Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Bergeron
La Tribune
Steve Bergeron

C’est grave, « le docteur »?

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Pourquoi utilise-t-on l’article défini devant le titre «docteur» et pas devant les autres titres comme «maître», «monsieur» ou «madame»? On dit: «Le Dr Horacio Arruda recommande...» Mais on dit: «Me Paul Tremblay représente l’inculpé», non «le Me Paul Tremblay représente...» On dit aussi: «Mme Claire Simard a déclaré...» et non «la Mme Claire Simard a déclaré...» Qu’en pensez-vous [Bertrand Bouchard, Québec]?

La particularité du mot «docteur», c’est qu’il peut aussi bien être utilisé comme titre de civilité (Dr Horacio Arruda) que comme nom commun synonyme de «médecin» («je vais chez le docteur»). Ce qui n’est pas le cas de «maître», lequel ne s’emploie que comme titre de civilité. Si vous avez un rendez-vous avec votre avocat, jamais vous ne direz que vous allez chez le maître.

C’est la même chose pour «madame»: le titre de civilité (Mme Lucie Jodoin) est différent du nom commun («la dame était contente», et non «la madame»).

Bon, j’entends déjà ceux qui rétorquent qu’on peut très bien dire «le monsieur»…

C’est vrai, mais «monsieur» est un cas particulier: il s’agit du mot «sieur» auquel l’adjectif possessif «mon» s’est fusionné au fil du temps. Sans cela, il y aurait toujours une différence entre le titre de civilité («je vais dîner avec M. Tremblay») et le nom commun («j’ai rencontré un monsieur hier»)…

Toujours est-il qu’au Québec (cela peut changer selon les États, car il s’agit d’un titre professionnel régi par un certain nombre de lois), on fait précéder le mot «docteur» d’un article défini lorsque celui-ci est suivi d’un nom de famille, souligne la Banque de dépannage linguistique. Pourquoi a-t-on tranché ainsi? Je n’ai pas trouvé de réponse explicite, mais peut-être est-ce simplement parce que l’emploi comme nom commun est si répandu qu’il a été jugé prépondérant.

Résultat: ce sont les personnes qui omettent l’article qui commettent l’erreur.

«J’ai un rendez-vous avec la Dre Pomerleau [et non "avec Dre Pomerleau"].»

«Le premier ministre va maintenant laisser la parole au Dr Arruda [et non "à Dr Arruda", l’article "au" étant la contraction de "à le"].»

«Ce sont les Dres Migneault et Vallée qui se sont chargées de ce dossier [et non "ce sont Dres…"].»

Le seul ouvrage que j’ai trouvé qui n’emprunte pas cette direction est Usito. Un des exemples donnés par le dictionnaire en ligne va comme suit: «Dre Coderre a examiné la victime.»

Sachez aussi que certains ouvrages de difficultés critiquent l’emploi de «docteur» comme synonyme de «médecin», même si cet usage est répandu depuis le XIXe siècle. C’est le cas de «Difficultés et pièges du français» de Larousse et de «Pièges et difficultés de la langue française» de Bordas. Des phrases comme «aller chez le docteur» ou «il y a beaucoup de docteurs dans la salle» sont jugées comme familières ou fautives, mais ces voix sont minoritaires.

Exception: on ne met évidemment pas d’article lorsqu’on s’adresse directement à la personne.

«Dites-moi, Docteur, qu’en pensez-vous?»

Maintenant, ce ne sont pas tous les spécialistes de la santé qui peuvent employer le titre de docteur. Va pour les médecins, les dentistes et les vétérinaires, qui peuvent l’utiliser sans restriction (Usito ajoute les chiropraticiens). Mais les autres, s’ils sont membres d’un ordre professionnel exigeant le doctorat, doivent absolument préciser leur profession.

«La Dre Linda Champagne, pharmacienne, sera notre invitée.»

«Cette chronique est signée par le Dr Bruno Verville, psychologue.»

Quant aux professionnels détenant un doctorat facultatif pour exercer, il ne faut jamais les présenter comme le Dr X ou la Dre Y, mais bien comme des docteurs ou docteures dans leur domaine d’études.

«Cet ouvrage du docteur en histoire Christian Mercure se vend très bien [jamais "du Dr Christian Mercure, historien"].»

En anglais, on ne fait pas cette distinction entre les différents types de doctorats. Toutes les personnes qui détiennent ce grade universitaire peuvent donc se présenter comme le Dr X ou Y, peu importe leur discipline. Cette façon de faire contamine souvent le français.

Qu’en est-il de l’abréviation «M. D.» (Medicinae Doctor)? L’important est de ne jamais l’utiliser en même temps que le titre de docteur, car les deux sont synonymes. Sinon, on se retrouve avec un pléonasme royal.

«L’intervenant dans ce dossier est le Dr Claude Bertrand» ou «M. Claude Bertrand, M.D. [jamais "le Dr Claude Bertrand, M.D."].»

Finissons ce tour d’horizon en examinant la féminisation de ce titre de profession. Au Québec, il est maintenant usuel de dire «la docteure», bien qu’une médecin puisse très bien décider de se faire appeler «le docteur» si c’est ce qu’elle préfère. En France, c’est encore «le docteur» qui prévaut («Madame le docteur»), mais on commence à voir apparaître «la docteur», alors qu’en Suisse, on emploie le mot «doctoresse» (considéré comme vieilli par plusieurs dictionnaires).

Sachez toutefois que, comme pour «auteur», le féminin le plus logique aurait été «doctrice», car en latin, l’équivalent féminin de «doctor» est «doctrix» (tout comme pour «auctor» et «auctrix»). Le mot «docteure» est toléré parce qu’il y a, en français, un certain nombre de mots en «–eur» dont la racine latine se termine en «–or» et qui ont un féminin en «–eure» («majeur, mineur, supérieur, inférieur, prieur…»).

Est-ce dire que «doctrice» émergera un jour, tout comme l’a fait «autrice» il y a deux ou trois ans? Ce n’est pas impossible, surtout si le mouvement prônant une féminisation audible (on n’entend pas le féminin lorsqu’on dit «docteure») continue de prendre de l’ampleur.


Perles de la semaine

Si vous les avez ratées, les plus récentes perles des sites de petites annonces, débusquées par Infoman, sont à se tordre de rire.

«Collection de trois tomes de la série à succès de Lucy Maud Montgomery "Anne... La maison aux oignons verts".»

«Télévision à écran catholique»

«Abrit de souffleuse ou 4 roux.»

«Barrière de sécurité rectale, comme neuf [rétractable].» 

«Bittes très très chaudes London Fog grandeur 6 [bottes].»

«Tom Baugué faite à main et robuste ["dune buggy"].»

«À vendre: manteau Canada Gosse, jeu de bataille nasale, câbles à bustier, chou fleur à neige.»


Questions ou commentaires? 

Steve.bergeron@latribune.qc.ca