Bien que libérée de la pression des débats, Manon Massé est malmenée sur les enjeux financiers du programme de Québec solidaire. Des militants de toute l’Estrie et d’ailleurs au Québec fourniront d’autre part cette semaine un coup de main à Christine Labrie qui est engagée dans une lutte serrée à quatre dans la circonscription de Sherbrooke.

Toute la mise sur Sherbrooke

CHRONIQUE / Gonflés à bloc par le sondage leur accordant de réelles chances de victoire dans Sherbrooke, des militants de Québec solidaire (QS) de toute l’Estrie ainsi que du reste de la province prêteront main-forte à Christine Labrie durant la dernière semaine de campagne.

La coporte-parole Manon Massé a participé dimanche après-midi à ce « tous pour un » dans le local électoral de son équipe sherbrookoise en communiquant par téléphone avec un électeur indécis. 

Ce dernier a été surpris de recevoir pareil appel. 

« Non, non, ce n’est pas une blague. Je suis dans le local de Christine pour lui donner un coup de main. Vous êtes sur le point d’aller voter par anticipation et vous me dites que votre choix est maintenant définitif, que Mme Labrie peut compter sur vous! C’est extraordinaire, merci beaucoup »

Plus que jamais, le résultat de l’élection dans Sherbrooke dépendra de l’efficacité des organisations, commentait dans nos pages samedi l’analyste de la firme de sondage Mainstreet, Steve Pinkus, à la lumière du coup de sonde effectué mardi dernier auprès de 763 électeurs de Sherbrooke. 

Le député libéral sortant Luc Fortin de même que ses adversaires Christine Labrie (QS), Bruno Vachon (CAQ) et Guillaume Rousseau (PQ) se retrouvaient alors au coude à coude dans les intentions de vote, avec un écart inférieur à la marge d’erreur.

 « Nous avons tous mené une campagne à fond de train. Dans le dernier droit, comme Christine est en train de gagner Sherbrooke, on rassemble les troupes. Il y a beaucoup de gens prêts à donner ce dernier coup d’épaule. Ça va être serré, mais le contact avec les gens est notre force » m’avait précédemment précisé Mme Massé à bord de son autobus de campagne.

L’accueil chaleureux réservé aux membres de la caravane solidaire à la brasserie 11 Comtés, à Cookshire-Eaton, traduirait également une popularité en hausse dans la circonscription de Mégantic. Malgré cela, il est déjà convenu que la directrice de campagne et l’attachée de presse de la candidate Andrée Larrivée travailleront dans Sherbrooke le jour du scrutin.

« Bien que j’aie encore espoir de l’emporter, je suis d’accord avec la stratégie de concentrer nos troupes aux endroits stratégiques », entérine Mme Larrivée.

Les attentes pour la circonscription de Sherbrooke sont grandes depuis le début chez QS. C’est une permanente du bureau de Montréal, Charlotte Dussault, qui dirige la campagne de Mme Labrie.

Expérimentée et bien réseautée, Mme Dussault coordonne des troupes motivées à Sherbrooke, mais aussi des militants du reste de la province effectuant du travail de soutien à distance.

« Nous savons que les libéraux et les péquistes ont des équipes bien rodées, mais nous avons l’organisation pour rivaliser avec eux sur le terrain. Nous avons été beaucoup plus rapides que nos adversaires à relever nos pancartes au lendemain de la tempête de vent », compare notamment Mme Dussault.

Bien que libérée de la pression des débats, Manon Massé a été malmenée ces derniers jours par des attaques sur la transparence du programme de Québec solidaire ainsi que sur une mainmise de l’État dont les Québécois devraient se méfier.

« Je n’ai jamais été courtisée par le KGB et il n’y a pas d’influence russe ou en encore d’autres pays socialistes dans notre campagne. Ces résultats sont la force de travail de citoyens tannés de se faire avoir, tannés que les décisions soient prises pour avantager une poignée de gros portefeuilles », répond Mme Massé qui, rappelons-le, est une Estrienne née à Windsor.

Si vous deveniez première ministre, qu’iriez-vous dire aux banquiers de Wall Street pour les rassurer?

« Québec solidaire est en mesure d’assumer des choix politiques et économiques qui sont différents, mais viables. D’abord, il n’a jamais été question de nationaliser toutes les banques. Par contre, il est normal qu’un État ait sa propre banque pour gérer sa monnaie et c’est ce que nous ferons après avoir franchi toutes les étapes pour faire du Québec un pays souverain.

« Nous n’allons pas non plus endetter davantage les Québécois en consacrant 12,6 milliards à la transition énergétique avec le transport en commun ou avec le développement de la filière des piles pour mettre notre expertise à profit. Nous n’allons pas vider le Fonds des générations, nous allons cesser d’y verser les redevances d’un peu plus de deux milliards par année pour le virage nécessaire en environnement. Des économistes chevronnés ont validé qu’à 49 pour cent en 2030, le ratio de la dette/PIB ne sera pas plus élevé qu’il ne l’est actuellement » argumente Mme Massé.

Ce n’est pas la première fois que l’un des leaders de Québec solidaire le dit. Mais les deux auront sûrement à le répéter souvent d’ici le 1er octobre, car c’est sur les aspects financiers que le capital de sympathie de QS est le plus vulnérable.