La Tribune
Serge Denis
La Tribune
Serge Denis
« Les plateformes électorales sont encore peu définies, mais on se doute que les libéraux mousseront la façon dont ils ont géré la pandémie », estime le politologue et chargé de cours à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke Emmanuel Choquette.
« Les plateformes électorales sont encore peu définies, mais on se doute que les libéraux mousseront la façon dont ils ont géré la pandémie », estime le politologue et chargé de cours à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke Emmanuel Choquette.

Prêts pour un appel aux urnes ?

Tout minoritaire qu’il soit, le gouvernement libéral de Justin Trudeau pourrait diriger le pays jusqu’en octobre 2023 sans s’inquiéter d’être renversé par un vote défavorable à la Chambre des Communes, compte tenu de l’engagement du chef néo-démocrate Jagmeet Singh à ne pas le défier. Pourtant, la plupart des observateurs croient que le premier ministre tentera d’obtenir un mandat majoritaire des Canadiens dès cette année. Politologue et chargé de cours à l’École de politique appliqué de l’Université de Sherbrooke, Emmanuel Choquette estime également que l’appel aux urnes sera lancé avant l’échéance prévue. « La prochaine campagne électorale sera importante en raison de l’éclipse médiatique due à la COVID-19, commente-t-il. Quand la campagne s’amorcera, on pourra remettre sur le tapis des enjeux qu’on a négligés depuis plus d’un an et enfin voir les nouveaux acteurs, entendre ce qu’ils ont à proposer. »