La disparition brutale de l’odorat, un symptôme de la COVID-19? 

La disparition brutale de l’odorat, sans congestion nasale et parfois accompagnée d’une perte de goût, serait un des symptômes de la COVID-19. Des experts estiment important d’en informer les médecins puisque ce symptôme n’est pas inclus dans les critères de dépistage ou d’auto-isolement, ce qui pourrait faciliter la propagation du coronavirus.

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) vient de publier une fiche d’information sur le sujet. 

«En réaction à différentes informations circulant dans certaines communications médicales et certains réseaux d’information, l’INESSS a pris l’initiative de vérifier dans la littérature s’il existait un lien entre l’anosmie [perte d’odorat] brutale et la maladie liée au COVID-19 et si la perte de l’odorat pouvait être classée parmi les symptômes évocateurs de la maladie», explique l’organisme.

En date du 22 mars 2020, aucune publication scientifique n’avait encore été répertoriée dans la littérature, constate l’INESSS. «Cependant, selon les informations retrouvées sur les différents sites internet consultés et les revues de presse, de tels symptômes en lien avec la COVID-19 auraient été observés dans plusieurs régions du monde par différents spécialistes et réseau de professionnels», souligne l’organisme.

Plusieurs otorhinologistes (ORL) et infectiologues un peu partout à travers le monde, entre autres, ont constaté une hausse des cas d’anosmies chez des patients suspects ou confirmés COVID-19.

L’apparition de ce symptôme serait généralement observée chez de jeunes patients ayant des formes peu sévères de la maladie.

«Selon certains experts, il serait important d’alerter la communauté médicale et de sensibiliser les médecins, notamment ceux de la première ligne, par rapport à ce phénomène, puisque ce type de patient ne répond pas aux critères actuels de test de dépistage ou d’auto-isolement et pourrait faciliter la propagation rapide du virus. Toujours selon certains spécialistes, ce symptôme pourrait même constituer un outil de diagnostic à part entière», rapporte l’INESSS.

Selon les observations actuelles, les anosmies aiguës liées au COVID-19 s’atténueraient graduellement et l’état de santé des patients évoluerait favorablement. «Ce dépistage simple et peu onéreux pourrait même aider les pays qui n’en sont qu’au début de l’épidémie afin de repérer un maximum de cas le plus précocement possible», écrit l’INESSS.

L’organisme précise que la perte de l’odorat pourrait survenir de façon isolée sans inflammation et sans être associée aux symptômes de fièvre et toux couramment reconnus.