Les enseignants vont se concentrer sur les matières de base (mathématiques, français en priorité et anglais lorsque c’est possible). Dans le choix du contenu et des activités d’apprentissage, les enseignants devront porter attention aux élèves en difficulté.
Les enseignants vont se concentrer sur les matières de base (mathématiques, français en priorité et anglais lorsque c’est possible). Dans le choix du contenu et des activités d’apprentissage, les enseignants devront porter attention aux élèves en difficulté.

Des élèves à la maison branchés sur la classe

De l’enseignement par webcam? C’est le moyen qui sera mis en place par certaines écoles et professeurs pour regrouper les élèves en classe et ceux qui choisiront de rester à la maison.

À l’Externat Saint-Coeur de Marie, une école primaire privée de Beauport, on veut permettre aux élèves à la maison de se brancher à la classe en direct à des heures précises chaque jour. «Les enseignants auront une formation la semaine prochaine pour savoir comment vivre l’enseignement hybride, écrit la directrice Diane Delisle. Ils sont très soucieux de bien accompagner les élèves.»

Du même souffle, la directrice de l’Externat Saint-Coeur de Marie dit qu’elle demande à ses enseignants de travailler le plus possible le jour et à l’école et de se reposer le soir. «Leur santé physique et mentale nous tient à cœur étant donné les nouvelles exigences de leur tâche», écrit Mme Delisle.

Pour aider ses élèves à la maison, l’Académie Saint-Louis, une autre école primaire privée dans le secteur Lebourgneuf à Québec, mise sur quatre «capsules d’enseignement en direct» par semaine, de 30 minutes à une heure, selon le niveau des élèves. Les professeurs de l’Académie Saint-Louis devront aussi prévoir des périodes de disponibilité en direct, sur une plate-forme comme Zoom, pour répondre aux questions de leurs élèves à la maison.

Dans le réseau public, un professeur d’une école primaire de Québec - qui préférait conserver son anonymat - explique qu’à la demande de parents d’élèves qui resteront à la maison, il compte installer des webcams dans la classe. «Ils vont pouvoir se connecter pour suivre mes exposés et mes explications, dit l’enseignant. Je ne sais pas trop comment je vais installer ça... Je suis en réflexion. Mais ce sera mieux que de tout reprendre après.»

Consolidation plutôt que matière nouvelle

Concrètement, qu’est-ce que les enfants apprendront en classe ou à la maison durant les six dernières semaines d’école de l’année?

Le régime pédagogique est suspendu; les enseignants n’ont plus à accorder tant de minutes d’enseignement à telle matière.

Les professeurs à qui nous avons parlé ont dit avoir compris qu’ils devaient faire de la «consolidation» plutôt que de l’enseignement de matière nouvelle.

Les enseignants vont se concentrer sur les matières de base (mathématiques, français en priorité et anglais lorsque c’est possible). Dans le choix du contenu et des activités d’apprentissage, les enseignants devront porter attention aux élèves en difficulté. «Les enfants qui étaient «à jour» risquent de trouver ça long», écrit un professeur.

En réponse à une question du Soleil, le porte-parole du ministère de l’Éducation, Bryan Saint-Louis indique que «les enseignants ont pleine autonomie dans l’enseignement et l’accompagnement de leurs élèves qui seront de retour en classe ou qui seront scolarisés à distance».

Comme les sacs et le matériel ne voyageront pas entre l’école et la maison, les leçons et les devoirs du soir devraient être choses du passé dans bien des milieux.

Les examens ministériels ont déjà été annulés. Les écoles comptent toutefois évaluer les apprentissages, tant pour les élèves en classe que pour ceux à la maison.

Des directives sont attendues cette semaine du ministère de l’Éducation concernant la forme que prendra le bulletin de la troisième étape.

Thermomètres infrarouges

Au privé comme au public, énormément de mesures logistiques ont été évaluées et sont en train d’être mises en place. Voici quelques exemples

À l’Externat Saint-Coeur de Marie à Beauport, des thermomètres infrarouges ont été commandés afin de mesurer la température des enfants à leur entrée dans l’école le matin et le midi. «Il s’agit d’une denrée rare. Nous les recevrons le 15 mai, écrit la direction de l’école privée. Vous devrez prendre la température de votre enfant chaque matin jusqu’à ce que nous puissions le faire.»

Un enfant fiévreux sera immédiatement isolé.

À l’école des Ursulines, une école privée du Vieux-Québec (il y a aussi un pavillon à Loretteville) les enfants arriveront et quitteront l’école en vagues successives et utiliseront des portes différentes. Les 5et 6e années à 8h15, les 1ère et 3e années à 8h30 et les 2e et 4e années à 8h45. Même principe pour le départ, à partir de 15h.

L’Académie Saint-Louis dit s’être questionnée sur la possibilité d’équiper les pupitres d’isoloir, mais y avoir finalement renoncé. «Nous croyons que leur utilisation ne diminuerait pas le risque de propagation du virus puisque les bureaux seront placés à 2 mètres de distance et que l’enfant ne pourrait demeurer longtemps derrière son isoloir, écrit la directrice Hélène Verret. De plus, la manipulation de ces isoloirs représenterait un objet de plus de contagion.»

Frais de scolarité inchangés?

Dans sa lettre aux parents, l’Académie Saint-Louis indique qu’aucune modulation des frais de scolarité n’est prévue pour le moment. «Le service est offert soit en présentiel ou à distance et la présence de tous les membres du personnel est requise, écrit la direction. D’ailleurs, aucune école privée primaire de la région ne prévoit donner une réduction des frais de scolarité pour cette période.»