Les mauvais « bon matin! »

CHRONIQUE / On me dit que la salutation «bon matin!» serait un anglicisme. J’aime bien cette expression joyeuse pour commencer la journée, au bureau ou à la maison. Est-ce bien vrai et, si oui, en quoi est-ce différent de «bonne soirée», «bon après-midi» ou «bonne fin de semaine»? Je n’ose donc pas vous souhaiter un bon matin, malgré mon envie... Je vous souhaite donc une bonne journée! (Gisèle Séguin, Sherbrooke)

Le 7 décembre 2012, je répondais ceci.

La Banque de dépannage linguistique de l’OQLF avance en effet qu’il s’agit d’un anglicisme, calqué sur «good morning». Mais le problème n’est pas celui que vous pensez.

Comme je l’ai déjà expliqué dans une précédente chronique, pour qu’un anglicisme soit vraiment à bannir, il ne suffit pas qu’il soit calqué sur l’anglais. Parce qu’il y a plein de choses qui se disent de la même façon en anglais et en français et on ne les bannit pas toutes.

Pourquoi donc «bon matin» serait-il mauvais? Après tout, nous pouvons très bien souhaiter une bonne journée, une bonne soirée, une bonne nuit, une bonne fin de semaine à quelqu’un, sans que cela pose problème...

La BDL nous dit même qu’il est possible de souhaiter un bon avant-midi à quelqu’un. Aux dernières nouvelles, «matin» et «avant-midi» sont de parfaits synonymes. Qu’est-ce qui achoppe?

Le problème est ailleurs. Pensez-y une seconde. À quel moment souhaiterez-vous une bonne journée, une bonne soirée, une bonne nuit à une personne? Quand vous la rencontrez ou quand vous la quittez?

Ah! Ha! Vous avez votre réponse! Le problème n’est donc pas de dire «bon matin», mais de s’en servir pour saluer!

En français, les souhaits de «bons moments» se font traditionnellement quand on quitte les personnes. Pour saluer, on utilise les mots «bonjour» et «bonsoir». 

L’anglais est moins constant dans ce domaine. Ainsi, on dit «good morning» lorsqu’on rencontre une personne le matin, mais selon mon Robert & Collins, il fut une époque où on pouvait également s’en servir comme synonyme de «goodbye»... le matin. Cet emploi est tombé en désuétude.

«Good evening» est réservé au moment où l’on rencontre, alors que «good afternoon» et «good night» peuvent se dire aussi bien comme salutation que comme au revoir.

En somme, «bon matin» est une locution à proscrire comme salutation, pas tant parce qu’elle est un calque, mais parce qu’elle va à l’envers de la tradition francophone (on pourrait parler d’un anglicisme «culturel»). Mais on peut la dire au moment de quitter quelqu’un.

La BDL n’est pas d’accord avec moi sur ce point, elle estime qu’il faut dire «bon avant-midi». Mais je ne vois pas pourquoi «matin» et «avant-midi» cesseraient d’être de parfaits synonymes ici. Surtout qu’«avant-midi», par rapport à «matin» et «matinée», est considéré par les dictionnaires français comme un régionalisme du Québec et de la Belgique. Il m’apparaît exagéré qu’une particularité régionale ait soudainement préséance sur le mot le plus répandu...

Perles de la semaine

Toute bonne chose a une fin, y compris les perles du bac 2019. Prochain rendez-vous en 2020!

«C’est par ce moyen [la radio] que le général de Gaulle a annoncé le débarquement pour libérer la France et l’Europe de l’Ouest, occupée par l’URSS (la Russie maintenant).»

«C’est également par la radio que le Général de Gaulle va annoncer la fin de l’armistice sur les ondes de la BBC : "C’est avec le cœur serré que je vous demande de mettre fin à la guerre."»

«Radio Londres réussit à renverser le régime de Vichy et l’Allemagne nazie.»

«Nous ne connaissons pas les HDI (indices de développement humain).»

«L’Affaire Dreyfus a eu lieu en 1578.»

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.