Pas si «icone» que ça

CHRONIQUE / Je voudrais savoir si vous avez déjà écrit un article sur les mots «icône» et «icone». J’ai fait une recherche avec Google pour trouver si «icône» était masculin ou féminin et le fureteur m’a donné ces deux mots, le premier au féminin et le second au masculin, sans accent circonflexe. Les deux mots avaient des définitions différentes. Je me souviens que, dans mon ancien milieu de travail, on utilisait effectivement «icone» pour désigner un élément graphique en informatique. (Robert Legault, Sherbrooke)

Honnêtement, je suis tellement habitué de voir passer des choses bizarres sur la toile que j’étais persuadé qu’il s’agissait d’une «fake definition», à l’image des «fake news». Comme n’importe qui peut écrire ce qu’il veut dans le Wikitionnaire ou dans d’autres dictionnaires en ligne peu fiables, je pensais que c’était l’œuvre d’un fin finaud s’étant improvisé linguiste et estimant qu’il avait une quelconque forme d’autorité langagière.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que le dissident, ici, c’est le Petit Robert! C’est lui qui accepte le mot «icone» au masculin, pour signifier soit «un signe qui ressemble à ce qu’il désigne», par exemple une onomatopée, soit un «symbole graphique affiché sur un écran d’ordinateur, qui représente et permet d’activer une fonction du logiciel». L’entrée date de 1970 et vient évidemment de l’anglais «icon».

Mais après quelques vérifications, je constate que le célèbre dictionnaire fait plutôt cavalier seul. «Icone» n’apparaît pas dans le Petit Larousse et la majorité des autres sources dignes de confiance estiment qu’il vaut mieux utiliser «icône». Quelqu’un quelque part a compris que d’accepter «icone» ne fait que compliquer les choses, en plus d’être absurde, puisque la racine des deux mots est la même (l’ancien grec «eikon»). Même Robert mentionne que la recommandation officielle est «icône». Quant à la phonétique, les deux mots se prononcent de la même manière («icone» ne se dit pas «iconne»). Pourquoi alors avoir deux orthographes différentes?

Prochaine étape pour Robert : retirer cet article désuet de ses pages (ce qui est peut-être déjà fait, mon édition la plus récente datant de 2011).  

En résumé, «icône» est toujours féminin et prend toujours un accent circonflexe. Il peut désigner aussi bien les peintures religieuses de l’Église d’Orient exécutées sur un panneau de bois (les icônes byzantines), une figure incarnant un stéréotype culturel (une icône du rock) que ces machins sur lesquels on clique sur nos écrans d’ordinateur. Les mots dérivés d’«icône» («iconique», «iconographique») perdent toutefois l’accent circonflexe.

Séance d’orthographe prendre une pause pour l’été mais sera de retour en septembre. Vous pouvez quand même me faire parvenir vos questions durant la belle saison, j’y répondrai en septembre. Bonnes vacances!

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.