Dans la nouvelle série «Toute la vie», Tina (Hélène Bourgeois Leclerc) et Christophe (Roy Dupuis) entretiendront une relation strictement professionnelle, «exceptionnelle, mais pas amoureuse», précise l’auteure Danielle Trottier.

Hélène et Roy dans «Toute la vie»

CHRONIQUE / Hélène Bourgeois Leclerc était encore sur un nuage au lendemain du gala Artis, où elle a remporté le trophée dans la catégorie des séries dramatiques annuelles pour son rôle d’Isabelle dans «District 31». On croyait la voir s’éclipser un moment, mais non, puisqu’elle sera la vedette de la nouvelle série de Danielle Trottier, «Toute la vie», diffusée dès cet automne sur ICI Radio-Canada Télé. Et avec Roy Dupuis en prime.

Après la fin d’Unité 9, Danielle Trottier admet avoir vécu «une petite détresse», de peur de ne jamais retrouver l’intensité et la profondeur de cette série qui a marqué le public. C’était avant d’embarquer dans Toute la vie, sur le quotidien d’un centre d’hébergement et établissement d’enseignement pour jeunes filles mères, l’école Marie-Labrecque, unique au monde. Alors qu’Hélène Bourgeois Leclerc jouera Tina, la directrice de l’établissement, Roy Dupuis sera Christophe, nommé depuis peu psycho­éducateur. «On va vouloir les cloner et en envoyer partout au Québec», croit l’auteure, qui parle de personnages dévoués et investis d’une mission.

Il y avait un bon moment que Roy Dupuis avait joué à la télé; c’était il y a sept ans dans Les rescapés. C’est le réalisateur Jean-Philippe Duval qui a eu l’idée de le contacter directement pour sonder son intérêt pour ce rôle de psychoéducateur affable. Roy est sorti enchanté de sa rencontre, touché par le sujet, ayant lui-même une personne proche qui a dû renoncer à ses études pour des raisons similaires. On apprendra que Christophe a eu une enfance marquée par la violence, et qu’il souhaite donner aux autres ce qu’il n’a pas reçu. Roy retrouve aussi Fabienne Larouche, qui avait coécrit Scoop et Urgence à l’époque, et qui produit Toute la vie avec Michel Trudeau chez Aetios.

Si vous croyez qu’Hélène Bourgeois Leclerc a renoncé à son rôle d’Isabelle dans District 31 parce qu’on lui a offert celui de Tina dans Toute la vie, il n’en est rien. Quelques mois ont passé entre les deux décisions. Avant que vous ne posiez la question, sachez que Tina et Christophe entretiendront une relation strictement professionnelle, «exceptionnelle, mais pas amoureuse», précise l’auteure.

Toute la vie devrait satisfaire ceux qui réclament à raison de nouveaux visages et plus de diversité à la télé. Parmi les élèves de Marie-Labrecque figurent d’ailleurs deux jeunes filles qui n’ont jamais joué, et qui ont été trouvées par l’entremise de Facebook. À côté de ces nouvelles venues, qui ont pour noms Naïla Victoria Louidort-Biassou, Tayna V. Lavoie, Evelyne Laferrière, Ambre Jabrane et Alison Carrier, figurent les noms bien connus de Fanny Mallette, Emmanuel Bilodeau, David Boutin et Nathalie Mallette.

Les jeunes héroïnes de la série n’auront pour la plupart pas choisi d’être enceintes. Le choix qu’elles font cependant, c’est de garder leur bébé, quoi qu’en pensent leurs parents. Ces filles mères sont en aussi bas âge que 13 ans, comme c’est le cas d’Anaïs (Cassandra Latreille), qui souhaite convaincre ses parents de la faire admettre à Marie-Labrecque.

On croyait peut-être que les histoires de filles mères appartenaient aux années 50, mais il n’en est rien; ça existe encore aujourd’hui. Et il est encore mal vu dans les écoles de les accueillir, de peur qu’elles influencent leurs camarades à être enceintes elles aussi, de là l’importance d’une école comme Marie-Labrecque, un milieu favorable à leur épanouissement. Les six filles dont on suivra de plus près la grossesse la rendront toutes à terme, avec toutes les complexités que cela implique.

Contrairement à Unité 9, Toute la vie ne sera pas tournée en studio, même en partie, mais dans un vieil édifice retapé à Montréal, question de créer l’environnement le plus naturel possible pour les jeunes actrices sans expérience. La tournage commence la semaine prochaine.

La soirée Artis en hausse

La 34e soirée Artis a été suivie par 1728 000 téléspectateurs, dimanche soir à TVA. C’est plus que l’an dernier, alors que 1638 000 personnes étaient au rendez-vous. Beau succès aussi pour le tapis rouge, qui a rallié 1299 000 curieux à 19h, comparativement à 1164 000 l’an dernier. À la même heure dimanche, le téléfilm Ma vie avec Liberace n’a retenu que 97 000 téléspectateurs sur ICI Radio-Canada Télé.