La décision concerne notamment les salles de spectacle, les théâtres et les cinémas dans l’ensemble du Québec.
La décision concerne notamment les salles de spectacle, les théâtres et les cinémas dans l’ensemble du Québec.

Le gouvernement Legault autorise les rassemblements de 250 personnes

Le nombre maximal de personnes pouvant assister à des événements intérieurs et extérieurs dans des lieux publics passera de 50 à 250 à compter du 3 août, a annoncé le gouvernement québécois, jeudi après-midi.

Selon le communiqué publié par le cabinet de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, il s’agit d’une recommandation formulée par la Santé publique.

Par ailleurs, le nombre de personnes pouvant participer à une activité dans un lieu privé ne peut toujours pas dépasser 10.

La décision concerne notamment les salles de spectacle, les théâtres et les cinémas dans l’ensemble du Québec. Les autorités rappellent que les spectateurs devront respecter «dans la mesure du possible» une distance de deux mètres entre eux. Lorsqu’ils sont assis, une distanciation physique de 1,5 mètre est autorisée.

Le port du masque demeure obligatoire à l’intérieur. Toutefois, les autorités acceptent que les gens assis puissent retirer leur couvre-visage, à condition de le remettre s’ils se déplacent.

Les événements sportifs se déroulant à l’intérieur sont également touchés par cette mesure, tout comme les salles d’entraînement, les lieux de culte, les salles d’audience et les salles de location.

Si ce maximum de 250 personnes concerne également les événements publics extérieurs, les festivals et autres grands événements demeurent interdits jusqu’au 31 août. On rappelle l’importance de respecter la distanciation physique de deux mètres. Si cela est impossible, le couvre-visage devient alors obligatoire pour tous ceux qui sont âgés de plus de 12 ans.

«Nous avons tenu compte de l’expérience des dernières semaines, alors que la limite était établie à 50 personnes, et nous avons notamment constaté que les exploitants ont fait preuve de diligence dans la mise en oeuvre des différentes mesures nécessaires pour assurer la sécurité des travailleurs et du public», a indiqué le conseiller médical stratégique à la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux, Richard Massé, par voie de communiqué.

Le directeur de la Santé publique, Horacio Arruda, avait évoqué la semaine dernière la possibilité de modifier les règles concernant les événements extérieurs.

En mars, devant la progression de la COVID-19, le gouvernement Legault avait interdit tout rassemblement. La mesure avait été assouplie en juin afin de permettre les rassemblements intérieurs et extérieurs «dans certains lieux publics sont permis, en respectant un maximum de 50 personnes».

L’ADISQ dit accueillir «avec enthousiasme» la décision du gouvernement.

«Si le passage de la limite de spectateurs à 250 annoncée aujourd’hui ne résoudra pas toutes les inquiétudes et contraintes liées à la représentation de spectacles dans des conditions aussi restreintes, cette étape est fort encourageante pour la reprise des spectacles dans toutes les régions du Québec d’autant plus qu’elle est solidement appuyée financièrement par le gouvernement du Québec», a déclaré la vice-présidente aux affaires publiques et directrice générale de l’ADISQ, Soulange Drouin.

L’ADISQ rappelle que lorsque les spectacles ont de nouveau été autorisés devant une foule maximale de 50 personnes, «les billets pour ces événements se sont envolés à toute vitesse».

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a elle aussi salué la décision, mais elle modère son enthousiasme en soulignant que cela «ne réglera pas d’un coup le manque de rentabilité dont souffrent certaines PME, car cela requiert une grande organisation pour respecter les mesures et consignes sanitaires».