COVID-19: l’offre de négociation accélérée vaudrait pour tout le secteur public au Québec

MONTRÉAL - L’offre du gouvernement Legault de procéder à une négociation accélérée pour le secteur de la santé vaut en fait pour tout le secteur public, selon l’interprétation qu’en font les syndicats.

La Presse avait rapporté plus tôt cette semaine que cette offre de négociation accélérée en vue du renouvellement des conventions collectives touchait le secteur de la santé, à cause du contexte du coronavirus.

La FIQ et l’APTS, qui représentent 131 000 infirmières et techniciennes dans la santé, s’étaient empressées d’accepter l’offre de négocier rapidement pour améliorer les conditions d’exercice et de travail dans le contexte actuel.

Or, l’offre de négociation accélérée vaut pour l’ensemble des syndicats du secteur public, ont affirmé depuis d’autres syndicats présents aussi dans l’éducation et la fonction publique.

Les informations qui ont filtré jusqu’ici font état d’une offre d’augmentations de salaire de 6,4 pour cent sur trois ans.

Le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec a accepté le mode de négociation accéléré, mais ne s’est pas prononcé sur l’offre salariale.

Les organisations syndicales doivent donner leur réponse au gouvernement d’ici la fin de la semaine.

La situation évolue à un rythme effréné. Dimanche dernier à peine, les centrales syndicales CSN, CSQ et FTQ avaient même accepté de suspendre les négociations du secteur public, à cause du coronavirus. Elles se retrouvent aujourd’hui avec une offre de négociation plutôt accélérée.