Les futures infirmières sont «fatiguées, mais elles ont l’air en forme», dit Katherine Breton, conseillère pédagogique à l’international au Cégep de Granby.

Le Cégep de Granby rapatrie des stagiaires d’urgence

COVID-19 oblige, le Cégep de Granby a tout mis en place pour rapatrier d’urgence 12 finissantes en soins infirmiers — et deux enseignantes qui les accompagnaient — effectuant ces jours-ci un stage au Cambodge.

« C’est pas l’argent qui allait nous empêcher de faire rentrer notre monde », indique Katherine Breton, conseillère pédagogique à l’international, rencontrée mercredi devant l’établissement collégial vide.

Quelques minutes plus tôt, les 11 étudiantes — et un étudiant — et leurs accompagnatrices sont revenues d’une série de vols en provenance de Phnom Penh. Le cégep a payé les frais supplémentaires nécessaires.

Parties le 4 mars, elles ne devaient revenir qu’un mois plus tard, mais l’appel au retour des ressortissants canadiens a tout chamboulé. Trouver des billets de retour n’a pas été facile, mais Mme Breton et l’équipe du cégep ont réussi en faisant transiter le groupe par Taiwan et Vancouver.

Les futures infirmières sont « fatiguées, mais elles ont l’air en forme », dit la conseillère pédagogique. Aucune n’a développé de symptôme ou n’a été en contact avec des personnes atteintes du coronavirus au Cambodge. Elles ont aussi été testées à leur départ et entrent en quarantaine ici.

Le groupe d’étudiantes en soins infirmiers et leurs accompagnatrices Hélène Morrisseau (à gauche) et Amélie Gadbois (à droite).

Soulagement

Ironiquement, ce sont les Cambodgiens qui les fuyaient là-bas, en changeant par exemple de trottoir, convaincus que la maladie pouvait leur être transmise par elles.

« Elles sont déçues d’avoir à finir leur stage de cette façon, mais elles comprennent, dit Mme Breton. C’est aussi un soulagement pour leurs parents de les voir revenir ! »

Beaucoup d’étudiantes en soins infirmiers font des stages à l’étranger, en fin de parcours, puisqu’il est difficile d’en trouver un au Québec. Et il y a l’intérêt du voyage.

« Ça développe un aspect culturel et des compétences interculturelles », dit la conseillère pédagogique. Même s’il a été écourté « elles ont appris de leur stage quand même ». Celui-ci devra se terminer au Québec.

Le Cégep de Granby, comme tous les autres établissements d’enseignement du Québec, en est maintenant à analyser comment le reste de l’année scolaire pourra se dérouler. Il n’est pas exclu que les cours soient reportés à l’été ou que l’apprentissage se donne en ligne.

« Il y a beaucoup d’enjeux à évaluer quant à la pédagogie », dit Katherine Breton.

D’autres stagiaires du cégep sont outre-mer : un groupe d’étudiants en Techniques d’éducation spécialisée doit revenir de Belgique samedi.