J'égale Lise

CHRONIQUE / En cette période des éliminatoires de hockey, je lis qu’un club vient d’égaler la série face à son adversaire. Doit-on dire égaler ou égaliser? Selon la Banque de dépannage linguistique, «égaliser» dans le domaine du sport signifie «rendre la marque égale». Qu’en est-il pour une série? (Gérard Lepage, Sherbrooke)

Il est vrai que la nuance peut parfois être subtile entre «égaler» et «égaliser». Mais je ne crois pas qu’il y ait de différence à faire entre le pointage d’une partie de hockey et le nombre de parties remportées par chaque camp dans une série. Même s’il s’agit, d’une part, de buts comptés et, de l’autre, de parties gagnées, le résultat demeure une marque. D’ailleurs, les journalistes et commentateurs sportifs diront, après la victoire d’une équipe, que cette dernière a remporté la série 4 à 3, de la même façon qu’ils diraient qu’elle a remporté le match 5 à 2.

Ce que je comprends toutefois de l’article de la Banque de dépannage linguistique, c’est que, dans ce contexte, «égaliser» est utilisé de manière intransitive, sans complément d’objet direct. On peut donc dire qu’une équipe égalise, point. Le reste tombe sous le sens.

Maintenant, est-ce dire qu’on ne peut pas se servir d’«égaliser» de manière transitive et utiliser des tournures comme «égaliser la marque, le pointage, la série»?

Bien sûr que non. Si on peut égaliser des salaires entre hommes et femmes, égaliser des cheveux ou égaliser un terrain (l’aplanir, le niveler), on peut très certainement égaliser une marque dans une partie sportive. L’usage intransitif n’exclut pas le reste.

Comme vous le mentionnez dans votre message, la BDL explique qu’«égaliser» a un sens plus actif, et «égaler», un sens plus passif. Dans «égaliser», on perçoit davantage une action, un geste volontaire, alors que dans «égaler», on est plutôt dans un état, une situation.

Si vous hésitez quand même, remplacez simplement le second par «être égal» et le premier par «rendre égal».

Par exemple, dans la phrase «Francis vient d’égaler le record de Justin», on pourrait supposer qu’il y a eu un geste volontaire et qu’il faudrait dire que Francis vient d’égaliser le record de Justin. Mais est-ce que Francis vient «d’être égal» au record de Justin ou vient-il de le «rendre égal»? On s’aperçoit alors que c’est bien le verbe «égaler» qu’il faut utiliser. Voici d’autres exemples que donne la BDL.

«Trois plus trois égale [ou «égalent»] six.»

«Le nationalisme atteignit au cours de ces années une frénésie jamais égalée auparavant.»

«D’après lui, peu de femmes égalent en beauté les Suédoises.»

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.