Depuis le 9 avril, les copropriétaires de l’entreprise Les Petits trésors, Sami Aumont et Laurence Brunelle, avaient complètement cessé leurs activités en raison des contrecoups financiers de la pandémie.
Depuis le 9 avril, les copropriétaires de l’entreprise Les Petits trésors, Sami Aumont et Laurence Brunelle, avaient complètement cessé leurs activités en raison des contrecoups financiers de la pandémie.

La fin pour la pâtisserie Les Petits trésors

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Tout juste deux ans après son ouverture dans la rue Court, la pâtisserie Les Petits trésors a fermé discrètement ses portes cette semaine. La pandémie de la COVID-19 aura donc eu raison d’une autre entreprise de Granby.

Le commerce avait fermé ses portes à sa clientèle le 17 mars dernier pour des raisons sanitaires, opérant plutôt via sa boutique en ligne. Il n’aura finalement jamais rouvert.

Depuis le 9 avril, les copropriétaires de la pâtisserie, Laurence Brunelle et Sami Aumont, avaient complètement cessé leurs activités en raison des contrecoups financiers de la pandémie.

Près d’un mois plus tard, ils ont dû se rendre à l’évidence: l’entreprise n’avait plus les reins assez solides pour opérer à cet endroit où on retrouvait un comptoir et quelques tables dans un décor inspiré des années 1960.

«Le fait d’avoir manqué notre saison de Pâques ne nous a pas aidé, reconnaît Mme Brunelle dans un échange sur Messenger. Ça commençait à nous faire mal sur le côté financier, alors Sami et moi avons conclu qu’on devait, malgré nous, fermer la boutique.»

Une décision crève-coeur que les jeunes entrepreneurs ont annoncé à leur clientèle mercredi sur la page Facebook de l’entreprise.

«La crise nous a durement touchés et nous n’avons pas eu d’autres choix que d’arrêter nos activités. Merci beaucoup de nous avoir suivis dans notre beau projet. Au plaisir de vous recroiser», ont-ils écrit.

Popularité

C’est en avril 2018 que les deux partenaires, en affaires comme dans la vie, avaient ouvert leur commerce pour y cuisiner et y vendre produits de boulangerie et pâtisseries sans gluten, sans lactose et sans arachide, devenus rapidement populaires tant auprès d’une clientèle souffrant d’intolérances ou d’allergies alimentaires que des gourmands qui avaient une dent sucrée à satisfaire. La marque, lancée en 2014 par le couple, se retrouvait aussi dans plusieurs commerces alimentaires.

«Honnêtement, on était une jeune entreprise en démarrage, alors on avait pas beaucoup de sous, mais on augmentait nos revenus à chaque année», confie Mme Brunelle.

Le couple d’entrepreneur compte d’ailleurs poursuivre sa mission de satisfaire les fins palais autrement. Dès la semaine prochaine, il partagera des recettes sans gluten sur son site internet au www.chocotresors.com.

Il ne sait toutefois pas ce qui l’attend dans les semaines ou les mois à venir. «La suite? On le sait pas encore! C’est un choc pour nous... laisse tomber Mme Brunelle, avant de se reprendre. On a encore le côté entrepreneurial. C’est certain qu’on va continuer. On a toujours des idées qui cogitent.»

Une crise qui fait mal aux petites entreprises

D’autres commerces ont cessé leurs activités à Granby dans la foulée de la pandémie de COVID-19.

Il y a une semaine, le service de traiteur Annjelo a également annoncé qu’il mettait la clé sous la porte après dix ans. L’annulation de tous les événements et rassemblements jusqu’à la fin de l’été aura eu raison de l’entreprise de Johanne Parent et Guy Choquette.

Le couple a choisi de ne pas renouveler son bail et de s’arrêter avant de faire faillite.