Une statue de Sénèque à Cordoba, en Espagne

La visualisation négative

CHRONIQUE / Tim Ferriss venait de perdre un ami proche, mort du cancer, et sa blonde, qu’il pensait marier, lui a écrit une lettre pour lui dire que c’était fini.

À l’époque, l’auteur de best-­sellers sur la productivité comme La semaine de 4 heures ou La tribu des mentors travaillait 14 heures par jour. Il prenait des stimulants pour tenir le coup et des antidépresseurs pour se calmer et dormir. Des idées noires le hantaient.

Pour comprendre son mal de vivre, il s’est mis à lire frénétiquement. Et il est tombé sur une citation de Sénèque, un des plus célèbres représentants du stoïcisme, une philosophie gréco-romaine qui s’est révélée pour lui un bouclier contre la souffrance.

La citation disait : «Nous souffrons plus souvent de l’imagination que de la réalité». 

Intrigué, Ferriss a lu Sénèque et s’est approprié une ses stratégies pour contrer l’anxiété — la præmeditatio malorum, qui signifie «la préméditation des maux». 

Au moment où tant de gens prônent la «pensée positive», l’idée est assez contre-intuitive. Elle consiste, en gros, à imaginer le pire scénario qui puisse se produire si on fait quelque chose, une sorte de visualisation négative.

Pour Ferriss, la visualisation passe par un crayon et du papier. Sur la première page, on détaille nos peurs, on songe aux conséquences potentielles d’un échec et aux manières de diminuer la probabilité que ça arrive. Sur la deuxième, on imagine les bénéfices qu’on peut tirer d’avoir au moins essayé.

Et, sur la troisième page, on réfléchit à ce que l’auteur appelle le «coût de l’inaction», c’est-à-dire que ça coûte de rester paralysé. Ferriss suggère qu’on se demande : si j’évite les choses qui me font peur, à quoi ressemblera ma vie dans six mois, douze mois, trois ans?

Disons, par exemple, que vous êtes célibataire et qu’un gars ou une fille vous intéresse. Mais que vous êtes terrorisé à l’idée de lui proposer une date

Alors, vous imaginez le pire qui pourrait arriver. Elle ou il pourrait vous dire non? Vous pourriez vous sentir rejeté? Votre estime pourrait en prendre un coup? 

Et même s’il ou elle a dit non, se pourrait-il que vous réalisiez que ce n’était pas si pire, finalement? Que vous avez réuni le courage de lui demander. Que ce sera plus facile la prochaine fois?  

En revanche, que se passera-t-il si vous ne faites rien? Vous pourriez passer à côté d’une future blonde ou d’un futur chum? 

Ferriss va jusqu’à attribuer une note de 1 à 10 aux conséquences d’un échec ou aux bénéfices d’une réussite, selon l’impact qu’ils auront dans sa vie. OK, s’il ou elle refuse d’aller prendre un café? Mettons 3 sur 10 — ça fait mal, quand même. S’il ou elle accepte et que ça fonctionne entre vous deux? Un bon 8 sur 10. 

Quand on compare les deux scores, les gains potentiels dépassent clairement les pertes. Le cœur comblé supplante l’ego cabossé. 

«Les êtres humains sont doués pour considérer ce qui pourrait aller mal quand ils font une chose nouvelle, dit Ferris dans une présentation Ted Talk. [...] Nous ne considérons pas souvent l’horrible coût du statu quo, de ne rien changer.» 

C’est une manière très rationnelle de voir des enjeux émotionnels. Mais c’est une des idées fortes du stoïcisme : se détacher de la peur par la raison.

Ferriss est aujourd’hui un auteur à succès et il est aux commandes d’une des baladodiffusions les plus populaires au monde dans le domaine des affaires sur iTunes. Il est aussi bipolaire et a fait plusieurs dépressions au cours de sa vie.

Dans sa présentation sur Ted Talk, il explique que le stoïcisme et l’exercice du pire scénario lui ont permis de ne pas rester paralysé par ses peurs. C’est son «filet de sécurité le plus fiable contre la chute libre émotionnelle», dit-il. 

La visualisation négative est une étrange technique, c’est vrai. Mais au pire, ça ne coûte pas grand-chose d’essayer...