Des images de ce buck de rêve avaient été captées depuis quelques années par les caméras de plusieurs chasseurs dans le secteur du chemin de la « Dam » à Lac-Mégantic.

Le buck d’une vie et de toutes les envies

CHRONIQUE / Des chasseurs des quatre coins de la région en ont été témoins, le blitz de la période d’accouplement chez les chevreuils est bien engagé et il pousse les mâles expérimentés et futés à commettre des erreurs.

Cet élément est admis de tous, mais certains chasseurs demeurent sceptiques que quelques coups de grunt puissent faire apparaître par magie le chevreuil de leur vie!  

Ajoutez le nom de Marcel Goulet à la liste de ceux qui peuvent en témoigner. Pour ce dernier, c’est même la signature d’un trophée qui était fort convoité.

Allez Marcel, va passer quelques heures à mon poste d’affût, des fois que le « gros » sortirait de sa cachette, a proposé Denis Paquette à son gendre.

« Ce chevreuil, je l’avais en photos. Des voisins, à quatre ou cinq lots plus loin, aussi. Il faisait jaser sur FB. Bien des chasseurs à Lac-Mégantic avaient entendu parler du buck du chemin de la Dam », raconte M. Paquette.

Avec raison!

Douze pointes avec quelques ramifications atypiques vers le bas, un panache d’un diamètre de 30 pouces (75 cm), un poids de 251 lb (114 kg). Vraiment, il était kékun!

« Denis n’a pas eu besoin de me le répéter deux fois. Je suis passé m’acheter de l’urine, et une fois rendu sur place, je me suis éloigné à 70-75 mètres des appâts. À bon vent, j’ai fabriqué un faux grattage et j’ai tracé une ligne d’odeur. Ensuite, je me suis mis à grunter aux quatre ou cinq minutes. Ça l’a provoqué, car je l’ai vu s’amener vers moi en cherchant un rival », a déployé le chasseur comme stratégie.

« J’ai une bonne vingtaine de bucks à mon actif, mais j’ai immédiatement vu que celui-là était dans une classe à part. J’ai dès lors réalisé que c’était le mâle dont beaucoup de gens parlaient à Lac-Mégantic. Certains sont venus me montrer des cornes qu’ils avaient retrouvées au cours des hivers précédents pour valider que c’était bien les siennes. »

Marcel Goulet a vu le géant s’écrouler.

« J’étais tellement impressionné par sa stature que j’ai passé un bon cinq minutes assis dessus, à l’admirer », raconte-t-il.

« Mon chum nous a habitués à des petites steppettes quand il tue. Mais là, il dansait pour vrai! Je ne l’avais jamais vu aussi émotif », ajoute la conjointe de M. Goulet, Guylaine Paquette.

« Je ne suis absolument pas déçu. J’étais très heureux du 8 pointes que j’ai récolté la fin de semaine précédente même s’il n’avait pas le même gabarit. Marcel est un très bon chasseur et je suis content que ce soit lui qui soit parvenu à lui mettre la main dessus », applaudit le beau-père du chasseur.

Le dominant de votre secteur se déguise en courant d’air le jour, vous ne le voyez plus que sur des photos prises de nuit. Diversifiez votre approche, expérimentez.

Ça ne fonctionne pas toujours. Mais le jour où, comme M. Goulet, vous aurez eu la main heureuse à oser, il se peut que vos jambes se mettent d’elles-mêmes à danser!

C’est finalement Marcel Goulet qui a touché le gros lot!