Steve Bergeron
La Tribune
Steve Bergeron

Un à zéro pour zéro

CHRONIQUE / J’ai une suggestion de tic de langage à vous faire: «zéro émotion» au lieu de «sans émotion», «zéro doute» pour «aucun doute». J’ai retrouvé ce tic dans des romans français ou québécois écrits récemment. (Paul Côté, Sherbrooke)

Attention! Un tic de langage n’est pas forcément une faute : c’est l’utilisation excessive d’un mot ou d’une tournure dans le discours de quelqu’un, par exemple les gens qui farcissent leurs conversations de nombreux «alors», «genre», «comme», «du coup», etc. Je déduis, d’après votre question, que vous souhaitez plutôt savoir s’il est correct de remplacer «aucun» et «sans» par «zéro».

Eh bien oui! cette façon de dire est tout à fait acceptable, du moins dans la langue courante. Jetez un coup dans les principaux dictionnaires ou dans la Banque de dépannage linguistique et vous constaterez qu’il n’y aucun problème à utiliser «zéro» comme déterminant numéral cardinal synonyme d’«aucun» ou de «sans». Voici d’ailleurs des exemples provenant du Petit Robert et de la BDL.


«Il a fait zéro faute à sa dictée.»

«Ces lunettes de soleil m’ont coûté zéro dollar!»

«C’est un fromage blanc à zéro pour cent de matières grasses.»


On pourrait rétorquer que, vu que zéro est un déterminant numéral, il faudrait au moins l’utiliser avec quelque chose qui se compte. Après avoir feuilleté plusieurs ouvrages de difficultés, je n’ai trouvé aucun avis en ce sens. Ce qui autorise des tournures comme celles que vous citez («zéro émotion», «zéro doute»).

J’aurais quand même tendance à dire que «zéro quelque chose» est plus relâché dans certains contextes. Par exemple, est-ce qu’un journaliste peut se permettre d’écrire qu’un accusé a démontré zéro émotion lors du prononcé de sa sentence? Grammaticalement, ce n’est pas incorrect, mais ça manque un peu de panache. Va pour une chronique d’humeur, mais dans un article sur l’actualité judiciaire, cela me paraîtrait légèrement déplacé.

Si vous avez une minute, lisez le premier paragraphe du Petit Robert à la définition du mot «zéro». On y apprend que ce mot provient de l’arabe «sifr», lequel nous a aussi donné le mot «chiffre», et que «chiffre» a d’abord signifié «zéro» en ancien français, du XIIIe au XVIe siècle, avant de désigner chacun des caractères qui représentent les nombres.

Parallèlement, «sifr» s’est également transformé en «zephirum» dans le latin médiéval, puis en «zefiro» en italien, pour aboutir en français sous la forme «zéro».


                                             ***


«Aujourd’hui, à la télé, j’ai entendu deux personnes utiliser le mot « empreinte » (comme dans « empreinte écologique ») et prononcer « emprunte ». Ce n’est pas la première fois. Qu’en pensez-vous?» (Colombe Langevin, Normandin)


Je me souviens très bien avoir déjà prononcé «emprunte» à une certaine époque de ma vie, parce que j’avais entendu une personne le dire ainsi et j’avais déduit que j’étais dans l’erreur.

C’est plutôt cette personne qui se trompait. C’est bien le son [in] qu’il faut employer, car le mot «empreinte» est issu de l’ancien verbe «empreindre», de la même famille qu’«éteindre», «peindre», «atteindre», «teindre», etc. Ce verbe nous a aussi laissé l’adjectif empreint («une attitude empreinte de respect, un moment empreint d’émotion»).

Maintenant, d’où vient cette confusion? J’ai d’abord pensé à la France. Si vous vous rappelez, j’ai déjà parlé de la lente disparition du son [un] chez nous cousins, de plus en plus remplacé par un [in]. Mais alors, nous serions plutôt tentés de dire que nous avons «emprinté» quelque chose. 

Il ne semble pas non plus que ce soit une question d’accent. Bref, c’est une simple confusion que commettent certaines personnes entre «empreinte» et «emprunter».

PERLES DE LA SEMAINE

Il y a les titres de noblesse et les titres qui blessent... les yeux.


«Respirer de l’oxygène lié au fait de rester en vie»

«Les ponts aident les gens à traverser les rivières»

«Une cure miracle tue cinq patients»

«Une explosion nucléaire serait un désastre»

«Une chorale réjouit une école pour sourds»


Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.