Sébastien Lévesque
Cette photo prise samedi dans le quartier du Vieux-Port de Montréal montre un moment paisible, en plein cœur de la crise du coronavirus.
Cette photo prise samedi dans le quartier du Vieux-Port de Montréal montre un moment paisible, en plein cœur de la crise du coronavirus.

Pas de panique

CHRONIQUE / Selon le dictionnaire Larousse, la panique est définie comme une «terreur soudaine et irraisonnée, souvent collective». Dans la croyance populaire, on imagine effectivement souvent la panique comme une sorte de sentiment exacerbé et incontrôlable, voire carrément comme un état d’affolement dans lequel un individu ou un groupe sombre lorsqu’il est confronté à une situation inhabituelle ou dangereuse.

On a tous déjà vu une scène semblable dans un film: une bombe explose, ou alors il s’agit d’une fusillade, puis les gens se mettent à courir dans tous les sens pour fuir le danger immédiat. Bref, c’est la panique! Enfin, c’est ce qu’on dit, mais est-ce bien le cas? Car si la panique est bel et bien une terreur irraisonnée, alors voulez-vous bien me dire en quoi ce serait irraisonné de prendre ses jambes à son cou dans de telles circonstances? Il me semble au contraire que la réaction la plus rationnelle (c’est-à-dire la plus adéquate) face à une menace immédiate est précisément de chercher à la fuir le plus rapidement possible.

Alors d’où vient cette impression de panique? Probablement du fait que, dans les situations extrêmes, les réactions le sont tout autant. Logiquement, lorsqu’il est mis face à face avec un danger mortel, l’être humain, comme n’importe quel autre animal, réagit vivement. C’est un mécanisme de défense, un réflexe de survie. On constate aussi que dans les situations inhabituelles ou dangereuses, les individus ne savent pas toujours comment réagir ni comment se coordonner avec les autres. D’où l’importance d’une bonne préparation et d’un bon leadership en temps de crise.

Au cœur de cette pandémie de COVID-19, nombreux sont les observateurs qui disent craindre que la population se laisse emporter par la panique si la situation venait à se détériorer. On se souvient évidemment tous de la ruée vers le papier de toilette qui a précédé la période de confinement. Mais à bien y penser, avec le recul, était-ce vraiment une réaction aussi irrationnelle qu’on l’a dit? La question se pose, car maintenant que nous sommes tous confinés pour plusieurs semaines, on peut considérer que celles et ceux qui ont eu la présence d’esprit de faire des réserves de papier de toilette et de denrées alimentaires seront mieux à même de respecter les règles du confinement.

Par ailleurs, on a dernièrement appris que la propagation du coronavirus était moins forte qu’anticipée au Québec. C’est certainement une bonne nouvelle, mais puisque le gouvernement refuse de divulguer ses prévisions, nous n’avons aucune idée des progrès accomplis. Mais pourquoi le gouvernement refuse-t-il de divulguer ses prévisions, me demanderez-vous? Par crainte de provoquer la panique, entre autres.

Or, pour que les gens puissent prendre les décisions les plus adaptées dans les circonstances, ne vaudrait-il pas mieux leur présenter toutes les données disponibles? À vrai dire, penser que si on leur en dit trop, les gens vont se mettre à paniquer et agir de manière irraisonnée relève d’une mauvaise compréhension de la psychologie humaine.

En terminant, je m’en voudrais de ne pas mentionner que pour la rédaction de cette chronique, je suis grandement redevable des travaux de Stéphane Debove, docteur en sciences cognitives et expert du comportement humain. Si ces sujets vous intéressent, je vous recommande de suivre ses travaux sur son blogue et sur sa chaîne Homo Fabulus, que vous trouverez facilement sur YouTube.

En ces temps d’incertitude, le travail de vulgarisation scientifique m’apparaît plus nécessaire que jamais. Les gens ont besoin de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. D’ailleurs, pour les amateurs de sciences, de philosophie et de pensée critique, si vous cherchez une façon de passer le temps pendant le confinement, voici quelques chaînes YouTube qui pourraient vous intéresser:

  • La Tronche en Biais
  • Hygiène mentale
  • E-Penser
  • Monsieur Phi
  • Science4All (en français)
  • Science étonnante
  • Defakator
  • Dirty Biology (en français)
  • Le Vortex

Il y en aurait d’autres, mais avec cette liste, je crois que vous en aurez bien suffisamment pour vous occuper (et vous instruire) pendant toute la durée du confinement.