La mère de la petite Charlotte, Nancy Bouchard, tient à rappeler que le danger que représente le virus de l’influenza ne doit pas être banalisé.

La vie est si fragile

CHRONIQUE / L’influenza ? Depuis la pandémie de H1N1, tout le monde sait que ce n’est pas qu’un petit rhume. Que la grippe fait des victimes. Naïvement, on s’imagine que ce sont des personnes âgées ou affaiblies qui en meurent.

Nancy Bouchard de Lochaber a perdu sa petite Charlotte, 3 ans, la semaine dernière. La fillette semblait en parfaite santé avant d’attraper le virus de l’influenza. En quatre jours, c’était fini. À la garderie le lundi matin, Charlotte était encore cette petite boule d’énergie pétillante qui adorait danser. Le jeudi suivant, elle était débranchée du respirateur qui la maintenait artificiellement en vie, laissant ses parents et toute sa famille en état de choc.

Nancy Bouchard a écrit au Droit parce qu’elle est tombée sur un article datant de janvier 2018 relatant que l’influenza était en cause dans trois décès à l’Hôpital de Hull. Le CISSS de l’Outaouais précisait que, dans les trois cas, il s’agissait de patients âgés présentant déjà d’autres problèmes de santé complexes, de sorte que l’organisation qualifiait de « contributif » le rôle de l’influenza dans ces décès.


« Ma fille a commencé à faire de la fièvre le lundi et le jeudi suivant, elle est décédée de mort cérébrale. »
Nancy Bouchard

À LIRE ÉGALEMENT : L'influenza en cause dans trois décès à l'hôpital de Hull

En lisant l’article, Nancy Bouchard a eu l’impression qu’on banalisait le danger que représente l’influenza. « C’est comme si on disait qu’en raison de leur âge et de la présence d’autres maladies, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter, dit-elle. Ma fille a commencé à faire de la fièvre le lundi et le jeudi suivant, elle est décédée de mort cérébrale. Elle n’avait pas de maladie connue et n’avait pas l’air d’une personne sur le point de mourir. »

Nancy Bouchard aimerait que les gens réalisent que l’influenza est une maladie à prendre au sérieux… et que la vie est fragile.

Charlotte, son « petit rayon de soleil » comme elle dit, ne ressemblait pas à une enfant malade le lundi 14 janvier au matin. Elle a fait sa journée à la garderie, comme d’habitude. C’est le lendemain, mardi, que la mère a décidé de la garder à la maison. Charlotte était fiévreuse. Mère et fille ont regardé des films ensemble. Elles ont fait une sieste l’après-midi. Charlotte a même mangé un peu pour souper. La journée typique d’un enfant malade à la maison. « Charlotte n’avait pas l’air d’une petite fille qui allait mourir à l’hôpital, deux jours plus tard », raconte Nancy Bouchard.

C’est mardi en soirée que l’état de Charlotte s’est dégradé. La fièvre a monté d’un cran. Charlotte est devenue brûlante et amorphe. Elle, petite boule d’énergie infatigable, impossible à coucher le soir, a dit : « Maman, je veux dormir ». Sa mère l’a installée sur un matelas posé par terre, à côté de son lit. « Elle était prise de violents frissons alors je l’ai emmitouflée dans ses couvertures de la Pat Patrouille ». La petite s’est endormie aussitôt.

Son bébé de 5 mois dans les bras, Nancy a téléphoné à son conjoint à l’ouvrage pour qu’il rapplique au plus vite. C’est lui qui est allé à l’Hôpital de Buckingham avec Charlotte pendant que la mère restait à la maison avec le plus jeune. À l’urgence, le père a vite réalisé le sérieux de la situation en voyant tout le personnel médical rappliquer pour s’occuper de Charlotte. Durant la nuit, la petite a été transférée d’urgence à Montréal. Deux jours plus tard, après des complications qui ont détruit son foie et atteint son cerveau, Charlotte mourait à l’hôpital Sainte-Justine.

Si Charlotte était vaccinée contre l’influenza ? Non. Si la mère le regrette ? Avec des regrets, on pourrait refaire le monde. Nancy Bouchard trouve un certain réconfort dans le fait d’avoir passé la journée de mardi à la maison, avec sa fille. « Mon message aux gens ? Ce n’est pas parce que notre jeune enfant est en parfaite santé qu’il ne peut pas partir du jour au lendemain. Il faut profiter de chaque instant avec lui. Parce qu’on ne sait jamais si c’est le dernier. »