La conseillère Audrey Bureau propose de financer la construction d’une nouvelle bibliothèque dans le secteur d’Aylmer au moyen d’une campagne de sociofinancement.

Inspirons-nous de Harry Potter

CHRONIQUE / Voilà que la conseillère Audrey Bureau propose de financer la construction d’une nouvelle bibliothèque dans le secteur d’Aylmer au moyen d’une campagne de sociofinancement comme à Varennes, en banlieue de Montréal.

Pourquoi pas, après tout ? On en appelle déjà de la contribution des entreprises et du public pour financer des hôpitaux, des théâtres ou même des microbrasseries comme ce fut le cas pour la Brasserie du Bas-Canada à Gatineau. Alors pourquoi pas une bibliothèque municipale, tant qu’à y être ?

À LIRE AUSSI : Le sociofinacement envisagé pour la bibliothèque Lucy-Faris

Ce serait bon pour le sentiment d’appartenance à la future bibliothèque Lucy-Faris, ça favoriserait l’implication communautaire et le sentiment de fierté. À Varennes, la campagne philanthropique a permis d’amasser 2,3 millions sur un projet de 9,2 millions. Pas mal pour une population de 21 000 habitants !

Faut dire que le potentiel « emblématique » de la bibliothèque de Varennes, à la fois un superbe édifice écologique et une vitrine technologique, avait de quoi motiver les donateurs. Pour que les gens embarquent à Gatineau, et convaincre la population qu’il vaut la peine d’investir dans autre chose que de l’asphalte, il faudrait que le projet de bibliothèque municipale d’Aylmer recèle lui aussi un petit côté spécial.

Alors quoi ? Une architecture hors de l’ordinaire ? Un bâtiment écolo aux lignes épurées comme à Varennes ? Ce serait bien… quoiqu’un peu banal. Gatineau a déjà son édifice vert « signature » : soit le Centre sportif de Gatineau, avec son toit vert, sa géothermie et ses toilettes qui récupèrent l’eau de pluie.

Essayons d’être originaux. Pour m’inspirer, j’ai tapé « les plus belles bibliothèques du monde » dans un moteur de recherche. Et là… wow.

Je suis tombé sur la bibliothèque d’Alexandrie, une grande pyramide vitrée de 8 étages qui donne sur un grand bassin rappelant sans doute le Nil. Un bâtiment qui a ouvert ses portes en 2002 sur ce qu’on pense être l’emplacement de l’ancienne bibliothèque d’Alexandrie, la plus célèbre de l’Antiquité. Une merveille du monde. Sept ans de travaux et une facture de… 220 millions de dollars. D’accord, elle est un peu chère pour nous, celle-là.

À moins qu’on s’inspire de la bibliothèque de New York avec ses candélabres, ses murs de pierre, son plafond sculpté et ses grandes fenêtres lumineuses. Ou de la bibliothèque du Vatican avec ses plafonds décorés par des peintres. Ou de la bibliothèque impériale de Vienne, toute en sculptures et en dorures, avec des salles secrètes qui feraient la joie des enfants.

Personnellement, j’irais avec le style néo-rustique. Ma mère a visité une librairie incroyable à Porto, au Portugal. Elle ressemble à la bibliothèque aux escaliers magiques de Poudlard, dans Harry Potter. La librairie Lello, c’est son nom, est un bâtiment magnifique, tout en recoins (où on peut se cacher pour lire), avec des boiseries, des plafonds travaillés, des escaliers qui montent en spirales complètement folles, et des vitraux qui filtrent la lumière du jour à travers leurs couleurs.

Et surtout, des tablettes, et des tablettes de livres qui montent jusqu’au plafond…

Okay, okay, je pousse ma chance, comme on dit. Pas sûr que les messieurs et mesdames Asphalte de Gatineau me suivraient aussi loin dans mes fantasmes architecturaux. N’empêche que si on demandait à des artistes locaux de peinturer les plafonds de notre future bibliothèque d’Aylmer, à des artisans du bois de nous travailler un beau plafond tout en ornements et en sculptures, ce serait pas fantastique ? Si vous insistez, on peut aussi mettre de la géothermie, hein ?