Maintenant, les femmes pourront déambuler seins nus dans les parcs, tout comme dans la plupart des lieux publics.

Gang de totons

CHRONIQUE / Lire les commentaires sur les réseaux sociaux est toujours un exercice périlleux, mais cela s’avère parfois nécessaire et révélateur des tendances actuelles. La semaine dernière, certains parcs aquatiques ont fait la manchette en annonçant qu’ils avaient révisé leurs politiques (code vestimentaire) afin de se conformer à la loi : maintenant, les femmes pourront déambuler seins nus dans ces parcs, tout comme dans la plupart des lieux publics. Cela dit, même si nous sommes en droit de douter que cette pratique s’avère véritablement répandue, il n’en fallait pas plus pour que cette nouvelle suscite l’émoi sur les réseaux sociaux, ainsi que son lot de commentaires, disons, douteux.

Un premier type de réaction que l’on rencontre en lisant les commentaires à ce sujet, c’est ce que j’appelle les « jokes de mononcles », c’est-à-dire des blagues de mauvais goût qui laissent entendre que les hommes seraient bien contents que les femmes se promènent seins nus, car ils pourront ainsi se rincer l’œil. Ces « blagues », en apparence anodines, reflètent assez bien le phénomène de l’objectivisation sexuelle des femmes, lesquelles se trouvent trop souvent réduites à n’être que des objets de convoitise. On me rétorquera probablement que ce si elles ne tiennent pas à être vues, elles n’ont qu’à ne pas se montrer, ce à quoi je répondrai qu’il revient aussi à nous, messieurs, de faire preuve de civisme et de maîtrise de soi – à ce propos, l’excuse des hormones s’avère un peu trop facile.

Il se trouve par ailleurs des gens qui sont contre le fait que les femmes puissent déambuler seins nus dans les parcs aquatiques sous prétexte que cela pourrait indisposer les enfants. « Ce n’est pas l’endroit pour ça », disent-ils. En fait, soyons honnêtes, les seules personnes que cela pourrait éventuellement indisposer, voire choquer, c’est vous, les adultes. En réalité, il n’y a pas un seul enfant au monde qui va être traumatisé parce qu’il a vu des seins à la piscine, sauf évidemment si les adultes autour de lui en font toute une histoire. Qui plus est, si certaines femmes trouvent plus confortable et agréable de nager ou de se faire bronzer seins nus, je ne vois aucune raison valable de s’y opposer. Les seins ne sont pas des « objets d’indécence », sauf dans les yeux de certaines personnes qui les regardent.

Tout cela met en lumière le rapport trouble que nous entretenons avec le corps (particulièrement celui de la femme) et l’importance d’une éducation saine à la sexualité. Certes, dans notre culture et dans notre imaginaire collectif, les seins remplissent une fonction érotique, mais ce serait une erreur de les réduire à ce rôle. Les seins, est-il besoin de le rappeler, ne sont pas des « jouets pour adultes », mais avant tout une partie du corps dont la principale fonction est de nourrir les bébés. D’ailleurs, ce débat me fait beaucoup penser aux polémiques entourant l’allaitement en public. Ici encore, les remarques désobligeantes ne manquent pas à l’endroit de ces femmes qui « osent » allaiter en public.

Dans tous les cas, certaines personnes n’hésitent pas à laisser entendre que ces femmes ne seraient que des provocatrices, voire des exhibitionnistes. Je passerai outre le fait que ces commentaires flirtent dangereusement avec la misogynie, mais, entre vous et moi, il faut clairement manquer d’intelligence et de culture pour affirmer une chose pareille. En Europe, par exemple, le monokini est une pratique relativement courante. Est-ce à dire que les Européennes seraient des dépravées ?

La réalité, c’est que nous entretenons tous un rapport différent au corps et à la pudeur. Ainsi, je comprends que les seins nus puissent susciter un malaise chez certaines personnes. Il est vrai que nous sommes assez peu habitués à ce que les femmes déambulent seins nus en public. Pour autant, je crois qu’il revient à chacun de nous, et particulièrement aux hommes, de faire la part des choses et de respecter les femmes qui assument ce choix. Cela dit, gageons qu’il y aura toujours des « totons » qui se montreront incapables de faire preuve de maturité et de s’abstenir de faire des commentaires désobligeants.