Jipé Dalpé se reconstruit tranquillement, il a repris la production de son album, il remonte sur scène et il apprend à composer avec les séquelles de son accident. Il s’en remettra, c’est un rockeur.

Uber vs Jipé

CHRONIQUE / « L’exemple est toujours plus puissant que le précepte. » - Samuel Johnson

Hubert et Fanny ont passionné les téléspectateurs cette année. Cette série dramatique a soulevé les passions et relancé le romantisme à la sauce adultérine. Je devrai faire du rattrapage, je n’ai pas eu le temps de suivre les péripéties d’Hubert et Fanny. En revanche, Uber et Jipé ont captivé mon attention et m’ont offert des rebondissements où la réalité dépassait la fiction. Une grande histoire de trahison, avec de la résilience, des voitures qui éclatent et du bruitage hollywoodien. En attendant que ce soit porté au petit écran, laissez-moi vous résumer l’histoire.

Jipé est un rockeur. Un vrai rockeur, pas une pâle imitation de Jim Morrison qui vomit sa Coors light, sur une groupie, dans l’ascenseur du Best Western de Repentigny. Jipé Dalpé, c’est un vrai de vrai qui compose, écrit, interprète, met en scène, se bat pour faire vivre chacun de ses albums, roule sa bosse aux quatre coins du Québec et de la France, organise des tournées, des spectacles-bénéfices, se démène et recommence. Depuis une quinzaine d’années. Il ne s’est pas encore taillé un chemin jusqu’au sommet des palmarès, mais il arpente toujours la montagne et s’acharne à parfaire son art. Un véritable artisan de la musique.

Uber est une personne morale, une compagnie qui révolutionne le monde du transport urbain, une entreprise américaine qui envahit la planète, avec la complicité de particuliers qui arrondissent leurs fins de mois en jouant au taxi avec leurs voitures. Valorisée à 50 milliards de dollars en 2015, l’entreprise a les moyens d’affronter les polémiques entourant ses pratiques commerciales (concurrence déloyale, travail au noir, etc.). Le modèle d’affaires d’Uber est tellement efficace que plusieurs secteurs d’activités s’inspirent du nouveau géant, au point où le terme « ubérisation » s’installe parmi nos néologismes. Un des secrets de ce succès? Les chauffeurs, qui ne sont pas salariés par Uber, sont considérés comme des tierces parties, ce qui dégage la responsabilité légale de la compagnie. Boom!

Bang, crash, aaargh, ouch… Voilà quelques-uns des bruits entendus à l’intersection des rues Saint-Joseph et D’Iberville à Montréal, le 18 juillet 2015 à 3 h 27. Jipé profitait de sa belle relation avec Uber ce soir-là. Peinard, un refrain au bout des lèvres, le rockeur a remarqué une lumière rouge, il s’est empressé d’en informer le chauffeur d’Uber qui ne ralentissait pas. Malgré l’avis avisé de notre troubadour, le chauffeur en question s’est engagé avec élan dans l’intersection, d’où le Bang susmentionné.

« Sécurité pendant la course : notre engagement envers les passagers. Uber met tout en œuvre pour assurer votre sécurité sur la route. Notre technologie nous permet de veiller à la sécurité des passagers avant, pendant et après chaque course. » Petite perle puisée sur le site d’Uber, mais ces belles paroles n’engagent en rien la compagnie. Jipé l’a appris à la dure. Dure comme la longue réhabilitation, dure comme les centaines d’heures de physiothérapie, de neurologie, d’ergothérapie et de psychologie auxquelles il doit se soumettre. Dur comme accepter qu’en une fraction de seconde, l’homme en pleine santé qu’il était doive encaisser une fracture du sternum, une commotion cérébrale, une entorse cervicale, six hernies discales, un déficit vestibulaire, un trouble de la vision, des difficultés de concentration, une dysarthrie, des troubles aux nerfs des quatre membres et un trouble permanent à l’oreille interne gauche (rappelons ici que l’homme est musicien). Une lumière rouge, un chauffeur d’Uber trop téméraire et notre rockeur se retrouve sur le cul pour plus de deux ans. Des contrats et des spectacles annulés, un album mis sur la glace et un corps à la dérive.

Jipé est devenu témoin privilégié de l’avantage commercial d’utiliser des chauffeurs considérés comme des tierces parties. Le silence d’Uber face aux conséquences de l’accident était éloquent. Ce silence n’a cessé qu’au moment où Jipé a consulté une avocate. Uber aurait mieux fait de se taire. Aucun dédommagement possible, d’aucune nature. Se déresponsabilisant complètement, allant jusqu’à nier les faits malgré le rapport d’événement des policiers, les représentants de la compagnie ont finalement claqué la porte au nez de Jipé, lui recommandant de s’arranger avec la SAAQ.

À ce jour, la société Uber a cumulé 161,9 millions de dollars de condamnations pécuniaires dans le monde. The Guardian nous apprend que la compagnie a fait l’objet de plus de 170 procès seulement aux États-Unis. Le 20 décembre dernier, la Cour de justice de l’Union européenne a décrété qu’Uber présente un service de transport qui devrait être soumis aux mêmes réglementations imposées aux compagnies de taxis. Interdit d’opération dans de nombreux pays, dont l’Italie, la Chine et la Hongrie, le géant s’enracine au Canada. Après avoir opéré de façon illégale au Québec, la compagnie Uber le fait maintenant dans le cadre d’un projet pilote loin de faire l’unanimité.

Jipé et Uber ne s’aiment plus. Après les fractures est venue la rupture. Jipé se reconstruit tranquillement, il a repris la production de son album, il remonte sur scène et il apprend à composer avec les séquelles de l’accident. Il s’en remettra, c’est un rockeur. Uber aussi va s’en remettre, c’est une personne morale…