Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Bergeron
La Tribune
Steve Bergeron

Condos mignons

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Question de Claude Castonguay, de Lévis : «Que pensez-vous des gestionnaires et propriétaires d’immeubles qui annoncent des condos locatifs au lieu d’appartements haut de gamme?»

Disons d’abord qu’il est tout à fait normal que les gens ne sachent plus trop à quel saint se vouer avec le mot «condominium»: l’Office québécois de la langue française (OQLF) refuse de l’accepter, alors qu’il est entré dans le Petit Robert depuis au moins 20 ans.

Peut-être que plusieurs d’entre vous tombent des nues en apprenant que «condominium» et son abréviation familière «condo» ne sont toujours pas admis par le Grand dictionnaire terminologique... Mais ce que propose l’OQLF à la place, quoique juste, est si peu maniable que je comprends la majorité des gens de préférer le mot «condo».

En effet, selon le GDT, nous devrions dire «appartement d’un immeuble en copropriété». Mais avez-vous déjà entendu quelqu’un dire ça dans votre entourage? Va pour des textes administratifs ou légaux, mais dans la langue de tous les jours…

Même s’il est d’origine latine, «condominium» est considéré comme un anglicisme critiqué (Usito le présente ainsi), puisque ce terme nous est venu de la «common law». Dans sa fiche, le GDT reconnaît l’existence de «condominium» et de «condo» au Canada, mais ne les privilégie pas. C’est aussi «copropriété» qu’il prône pour désigner cette modalité de propriété.

Ce sera toutefois très difficile de revenir en arrière. Pour une majorité de gens ici, le mot «condo» est devenu la façon d’exprimer qu’ils sont propriétaires. Autrement dit, une personne qui loue son appartement dit qu’elle vit en appartement, alors qu’une personne qui en est propriétaire dit qu’elle vit en condo.

Mais soyons clairs: un condo, c’est quand même un appartement, soit la «partie d’un immeuble d’habitation ou d’une maison, destinée à une occupation résidentielle, comportant une ou plusieurs pièces».

Appartement loué... ou acheté

Si vous avez déjà séjourné France, où le mot «condominium» n’est pas courant, peut-être vous êtes-vous aperçu qu’en général, les gens ne ressentent pas le besoin de mentionner au premier abord s’ils sont locataires ou propriétaires. Ils disent qu’ils vivent dans une maison ou un appartement, point. Si la conversation va plus loin, ils préciseront alors s’ils ont acheté ou loué leur appartement.

Le Petit Robert et le Petit Larousse font quand même une place à «condo» et «condominium» comme québécisme depuis plusieurs années. Mon Petit Robert 2008 les met sous la même entrée («condominium»). Il donne d’abord comme définition: «Souveraineté exercée en commun par deux ou plusieurs États sur un même pays.» Il date ce premier emploi de 1866. Vient ensuite: «Immeuble en copropriété dans un pays anglo-saxon [1973] (courant au Canada)», avec «condo» comme abréviation depuis 1985 (comme vous le voyez, la notion d’appartement est absente).

Mon Petit Larousse 2018, lui, fait une distinction entre les deux: «condominium» pour la souveraineté étatique, «condo» pour un «logement, appartement en copropriété». Aucun des deux dictionnaires ne mentionne que l’emploi est critiqué.

Tout ce long détour pour en revenir à votre question de départ: n’y a-t-il pas un paradoxe dans l’expression «condo locatif», sachant qu’un condo est acheté?

Dans le cas d’une personne qui loue son condo parce qu’elle a décidé d’aller vivre ailleurs, dans une maison par exemple, mais souhaite se constituer un revenu d’appoint tout en continuant d’assumer ses charges de propriétaire, il m’apparaît correct de parler d’un condo locatif.

Mais si vous faites référence à un immeuble entier où tous les appartements sont à louer, qu’il faut signer un bail comme pour n’importe quel contrat de location et que les charges d’entretien n’échoient pas au locataire, parler de «condo locatif» me semble abusif. Je comprends que le propriétaire souhaite signifier, en recourant au mot «condo», que ses appartements ont un certain prestige et nécessitent du locataire un niveau de revenus qui lui permettrait probablement d’acheter son appartement. Mais ce sont plutôt ici, comme vous le dites, des appartements haut de gamme.

Notez toutefois que, dans Google, il y a trois fois plus d’occurrences avec «appartement haut de gamme» qu’avec «condo locatif».

Perles de la semaine

Même si je ne le regarde pas, j’avais quand même hâte que le hockey revienne… parce que le Sportnographe commençait à manquer sérieusement de perles.

«Je lui disais: Kovy, t’es arrivé à Atlanta, t’étais comme un vrai poney de course.»

«Le seul bémol que j’ai, pis c’est un bémol qui est pas négatif, qui est positif…»

«Y a personne qui a une job clouée dans le ciment du côté des Devils.»

«Ce qui me fait toujours peur dans ces choses-là, c’est-tu le plus fort de la poche qui va être vacciné en premier?»

«Comme je l’ai mentionné en anglais, il avait des symptômes de flu.»

Questions ou commentaires? 

Steve.bergeron@latribune.qc.ca