Camping Chute à l’Ours: trois scénarios envisagés pour l’été

Le maire de Normandin, Mario Fortin, ne s’en cache pas, les revenus du site touristique de la Chute à l’Ours de 2020 seront beaucoup plus bas que ceux de l’été passé.

« Ça va être une année très ordinaire. On ne sait pas encore si on va pouvoir louer les chalets. Le camping, ça va dépendre des restrictions. Pour ce qui est de la piscine, c’est ambivalent », a expliqué le maire.

Comme le site sert aussi aux rassemblements familiaux, il évalue que l’endroit a perdu des dizaines de milliers de dollars en revenus et que le bilan pourrait s’alourdir en cours d’été si rien ne change.

« On a une salle de réception et on a des chalets. Les familles réservent beaucoup quand elles désirent fêter, mais là, on a dû tout annuler ça. On a pour 25 000 $ de pertes financières.»

À cela s’ajoutent l’annulation du théâtre d’été et la classique estivale de volleyball. Les représentations théâtrales attiraient leur lot de touristes alors que la classique sportive rassemblait une centaine d’équipes provenant d’un peu partout en province.

Pour ce qui est du camping, le maire Fortin émet plusieurs réserves et questionnements. « On verra aussi l’impact concernant l’ouverture du camping. On se questionne. Si les campings sont ouverts et que les festivités publiques sont annulées, est-ce que les gens feront plus de camping ? Peut-être, et encore là, ça va dépendre de ce que le gouvernement va exiger. Si on nous dit que c’est un terrain sur deux, ça ne va peut-être même plus valoir la peine d’ouvrir. »

Mario Fortin affirme que seulement trois scénarios sont possibles dans ce dossier. « Financièrement, on a prévu trois scénarios : ouvrir plus tard, ouvrir à la mi-saison ou ne pas ouvrir du tout. On attend et on se tient informé. »