Les témoignages de résidents de l’Outaouais en attente de leur résultat au test de dépistage de COVID-19 se multiplient et leur patience est mise à rude épreuve, certains étant sans nouvelles depuis maintenant plus de cinq jours.

Délais pour les résultats de COVID-19: une «priorité» pour Québec

Les témoignages de résidents de l’Outaouais en attente de leur résultat au test de dépistage de COVID-19 se multiplient et leur patience est mise à rude épreuve, certains étant sans nouvelles depuis maintenant plus de cinq jours. Le premier ministre François Legault assure qu’il s’agit d’une « priorité » pour le gouvernement.

Certains ont passé le test jeudi dernier. D’autres vendredi, d’autres samedi. De la dizaine de messages reçus ces derniers jours par Le Droit de la part résidents de l’Outaouais ayant subi le test de dépistage, ils étaient seulement deux à avoir reçu des nouvelles, mardi soir – leur test était négatif pour la COVID-19.

Les prélèvements ont tous été envoyés au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ), à Sainte-Anne-de-Bellevue. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) est « au fait que le temps d’attente a dépassé souvent les 48 à 72 heures ».

En point de presse mardi après-midi, François Legault a mentionné vouloir « augmenter de façon très importante » le nombre de tests passés et analysés chaque jour. Les autorités insistent d’ailleurs sur l’importance de l’isolement pendant 14 jours pour tous ceux qui sont revenus de voyage depuis le 12 mars, qu’ils aient reçu un résultat négatif ou pas.

Alors que le LSPQ peut réaliser de 800 à 1000 analyses par jour, l’ouverture de nouveaux centres désignés pour les analyses de COVID-19 devrait faire en sorte que les résultats arriveront « plus rapidement », a mentionné mardi la Dre Carol McConnery, médecin-conseil en santé publique au CISSSO. La capacité quotidienne pour l’ensemble de la province devrait atteindre plus de 6000 analyses par jour.

La Dre McConnery assure que tous les patients sont rappelés, peu importe leur résultat. Dans le lot des personnes toujours en attente, il y a « possiblement » des cas qui seront confirmés, a-t-elle mentionné.

Julie, une résidente de la région qui a ressenti des symptômes après être revenue d’un voyage en famille dans le Vermont pendant la semaine de relâche, a confié qu’en passant son test de dépistage, vendredi, on l’a informée qu’elle aurait des nouvelles dans les 48 heures suivantes. Mardi midi, elle attendait encore.

« Ça fait maintenant près de 96 heures et je n’ai reçu aucune nouvelle, déplore-t-elle. Pas vraiment moyen de savoir. Je me demande s’ils ont perdu mon test, si les autres ont reçu leur résultat. […] Y a-t-il des problèmes de gestion des tests ? Ce serait compréhensible, mais est-ce acceptable ? »

Julie ne s’inquiète « pas tant », puisque le Vermont n’est pour l’instant pas très touché. Elle s’interroge toutefois sur la validité des informations selon lesquelles il n’y a encore aucun cas en Outaouais, surtout dans la mesure où une dizaine de cas sont déjà confirmés à Ottawa.

Lors de l’état de situation fait par le gouvernement mardi après-midi, le Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique, a reconnu que les cas confirmés jusqu’à présent au Québec sont loin de représenter la réalité en raison des délais d’obtention des résultats. « C’est clair, c’est comme ça partout dans le monde », a-t-il dit.