Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Bergeron
La Tribune
Steve Bergeron

Averse versatile

Article réservé aux abonnés
Peut-être pourriez-vous aborder l’usage du terme « averse » pour désigner une chute de neige... Dans ma tête, on verse un liquide et un objet chute. - Normand Matte, Québec

Voici un extrait d’une chronique publiée le 10 décembre 2016, dans laquelle je critiquais un article de Nicolas Koch, de la Plume numérique. L’auteur, qui exerçait alors le métier de correcteur et de relecteur, y dressait une liste d’environ 80 pléonasmes. Il avait raison dans la majorité des cas, mais dans quelques-uns, il sautait trop vite aux conclusions. Dont « averse de pluie ».

« La pluie, c’est forcément une averse », écrivait-il. La réaction naturelle d’un Québécois est évidemment de lever les yeux au ciel et de se dire : « Encore un Français qui n’a jamais vu la neige de sa vie... »

Mais on ne peut pas vraiment accuser l’auteur de chauvinisme : le Petit Larousse et le Petit Robert ne parlent effectivement que de pluie dans la définition du mot averse. Sauf que le Petit Robert se contredit : il cite averse au mot neige.

Chez nous, les averses de neige, de grêle ou de grésil font non seulement partie de la vie, mais aussi des ouvrages de référence. Le Grand Dictionnaire terminologique mentionne en toutes lettres qu’« averse de pluie » n’est pas redondant. Voici textuellement ce qu’on retrouve à la fiche du mot averse : « Bien qu’en langue générale, averse désigne le plus souvent de la pluie, il n’est pas redondant d’employer "averse de pluie", car une précipitation peut se présenter sous forme liquide ou solide. Les météorologues distinguent en effet les termes "averse de pluie", "averse de neige", "averse de grêle" et "averse de grésil". »

Le mot averse provient de la locution « pleuvoir à verse ». Son sens premier n’est donc pas un renforcement de l’idée de matière liquide, déjà inhérente au verbe pleuvoir, mais plutôt d’exprimer celle d’abondance. De toute façon, le verbe verser ne se limite pas qu’aux liquides à proprement parler. On peut très bien verser de la terre, du sable, de l’argent… Bref, tout ce qui peut se comparer à un liquide, au sens propre ou au sens figuré.

Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de limites à ce qu’on peut verser ou déverser. Je me souviendrai toujours de cet article racontant le basculement d’un poids lourd transportant des ruches. Le journaliste avait titré : « Déversement d’abeilles. »

Et si la remorque avait emmené du bétail, aurions-nous eu droit à un « déversement de vaches »?

Pouvez-vous expliquer la différence entre « versatile » et « polyvalent », qui ont la même signification en anglais, mais aucunement en français? Je lis et entends très souvent « versatile » mal employé dans les reportages journalistiques. Suis-je dans l’erreur?

Richard Lecours
Lévis

J’ai écrit sur ce sujet… le 10 octobre 2003. Il serait peut-être bon de réviser… ou de s’attrister, car il semble que l’erreur soit toujours courante 17 ans plus tard.

L’adjectif versatile a un sens très précis en français, mais il est souvent utilisé à toutes les sauces et à mauvais escient, sous l’influence de l’anglais. Ce mot signifie inconstant, changeant. De ce fait, il se rapportera uniquement à un être humain, jamais à un objet. On dira qu’une personne est versatile lorsqu’elle passe du rire aux larmes en peu de temps, ou quand elle change d’idée en quelques secondes. Ce n’est vraiment pas un compliment.

Plutôt de qualifier une personne de versatile quand il est question de polyvalence, on dira qu’elle a de multiples talents ou que ses talents sont variés, qu’elle est polyvalente ou flexible.

Quand il s’agit d’un objet, on emploiera des mots et expressions comme « tous usages, universel, à tout faire, flexible, adaptable, multifonctionnel, réversible, polyvalent ».

La polyvalence (et non la versatilité) de ce nouvel employé est étonnante : il excelle dans toutes les tâches.

Notre nouvelle imprimante est multifonctionnelle (et non très versatile) : elle peut aussi numériser des documents et les envoyer par courriel.

PERLES DE LA SEMAINE

J’aime bien les mots d’enfants pour Noël... 

« Le bébé n’avait pas de jouets dans le ventre de sa maman, alors il est sorti pour les choisir. »

« Moi, je suis allé au Cosmodonte. C’est comme un zoo des planètes. »

« Pour faire ces biscuits-là, ça prend de la farine, du sucre et de la menace. »

« Je connais une chanson, veux-tu que je te la chante? Ça s’appelle Le bon roi Dagoberge. »

« Papa, t’as dû mettre trop de piment des squelettes. »

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.