements pour les prochaines semaines. Une «pause des Fêtes» au cours de laquelle les commerces non essentiels devront fermer du 25 décembre au 10 janvier inclusivement. Les personnes seules pourront se joindre à une bulle familiale.

Le plan de Noël du gouvernement a pris un énième virage, mardi, à la lumière du nombre de Québécois hospitalisés à cause de la COVID-19 frôlant le millier (959). Sans compter que 7411 travailleurs de la santé sont maintenant absents pour diverses raisons, dont le virus.

Accompagné de son ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, M. Legault a dévoilé une nouvelle liste de consignes auxquelles les Québécois devront se plier durant la période de 25 jours s’étendant du 17 décembre, c’est-à-dire ce jeudi, au dimanche 10 janvier.

Voici ce qui sera permis ou non et à partir de quand :

Resserrements

du 17 décembre au 10 janvier inclusivement

  • Obligation pour les employés de bureau de travailler de la maison, sauf si absolument nécessaire d’être sur place.
  • Comme les écoles secondaires, les écoles primaires resteront fermées une semaine de plus au retour du congé des Fêtes. Enseignement en ligne durant les journées à la maison.
  • Services de garde en milieu scolaire réservés aux travailleurs des services prioritaires. Voici la liste des des emplois et des services prioritaires donnant droit à des services de garde d’urgence.
  • Les zones jaunes en niveau de préalerte (Côte-Nord et Abitibi-Témiscamingue) passent en orange et les orange (sections du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, de l’Outaouais, des Laurentides et du Nord-du-Québec) au rouge. Impact sur l’ouverture des lieux publics comme les salles à manger des restaurants et autres.

du 25 décembre au 10 janvier inclusivement

  • Tous les commerces non essentiels devront fermer. Sauf les épiceries, pharmacies, garages, animaleries, quincailleries, donne M. Legault en exemples. Voici la liste exhaustive des commerces prioritaires pour cette période.
  • Interdiction pour les magasins à grande surface de vendre des biens non essentiels.
  • Salons de coiffure, de manucure et autres soins personnels fermés.

Assouplissements

  • Les activités extérieures permises en groupe de huit, mais rester à 2 m des autres personnes. Le groupe peut compter une neuvième personne qui sert d’entraîneur, de moniteur ou d’arbitre. Les rassemblements dans les espaces privés extérieurs, comme les cours arrière, demeurent interdits.
  • Les personnes seules pourront se joindre à une autre bulle familiale, mais une seule, durant cette période.

Encore une fois, le premier ministre du Québec affirme avoir pris des «décisions au moins aussi prudentes que les recommandations de la Santé publique».

Le Dr Arruda parle d’«un risque qu’on appelle calculé, équilibré. Si vous avez des activités à faire, faites-les à l’extérieur, le risque est beaucoup moins grand. On a profité de la période [de pause] naturelle de Noël pour y ajouter», explique le scientifique et sous-ministre adjoint.

Allées fermées au Costco

Pendant que les commerces non essentiels seront fermés 17 jours, les magasins à grande surface devront limiter leurs ventes aux seuls produits essentiels. Reproche que plusieurs commerçants avaient fait au gouvernement Legault lors du confinement printanier.

Cette fois, les Costco, Walmart et autres devront interdire l’accès à leurs allées de produits non essentiels. Plus d’inspecteurs de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) veilleront au grain et les policiers seront plus enclins à distribuer des amendes.

Pour savoir ce qu’est un bien essentiel, le Dr Arruda affirme par exemple que les boutiques de vêtements d’hiver ne resteront pas ouvertes, tandis que les quincailleries pourront vendre des pièces pour réparer un robinet qui fuit, mais pas de machines à café. Les soins de santé sont considérés comme des services essentiels : dentistes, optométristes, etc.

Les autorités ont voulu accommoder les familles pour leurs achats de Noël, de là l’idée de prolonger l’ouverture des commerces jusqu’au 24 décembre inclusivement.

Pas plus longtemps pour les écoles

Quant aux portes des écoles, primaires et secondaires, les probabilités de repousser leur réouverture au-delà du lundi 11 janvier s’avèrent «très, très faibles», assure M. Legault.

Il constate néanmoins que lundi, «en une seule journée, on a dû fermer 181 classes, pour un total de 1503 à travers le Québec. Ce qui représente autour de 4 % ou 4,5 % des élèves québécois qui ne vont pas à l’école à cause de la COVID-19». 

Ces annonces surviennent au lendemain de l’inoculation des premiers vaccins au Québec, dont ceux aux résidents et aux travailleurs du centre d’hébergement et de longue durée (CHSLD) Saint-Antoine du quartier Duberger, à Québec.

«On voit la lumière au bout du tunnel, même si elle est encore loin. Il faut comprendre que ça va prendre quelques mois avant de pouvoir vacciner tout le monde», a déclaré le premier ministre.

Dès le 5 janvier, donc une semaine avant, François Legault promet mise à jour et confirmation des réouvertures.

+

Réactions à la «pause des Fêtes»

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

« Il fallait en faire plus, c’était plus que nécessaire avec les hospitalisations qui montent en flèche. [...] Je me réjouis que le gouvernement ait entendu l’appel de Québec solidaire pour favoriser le plein air et les activités extérieures. Mais ce n’est pas tout le monde qui a les moyens de louer un chalet ou de s’acheter une passe de ski. Il faut que le gouvernement fasse un effort pour que ce soit accessible à tout le monde. Pas plus tard que la semaine dernière, nous proposions la gratuité des parcs de la SÉPAQ pour l’hiver et un financement pour les municipalités afin d’offrir plus d’espaces extérieurs sécuritaires.»

Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois

«Victoire pour nos jeunes qui ont besoin de bouger, la demande du PQ pour que certains sports en plein air comme le ski et le hockey soient permis, a été entendue par le gouvernement et la santé publique.»

François Vincent, vice-président Québec à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI)

«C’est un coup dur pour les propriétaires d’entreprise qui revivent un nouveau confinement, en étant dans une situation nettement plus précaire qu’en mars dernier. Ils sont très inquiets parce que l’expérience des fermetures montre que l’on connaît la date à laquelle il faut fermer, mais pas la date à laquelle on peut rouvrir.»

La FCEI se dit cependant soulagée que les grandes chaînes ne puissent pas vendre des articles autres qu’essentiels.