Marc-Antoine Lasnier de la Cidrerie Milton est président des Producteurs de cidre du Québec.
Marc-Antoine Lasnier de la Cidrerie Milton est président des Producteurs de cidre du Québec.

La Semaine du cidre... chez soi

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Les Producteurs de cidre du Québec auraient pu faire une croix sur leur quatrième Semaine du cidre du Québec. Ils ont plutôt fait preuve d’audace, en s’invitant chez les gens du 7 au 17 mai.

«On s’est demandé si on l’annulait, car ça n’avait pas de sens de la tenir dans les conditions actuelles. Puis, on s’est dit que la SAQ était considérée comme un service essentiel par le gouvernement. On n’avait pas à être gênés ou mal à l’aise de produire et de promouvoir nos produits. Les gens ont besoin de bonheur et de se changer les idées durant cette crise», affirme le président de l’association et directeur général de la Cidrerie Milton, Marc-Antoine Lasnier.

«Pour la Semaine du cidre, on a conservé les activités qui pouvaient continuer à vivre, comme le lancement des nouveautés et les promotions chez les détaillants. Mais tout le grand volet des rassemblements dans les établissements et les cidreries a dû être annulé. Il a donc fallu être extrêmement imaginatifs pour pallier ça.»

Une version plus modeste

Alors que la version «physique» de l’événement offre près de 200 activités, cette première initiative en ligne sera bien sûr plus modeste. Il y aura néanmoins de quoi s’offrir du bon temps.

Sur les médias sociaux, on organisera notamment un panel de producteurs sur la réalité du milieu du cidre le 14 mai. Les amateurs sont également invités à prendre part aux «5 à cidre» virtuels tenus les jeudis sur la page Facebook «J’aime le cidre du Québec».

«Il y aura aussi des dégustations en direct sur Facebook, un jeu-questionnaire sur le cidre, un service de livraison gratuite et même une téléréalité créée par le Verger Hemmingford», énumère M. Lasnier.

Les cidreries participantes ouvriront donc virtuellement leur porte au public, comme elles le font généralement «en personne» durant la Semaine du cidre.

«Se réinventer»

Tout cela fait dire à Marc-Antoine Lasnier que la situation actuelle est une occasion pour les producteurs de cidre «de se réinventer», en faisant de plus en plus appel aux réseaux sociaux, notamment. Surtout avec la présente vague d’intérêt des consommateurs pour les produits du Québec, croit-il.

«La crise nous amène à tout repenser. Depuis le début du confinement, par exemple, on s’est rendu compte qu’il y avait un appétit pour une plateforme d’échange sur le cidre. On a formé le groupe J’aime le cidre du Québec et en trois semaines, on avait près de 1300 membres. Pourquoi on ne l’a pas fait avant?» lance l’entrepreneur, qui parle d’une véritable «prise de conscience» du milieu.

La Cidrerie Milton profite d’ailleurs des festivités entourant la Semaine du cidre pour lancer sa boutique en ligne à https://boutique.cidreriemilton.com, quoique ses produits sont offerts chez plusieurs détaillants et à sa boutique de Sainte-Cécile-de-Milton.

Pour tout savoir sur cet événement qui se déploiera sur 11 jours, on visite le site www.semaineducidre.com