Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Jérôme Gaudreau
Stéphane Julien
Stéphane Julien

La première reconstruction de l’histoire du Phoenix

Article réservé aux abonnés
COMMENTAIRE / Jamais le Phœnix n’avait osé avant aujourd’hui : reconstruire, de A à Z. Il y a quelques semaines, Stéphane Julien s’est lancé dans l’aventure pour la première fois de la courte histoire du Phoenix. Et ce, d’une brillante façon.

Le Phoenix a rarement vendu ses meilleurs joueurs arrivés à maturité dans le but de rebâtir une équipe pour le futur. Plus souvent qu’à leur tour, les directeurs généraux se rangeaient dans le clan des acheteurs ou optaient pour le statu quo. À la limite, il s’affichait comme vendeur modéré. 

Au tout début de la concession, le DG Patrick Charbonneau tenait à offrir une équipe gagnante aux amateurs sherbrookois. Après avoir dépensé quelques choix au repêchage pour y parvenir et après avoir gardé les meilleurs joueurs à Sherbrooke sans les échanger, il n’y est pas parvenu malgré tout. 

À l’arrivée de Jocelyn Thibault à la barre de l’équipe, on se souviendra de l’échange de Jérémy Roy contre deux choix de première ronde en avril 2016.

Le Phoenix présentait alors tout de même un alignement respectable pour la saison 2016-2017 en ne liquidant pas ses meilleurs actifs.

L’organisation sherbrookoise avait raté son coup pour son premier cycle de quatre ans, mais s’est franchement bien repris sous l’ère Thibault-Julien. 

Ce deuxième cycle devait se terminer avec deux saisons de rêve. La première a pris fin abruptement en raison de la pandémie. Ce qui n’a pas empêché le Phoenix de remporter le championnat de la saison régulière. Mais la deuxième saison de rêve n’aura jamais lieu. 

Sans spectateurs dans les gradins, et en voyant des clubs comme Val-d’Or se donner des allures d’Équipe Canada grâce aux transactions, le Phœnix a préféré recommencer un nouveau cycle. Son troisième. 

Pas un cycle de quatre ans. Trois, idéalement. Du moins, c’est ce que souhaite Stéphane Julien, qui s’est convaincu d’effectuer une vente de feu en constatant que le défenseur russe Pavel Grishin ne se présentera peut-être jamais au Canada cette saison, tout comme le vétéran défenseur américain Gregory Kreutzer. 

Tout cela combiné aux débuts de Samuel Bolduc dans la LNH et au départ de ses trois anciens joueurs de 20 ans de très grande qualité, Stéphane Julien croit que la meilleure chose à faire est de tout vendre pour mieux reconstruire. 

Il a d’abord eu toutes les difficultés d’obtenir un choix de première ronde pour ses vétérans. Ses confrères semblaient moins réticents à l’idée d’échanger leurs choix de deuxième tour.

Tenez-vous bien. En quelques jours seulement, Stéphane Julien a ajouté cinq choix de deuxième ronde à sa banque et deux choix de première ronde, en plus de quelques bons espoirs de 17 ans. 

La meilleure transaction

Le plan est clair : gagner dans deux ans. 

Sa meilleure transaction : celle de Patrick Guay contre deux choix de premier tour appartenant aux Islanders de Charlottetown, qui visent la coupe dès cette année. 

C’est donc dire que cette équipe des Maritimes sera à son tour en reconstruction l’an prochain et dans deux ans. Les choix de premier tour des Islanders en 2022 et 2023 pourraient donc faire partie du top 5. Ajoutez à cela le jeune Justin Gill et Stéphane Julien a frappé le coup de circuit dans le cas de Patrick Guay. 

Maintenant, au tour de Samuel Poulin, le prochain sur la liste. Poulin sera échangé bientôt. Reste à savoir quand et où.

L’espoir des Penguins ne sera vraisemblablement pas de retour la saison prochaine dans la LHJMQ à 20 ans. L’équipe qui obtiendra ses services cette saison devra ensuite faire une croix sur lui à la fin de la présente campagne.

Il se pourrait bien que le retour pour Patrick Guay (18 ans) soit d’ailleurs plus considérable que celui de Samuel Poulin (19 ans), qui pourrait tout de même rapporter un choix de première ronde et un espoir. Ou bien encore un très bon joueur de 16 ans ou 17 ans. 

Les astres semblaient alignés pour que Poulin puisse retourner dans son patelin, à Blainville-Boisbriand. 

L’Armada ne semble pas prête à payer le prix. Pendant ce temps, l’équipe de Boisbriand regarde du côté de Val-d’Or et se doit de bouger à son tour pour demeurer compétitive. 

Le pire qui pourrait arriver à l’Armada? Voir les Foreurs lui voler Samuel Poulin en échange d’un jeune joueur. Comme Justin Robidas, par exemple. 

Attaquant sherbrookois, fils d’un actionnaire du Phoenix, Stéphane Robidas est un espoir âgé de 17 ans qui évoluera encore dans la LHJMQ dans deux ans, alors que le Phoenix visera les sommets.

Ce scénario de rêve ne risque malheureusement pas d’arriver. Les chances sont minces. Justin Robidas est déjà, à 17 ans, un joueur très utile à son équipe.

Chose certaine, l’équipe qui obtiendra Samuel Poulin ne sera pas déçue. Et le Phoenix sera bien en selle pour les prochains repêchages afin de permettre aux fans de se remettre quelque chose sous la dent rapidement.

Choix du Phoenix lors des 5 premières rondes

  • 2021
  • 1 - 2 - 2 (Bathurst) - 3 (Halifax) - 5 - 5 (Bathurst)
  • 2022
  • 1 (Charlottetown) - 2 - 3 (Québec) - 4 (Baie-Comeau) - 4 - 5 (Baie-Comeau) - 5 
  • 2023
  • 1 (Charlottetown) - 1 - 2 (Charlottetown) - 2 (Bathurst) - 3 - 3 (Charlottetown) - 4 - 5