En plus d’accroître le risque de contagion, déplore le Dr Jean-François Bégin, les aînés qui se blessent alors qu’ils ne respectaient pas le confinement accaparent des membres du personnel de la santé qui pourraient être mobilisés ailleurs en cette période de pandémie.
En plus d’accroître le risque de contagion, déplore le Dr Jean-François Bégin, les aînés qui se blessent alors qu’ils ne respectaient pas le confinement accaparent des membres du personnel de la santé qui pourraient être mobilisés ailleurs en cette période de pandémie.

COVID-19: un chirurgien dénonce le «nombrilisme de baby-boomers»

Un chirurgien de l’Hôtel-Dieu de Lévis dénonce le «nombrilisme de baby-boomers» âgés de 70 ans et plus qui refusent d’être confinés à la maison malgré la consigne du gouvernement du Québec.

Le DJean-François Bégin, qui est chirurgien orthopédiste, a constaté ces derniers jours de nombreux cas d’aînés qui ont subi des fractures en glissant sur la glace alors qu’ils se rendaient dans des lieux publics. En parlant avec les patients concernés, le Dr Bégin a perçu un certain chacun pour soi qu’il a tenu à dénoncer, mercredi, sur Facebook.  

La «dernière [patiente] que j’ai vue se préoccupait de sa saison de golf», a-t-il écrit. [...] «Nombrilisme de baby-boomers... Restez chez vous! C’est pas juste pour éviter la contagion! On [n’]a pas besoin de ces fractures gériatriques évitables actuellement pour embourber le système.» 

Avec la glace qui s’est emparée des trottoirs à Lévis et Québec, le risque de fractures est encore plus élevé ces jours-ci, note le Dr Bégin. Raison de plus, selon lui, pour respecter la recommandation du premier ministre François Legault, qui a demandé à toute personne âgée de 70 ans et plus de demeurer à la maison et de ne pas sortir, à moins de nécessité absolue. 

Or, les patients aînés du chirurgien ne semblaient pas avoir de scrupule à ignorer la consigne de santé publique. Ils lui avouaient que : “Ben oui, je suis allé marcher à l’épicerie, je suis allé faire mon social au magasin”», raconte Jean-François Bégin. Ils s’inquiétaient plutôt des conséquences sur leur voyage en Floride ou leur saison de vélo. 

Insouciance sociale

«J’ai eu un bon échantillon d’une insouciance sociale de cette génération-là, dit le Dr Bégin. Et c’est frustrant.» 

En plus d’accroître le risque de contagion, déplore le Dr Bégin, les aînés qui se blessent alors qu’ils ne respectaient pas le confinement accaparent des membres du personnel de la santé qui pourraient être mobilisés ailleurs en cette période de pandémie.

Relayé par de nombreux artistes et athlètes, le premier ministre Legault a demandé aux jeunes de ne plus se rassembler. Or, il reste du travail à faire pour convaincre les aînés plus vulnérables à la COVID-19 d’éviter les lieux publics, croit Jean-François Bégin. 

Le chirurgien n’a pas hésité à le faire auprès de ses parents, âgés de 80 ans. «À la fin de la semaine dernière, mon père était encore en train de m’appeler pour me dire : “Je vais aller chercher mes médicaments à la pharmacie.” Je lui ai dit : “Non, non, t’as pas compris, là”», dit le Dr Bégin, qui se charge lui même de faire des courses pour ses parents et dépose les produits au pas de la porte. 

Présidente de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), Judith Gagnon observe deux types de réactions face à la recommandation de confinement qui touche les 70 ans et plus. 

«Il y a en qui le font volontairement parce qu’ils constatent la dangerosité. Même s’ils trouvent ça très dur, quand on regarde les données dans les autres pays, ça fait peur», dit Mme Gagnon. 

D’autres aînés sont sensibles au confinement, mais ont de la difficulté à le respecter, «parce qu’ils sont déjà dans une grande solitude», ajoute Judith Gagnon. «Et souvent, ils vont dans des endroits [publics] parce que c’est leur façon de casser cette solitude-là. [...] Ils se sentent seuls et veulent voir un peu de monde. Et ce n’est pas nécessairement de mauvaise foi.» 

Le président de l’AQDR croit que le gouvernement devrait mettre sur pied une ligne d’écoute pour que les aînés puissent être guidés dans le confinement et se confier à propos de leurs inquiétudes.