Distanciation sociale: 61 constats d’infraction remis à Québec

Les citoyens sont nombreux à dénoncer des situations qui ne semblent pas conformes aux règles de distanciation sociale. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) reçoit quelque 100 appels par jour. Depuis le décret du gouvernement d’éviter les rassemblements, les agents ont remis 61 constats d’infraction.

Dans la majorité des cas, les constats ont été remis à des citoyens qui ne respectaient pas les règles de distanciation sociale lors de rassemblements.

En vertu de la Loi sur la santé publique du Québec, les policiers disposent du pouvoir d’imposer des amendes allant de 1000 $ jusqu’à 6000 $ en cas de récidive pour les personnes qui ne respecteront pas le décret gouvernemental.

«On remarque un esprit de collaboration des gens, on constate aussi que la population de Québec veut respecter les règles. On n’est pas dans l’optique d’émettre des constats absolument, mais si on doit retourner une deuxième fois au même endroit ou si un citoyen est récalcitrant, on va le faire», indique le porte-parole du SPVQ, Étienne Doyon.

Pour chaque appel reçu, les agents vérifieront l’état de la situation. 

Le 20 mars dernier, les policiers sont intervenus auprès d’une femme atteinte de la COVID-19 qui ne respectait pas les consignes d’isolement, elle avait entre autres quitté son domicile. Avec un mandat d’ordonnance, ils l’avaient approchée pour la conduire dans un centre de santé ciblé.

LIRE AUSSI: Une femme atteinte de la COVID-19 ne respectait pas les consignes

Cette intervention était parmi les premières des agents, concernant le virus. 

Rappelons qu’il est possible de côtoyer des personnes à l’extérieur si la distance de deux mètres est maintenue entre chaque individu. 

Aussi, les membres d’une même famille ne sont pas obligés de respecter la distanciation sociale à l’extérieur de leur domicile s’ils sont confinés sous le même toit.